Editions Demi Lune : RSS Specials Feed www.editionsdemilune.com/ fr Copyright (c) 2022 Arno Mansouri contact@editionsdemilune.com (Arno Mansouri) contact@editionsdemilune.com (Arno Mansouri) Tue, 29 Mar 2022 20:34:28 +0200 Zen-Cart v. v 2.1.4 14.02.2008 15:26 RSS 2.0 Feed 1440 Agent Orange, Apocalypse Viêt Nam www.editionsdemilune.com/agent-orange-apocalypse-viet-nam-p-33.html www.editionsdemilune.com/agent-orange-apocalypse-viet-nam-pr-33.html Agent Orange, Apocalypse Viêt Nam

L'auteur: André BOUNY


André BOUNY est né handicapé, atteint de spina-bifida, dans la campagne pauvre du sud de la France. Suivant des études paramédicales (en odontologie) à Paris, il proteste contre la guerre qui fait rage au Viêt Nam, dans la rue et par ses peintures exposées au Grand Palais.

Ému par la découverte de ce pays ravagé par la guerre, où il rencontre mutilés et malades, il fonde en 1997 l’association caritative DEFI Viêt Nam, (Donner Ensemble Former Informer), qui s’engage également dans la campagne contre les mines antipersonnel. Quelque 300 tonnes d’équipement médical, recueillies et mises en conformité, sont expédiées par bateaux (électrocardiographes, lits médicalisés, fauteuils roulants, à destination de services de chirurgie et de radiologie, de maternités, cabinets dentaires, etc). L’association à but non lucratif pourvoit aussi à la formation de personnel médical vietnamien en France, facilite le parrainage d’enfants (une petite fille issue d’une famille misérable est récemment devenue institutrice) ; informe sur l’Agent Orange et distribue des aides aux victimes de ce poison chimique contenant de la dioxine.

André enchaîne les voyages au Viêt Nam où il adopte deux enfants. En 2004, il adresse une lettre ouverte à John Kerry, diffusée dans la presse internationale. Puis il constitue et conduit le Comité International de Soutien aux victimes vietnamiennes de l’Agent Orange (CIS) qui comprend de très nombreuses personnalités dans des domaines d’expertises variés. Infatigablement, il explique les conséquences de ce poison dans tous les médias qui osent en parler (radios, télés, journaux et sites Internet). Il est intervenu lors des trois éditions des Rencontres Internationales pour le Désarmement Nucléaire, Biologique et Chimique (RID-NBC), mais aussi en d’autres lieux prestigieux comme la Cité de l’Espace, et même à l’ONU lors de la 4e session du Conseil des Droits de l’Homme.

Son livre se fonde sur 40 ans d’expérience et d’intérêt porté au peuple et à la culture du Viêt Nam, comme à son histoire.



Si un jour existe une unité capable de mesurer la douleur et la souffrance,
elle devra s’appeler Viêt Nam.


EFFROYABLE

Préface de Howard ZINN
Avant-propos de Maître William BOURDON

Nombreuses photographies d’archives & cartes,
ainsi que des images récentes de très grands photojournalistes...

*****


Si l’histoire de l’utilisation des poisons, (venins et toxiques) remonte à la nuit des temps, la synthèse chimique a permis d’en démultiplier les effets maléfiques. Il est un fait largement ignoré que la guerre du Viêt Nam fut la plus grande guerre chimique de l’histoire de l’Humanité. L’objet de ce livre est d’expliquer précisément comment et pourquoi. On y apprend de quelle façon, aujourd’hui encore, un demi-siècle après le début des épandages, la dioxine pénètre dans l’organisme, quelles maladies elle engendre, et les terribles effets tératogènes qu’elle inflige aux enfants.

La description scientifique des agents chimiques utilisés est aussi précise que la technologie méthodique mise en œuvre. Celle de l’effroyable catastrophe écologique fait prendre conscience que la destruction du règne végétal précède et précipite une dévastation plus terrible encore.

Les nombreuses photographies exceptionnelles, signées de très grands noms, illustrent l’ampleur de la tragédie actuelle. Cartes géographiques, documents d’archives inédits et témoignages états-uniens viennent démontrer l’intentionnalité de ce véritable écocide. L’auteur propose en outre un nouveau calcul renversant du volume des agents chimiques déversés au Viêt Nam. Dans cet ouvrage exhaustif, il aborde la partie juridique avec les procédures intentées au nom des victimes vietnamiennes dans un total silence médiatique.

À l’image du Tribunal international d’opinion qui s’est tenu en 2009 à Paris, ce livre a pour but d’informer le public, premier pas d’une prise de conscience sur la route de la réparation des torts et des souffrances, car il existe aussi un espoir…

Un document bouleversant, comme l’Histoire officielle ne la raconte jamais, pour comprendre l’ampleur de la tragédie que vivent au quotidien une multitude de victimes de l’Agent Orange.


« C’est un crime hideux. »

- Noam CHOMSKY,
membre du Comité International de Soutien aux victimes de l’Agent Orange



LE LIVRE & LES MÉDIAS

NOUVEAU :

Visitez le site Agent-Orange-Vietnam.org dont s'occupe l'auteur, et qui fait le point sur toute l'actualité sur ce sujet, et regroupe également de nombreuses archives; un site qui devrait devenir une référence...


Alors que l'utilisation d'armes chimiques dans le conflit qui frappe la Syrie fait l'objet de toutes les attentions médiatiques, l'usage pendant plus de 10 années consécutives de l'Agent Orange au Vietnam, par l'armée américaine, reste quasiment inconnu de nos concitoyens... Nous nous félicitons donc de la sortie d'un nouveau film documentaire sur les terribles conséquences de ce défoliant utilisé comme une arme de guerre.


La bande-annonce du documentaire Agent Orange, une bombe à retardement :


Vous pouvez vous procurer le DVD du film directement sur le site de son courageux distributeur, Doriane Films.

****** Un livre jugé "indispensable" par France-Inter.
Écoutez l'émission de Patrick Pesnot dans l'onglet "Presse et Médias" en haut de page.

***** Transversales, l'émission de reportages de la rédaction de la RTBF, la première chaîne de radio nationale belge, a diffusé un long et remarquable travail sur les conséquences de l'épandage des défoliants chimiques, à une heure de grande écoute (le samedi de 12 à 13 heures). Le reportage se base en grande partie sur le livre d'André Bouny, qui est par ailleurs interviewé, de même que le photographe belge Olivier Papegnies... Les radios françaises oseront-elles également s'intéresser à ce gigantesque problème écologique et sanitaire, doublé d'un immense scandale judiciaire, dans un futur proche ? Nous l'espérons, mais nous sommes malheureusement