L'Etat profond américain
      L'Etat profond américain

      L'Etat profond américain

      23,70 €
      TTC

      Titre : L'Etat profond américain
      Auteur : Peter Dale Scott

      Sous-titre : La finance, le pétrole, et la guerre perpétuelle
      Nombre de pages : 448
      Format : 15 x 23 cm

      N° ISBN : 978-2-917112-27-4

      Traduit de l'anglais par Maxime CHAIX

      Après La Route vers le nouveau désordre mondial, et La Machine de guerre américaine ,
      le nouveau livre de Peter Dale SCOTT, toujours aussi explosif... encore plus dérangeant !


      Scandales des écoutes de la NSA, « État profond français », loi sur le Renseignement, état d'urgence en France (Patriot Act à la française), attentats et « guerre contre le terrorisme » ...
      les travaux de l'universitaire Peter Dale SCOTT sont au coeur de l'actualité française et internationale.

      Quantité
      • Paiement Sécurisé par CBPaiement Sécurisé par CB- En choisissant Paypal vous pouvez régler par CB sans avoir de compte Paypal
      • Frais d'envoiFrais d'envoi

      L’auteur : Peter Dale SCOTT

      Docteur en sciences politiques et ancien diplomate, le Canadien Peter Dale SCOTT est l'auteur de nombreux ouvrages (dont La Route vers le nouveau désordre mondial et La Machine de guerre américaine) analysant la politique étrangère états-unienne, les narcotrafics et les opérations secrètes. Ses recherches et écrits mettent en lumière le concept de ce qu'il définit comme le « supramonde », qui influence l’État public via le système de « l’État profond ».

      Porte-parole du mouvement antiguerre lors du conflit vietnamien, il cofonda le programme d'études « Paix et Conflit » de la prestigieuse Université de Berkeley, où il enseigna la littérature anglaise durant près de 30 ans. Primé pour ses recherches en géopolitique, SCOTT est également un auteur reconnu pour son œuvre littéraire dans le domaine de la poésie.

      ***


      « L’État profond américain résume plus de quatre décennies de recherches menées par Peter Dale SCOTT sur les aspects les plus obscurs de la Politique profonde aux États-Unis. Il en résulte une perspective inédite sur le véritable système de gouvernance dans ce pays. Son analyse est méticuleuse, brillante et magistrale. »

           - Daniel ELLSBERG, « l’homme qui fit tomber Nixon »,
             précurseur des lanceurs d’alertes comme Julian Assange et Edward Snowden

      CAPTIVANT

      S’appuyant sur plus de quatre décennies de recherches, Peter Dale SCOTT nous offre une analyse inédite de l’« État profond américain », un système informel et méconnu, dont l’influence sur l’Histoire contemporaine est absolument majeure. En dehors du cadre légal, celui-ci conditionne secrètement, souvent illégalement, les politiques officielles de l'Etat public à Washington – voire les contredit ou les neutralise. Observateur politique de premier plan, SCOTT décrit le processus de militarisation croissante des États-Unis, en particulier depuis le 11-Septembre. Il explique également l’origine de la « dérive sécuritaire » (écoutes et surveillance illégales, détentions arbitraires massives, usage de la torture, assassinats ciblés) et de l’accroissement des inégalités de revenus que connaît ce pays depuis la guerre du Vietnam.

      L’État profond constitue aujourd’hui un système quasi institutionnalisé dans des agences (comme la CIA et la NSA) qui échappent au contrôle démocratique. Mais il ne se limite pas à ces services secrets, et l’auteur décrit notamment l’influence excessive d’entreprises privées telles que Booz Allen Hamilton (l’ex-employeur d’Edward Snowden) et la SAIC, 70 % des budgets du Renseignement aux États-Unis étant aujourd’hui sous-traités. Derrière ce système opaque, où la distinction entre « public » et « privé » semble pour le moins ténue, il retrace l’influence traditionnelle des banquiers et des avocats de Wall Street alliés aux « supermajors », les plus grandes compagnies pétrolières internationales. Il explique ainsi comment les pétromonarchies du golfe Persique, les entreprises de défense états-uniennes et Wall Street ont formé ensemble et progressivement un État profond supranational – qui mène des politiques parfois radicalement opposées aux intérêts nationaux des États-Unis, de son peuple et de ses institutions.

      Un travail remarquable qui clôt avec brio la trilogie entamée avec La Route vers le nouveau désordre mondial et La Machine de guerre américaine…


      « L’État profond est la grande affaire de notre temps. C’est le fil rouge qui se déploie sur les trois dernières décennies. Cela explique comment nous avons connu la dérégulation, la financiarisation de l’économie, la faillite de Wall Street, l’érosion des libertés civiles et la guerre sans fin. »

      Cliquez ici pour voir l'interview (en anglais) de M. Mike LOFGREN, ancien analyste du budget pour la sécurité nationale et les dépenses militaires au Congrès US, par le journaliste Bill MOYERS. Transcription (également en anglais) ici.


           Traduit de l'anglais par Maxime CHAIX. (Son site, ici).

      978-2-917112-27-4

      Fiche technique

      Sous-titre
      La finance, le pétrole, et la guerre perpétuelle
      Nombre de pages
      448
      Format
      15 x 23 cm

      « Peter Dale SCOTT est l’universitaire le plus audacieux dans l’étude des structures de pouvoir qui dirigent les États-Unis. Dans cet ouvrage, il démarre ses recherches là où le pionnier Charles Wright MILLS s’était arrêté, mettant en lumière un sombre labyrinthe de pouvoir – un monde obscur qui est devenu encore plus arrogant et violent depuis l’époque de l’‘élite de pouvoir’ et du ‘complexe militaro-industriel’. Nous ne pouvons comprendre le fonctionnement réel du pouvoir sans nous aventurer dans la description révélatrice que SCOTT nous offre à travers L’État profond américain . »

           - David TALBOT, fondateur du site d’information Salon.com

      __________

      « Lorsque s’écrira la véritable Histoire intellectuelle de notre époque, Peter Dale SCOTT sera reconnu pour sa perspicacité et son honnêteté. Dans L’État profond américain, il perçoit une nouvelle fois la réalité de manière précise, brillante et courageusement intègre, nous alarmant sur nos fatales illusions. Il s’agit de l’un des livres les plus importants de notre époque. »

           - Roger MORRIS, ancien membre du Conseil de Sécurité Nationale des États-Unis sous les présidences de Lyndon Johnson et de Richard Nixon

      __________

      « Une nouvelle fois, Peter Dale SCOTT met en lumière les dessous de l’État profond américain à travers cette étude passionnante et fondamentale . Cet ouvrage explique comment et pourquoi nous avons perdu le contrôle de la politique étrangère des États-Unis et comment elle est en train de détruire notre démocratie. Ce livre indispensable est le fruit de recherches brillantes et raisonnées qui achèvent de nous convaincre que nous ne pouvons sauver notre République sans identifier les forces profondes qui nous ont imposé leurs règles depuis bien longtemps – et ce d’une manière encore plus brutale et dramatique depuis le 11-Septembre »

           - Richard FALK, professeur émérite de Droit international à l’Université de Princeton

      __________

      « Depuis longtemps, Peter Dale SCOTT a été un pionnier dans l’étude méthodique de l’État de sécurité nationale et de son influence occulte dans tous les domaines de la politique étrangère et intérieure des États-Unis. Avec ce nouvel ouvrage, il se surpasse en offrant une analyse véritablement complète de l’empiètement croissant d’un ‘État profond’ incontrôlé dans le système politique démocratique de ce pays, depuis l’après-guerre jusqu’à aujourd’hui. Ainsi, ce livre nous laisse présager de sombres perspectives si rien ne change. Il s’agit d’un travail brillant et incisif, une lecture obligatoire pour tous ceux qui souhaitent comprendre les interactions entre le capitalisme mondialisé, la sécurité nationale et les objectifs douteux des services de renseignement les plus puissants, mais aussi les plus secrets. Dans ce livre, SCOTT expose le réseau complexe des intérêts criminels et entrepreneuriaux qui conditionnent l’action de ces agences. »

           - Nafeez M. AHMED, analyste, spécialiste des questions de ressources énergétiques, de terrorisme et de sécurité internationale

      __________

      « Peter Dale SCOTT analyse en profondeur chaque aspect du système orwellien de sécurité nationale – de la surveillance extrajudiciaire aux détentions arbitraires, en passant par la loi martiale. Il montre comment les services de renseignement et l’armée des États-Unis sont dorénavant impliqués de façon permanente dans le maintien de l’ordre. Pour l’essentiel, ce système opaque – c’est-à-dire le gouvernement secret – est ce que SCOTT appelle l’‘État profond’. Il s’agit de l’influent secteur qui éclipse les institutions démocratiques. Pourtant, les agences publiques [la NSA, la CIA, le JSOC, le Pentagone, etc.] qui forment cet État profond n’en représentent qu’un seul niveau. En effet, leur pouvoir provient également de leurs connexions cruciales en dehors du gouvernement – comme le montre l’exemple de la CIA, qui est solidement ancrée à Wall Street. À travers cet ouvrage, SCOTT explique comment la puissance de ces agences s’est amplifiée à mesure que l’État profond s’est internationalisé, parallèlement aux grandes firmes multinationales. Un système orwellien ? Non : il s’agit plutôt de réalisme politique. Tout est dans ce livre. Une lecture absolument obligatoire. »

           - Pepe ESCOBAR, journaliste correspondant pour Asia Times

      __________

      « Nous avons un appareil d’État qui, à certains égards, est de plus en plus incontrôlable et hors-la-loi’, comme l’écrit Peter Dale SCOTT dans sa dernière dissection des sombres entrailles du gouvernement des États-Unis. Le milieu qu’il décrit est impliqué dans nombre d’affaires obscures avec la Mafia, ainsi qu’avec des terroristes et les pays qui les abritent. Parallèlement, ce système stimule la guerre et accroît l’érosion des libertés individuelles, avec l’objectif affiché de protéger le pays. En particulier, SCOTT défend l’idée qu’il existe deux niveaux de gouvernement : celui que nous connaissons, et celui qu’il appelle l’‘État profond’ – un système réellement influent. Cette analyse montre [qu’un aspect de] cet État profond s’est développé depuis un certain temps, derrière la nécessité d’assurer la continuité du gouvernement en cas d’attaque majeure ou de catastrophe nationale aux États-Unis. Les esprits conformistes rejetteront SCOTT, en le présentant comme un fantaisiste cherchant partout les complots et les collusions. Néanmoins, le grand nombre de sources utilisées dans cet ouvrage nous amène à la conclusion inverse. Ainsi, ce livre suggère que notre climat politique actuel est incroyablement toxique et qu’il a terriblement besoin d’être épuré. Pour ce faire, SCOTT nous offre ses recommandations dans les dernières pages de cet ouvrage alarmant et stimulant. »

           - Publishers Weekly, revue professionnelle hebdomadaire, équivalent US de Livres Hebdo

      __________

      « L’État profond américain résume plus de quatre décennies de recherches menées par Peter Dale SCOTT sur les aspects les plus obscurs de la Politique profonde aux États-Unis. Il en résulte une perspective inédite sur le véritable système de gouvernance dans ce pays. Son analyse est méticuleuse, brillante et magistrale. »

           - Daniel ELLSBERG, « l’homme qui fit tomber Nixon », précurseur des lanceurs d’alertes actuels comme Julian Assange et Edward Snowden

      __________

      « Dans cet excellent livre, Peter Dale SCOTT montre comment les restrictions imposées par le Congrès des États-Unis aux services de renseignement US ont entraîné la fusion de l’État profond américain avec des services étrangers, afin d’opérer depuis d’autres pays. (…) L’auteur explique comment le pétrole saoudien et les contrats d’armement US ont pérennisé une relation spéciale entre les États-Unis et l’Arabie saoudite. Il démontre en outre que l’État profond américain a toujours été lié aux banquiers de Wall Street et aux supermajors, l’ancien directeur de la CIA Allen DULLES en étant l’archétype – lui qui voyait les dirigeants politiques élus comme des nationalistes à l’esprit étroit, incapables de gérer les affaires politiques globales. »

           - Ola TUNANDER, professeur de Relations internationales, International Peace Research Institute, à Oslo (PRIO)

      __________

      Voir ici la page de présentation de l'édition originale sur le site de l’éditeur Rowman & Littlefield.

      En ligne sur cet onglet, les différents articles, interviews et recensions sur le livre...

      Recension dans la Revue trimestrielle de l'IRIS

      Voici une recension positive, factuelle et intéressante de L'Etat profond américain dans le dernier numéro de la prestigieuse Revue Internationale et Stratégique de l'IRIS:


      L’ouvrage de Peter Dale Scott propose, en dépit d’une organisation interne difficile à suivre, des pistes intéressantes de décryptage de la vie politique intérieure américaine des XXe et XXIe siècles. Partant du constat de l’érosion des pratiques démocratiques aux États-Unis depuis le 11-septembre et des décrets successifs visant à renforcer les pouvoirs des garants de la sécurité nationale, l’auteur établit la genèse de cette tendance et cherche à en désigner les responsables.
      La pratique de déroger à la légalité et à ses responsabilités face aux citoyens américains remonte à John Edgar Hoover et à la constitution du Federal Bureau of Investigation (FBI) dans ses fonctions actuelles, et serait depuis une tendance rampante de la vie politique américaine. Au point que l’administration Obama, malgré l’éviction de deux soutiens parmi les plus évidents de cette dynamique, Dick Cheney et Donald Rumsfeld, a poursuivi cette tendance – notamment par la hausse inouïe des assassinats extrajudiciaires et de l’usage des drones, ainsi que par la criminalisation des lanceurs d’alerte. En dépit de ses promesses de campagnes, les deux mandats du président démontreraient les intérêts rhizomatiques et puissants de l’État profond, capables de prolonger l’état d’urgence au-delà de toute raison, quatorze ans après les attentats du 11-septembre.
      L’auteur désigne cette tendance en reprenant le nom du projet lancé en 1982 sous le gouvernement Reagan, Continuity of Government (COG). Ce projet, initialement prévu pour assurer le fonctionnement du gouvernement américain en cas d’attaque nucléaire et d’élimination des chefs de l’exécutif, s’est progressivement métamorphosé jusqu’à s’adapter à toute « situation de crise », la définition de cette dernière étant confiée aux gestionnaires du projet. L’application de ce plan permet d’outrepasser tous les mécanismes constitutionnels et d’organiser, au nom de la sécurité nationale, des internements massifs, des écoutes extrajudiciaires ou des assassinats ciblés, aussi bien à l’étranger que sur le sol américain, contre des ressortissants étrangers et contre des citoyens américains. Ce projet, aussi appelé « Jugement dernier », est ainsi devenu un formidable instrument de répression et d’action préemptive, notamment contre les opposants, en particulier pacifistes.
      Pour comprendre son effectivité, il faut revenir au 11-septembre et aux événements qui l’ont immédiatement suivi ou précédé. Pour Peter Dale Scott, bien que le gouvernement n’ait alors pas été décapité, le COG aurait été mis en application, notamment par deux de ses concepteurs, D. Cheney et D. Rumsfeld, au nom de l’urgence nationale alors décrétée. Le Patriot Act est ensuite venu entériner la majorité des propositions faites par les défenseurs de l’État profond au fil des décennies et souvent repoussées par les mécanismes constitutionnels. Les attentats inaugurent aussi un temps d’exception, un état d’urgence qui dure jusqu’à aujourd’hui, dont la révision appartient normalement tous les six mois au Congrès. Sur la scène internationale, la « guerre contre le terrorisme » et son caractère imprécis ont suscité les dérives que l’on connaît, sans pour autant pousser à la rationalisation des alliances américaines avec des États accusés de soutenir la nébuleuse Al-Qaïda et le djihadisme wahhabite, comme le Pakistan ou l’Arabie saoudite.
      L’auteur retrace également les carrières de certains hauts fonctionnaires américains, émaillées de responsabilités dans de grands complexes militaro-industriels et non dénuées de conflits d’intérêts. Il s’intéresse aussi au « boom » du secteur de la sécurité et de l’intelligence depuis les débuts de la campagne contre le terrorisme, qui porte en son sein des « guerres auto-génératrices » au Moyen-Orient, tout comme la campagne américaine contre la drogue en Amérique latine en son temps. C’est donc une situation déjà décrite par Machiavel qui s’incarne dans la poursuite de l’hégémonie américaine : un État ayant une puissance militaire et de projection sans commune mesure avec ses pairs crée une instabilité mondiale car cette capacité nourrit chez eux un sentiment d’insécurité, et chez l’hégémon la crainte de la décadence. La puissance militaire des États-Unis mène ainsi à des excès interventionnistes et nourrit le terrorisme, tout en sapant les fondements du droit international, du système multilatéral et en freinant la réforme démocratique.

           - Aprilia VIALE




      « Livre de la semaine » pour Paris Match

      Paris Match sélectionne L'État profond américain comme son « Livre de la semaine » (édition du 25 juin 2015) et le présente comme "une enquête troublante" qui "dévoile les ressorts cachés de la politique américaine".


      Maison Blanche et noirs secrets par François de Labarre


      L’expression « État profond », qui pourrait être bientôt à la mode, est utilisée par Edwy Plenel dans un récent éditorial. Elle désigne les agissements discrets sinon secrets de l’État. Son inventeur, le Canadien Peter Dale Scott, ancien professeur émérite de l’université de Berkeley, en a fait le titre de son nouvel ouvrage...

      (Cliquez ici pour consulter l’article original)




      Interview de l'auteur dans Le Courrier du Maghreb et de l'Orient

      Nous attirons également votre attention sur l'interview de Peter Dale Scott « L’Administration Bush a sacrifié le Moyen-Orient… » (en anglais puis en français) qui vient de paraître dans l'excellente revue bilingue Le Courrier du Maghreb et de l'Orient, et que vous pouvez lire en ligne ici.




      Le site du traducteur

      Pour plus d'informations, nous vous invitons à visiter ici le site de Maxime Chaix, (le traducteur francophone de Peter Dale SCOTT) qui recense tout ce qui a trait aux ouvrages de l'intellectuel canadien.

      Les clients qui ont acheté ce livre ont également acheté :

      L'Etat profond américain - Peter Dale SCOTT

      L'Etat profond américain

      23,70 €
      TTC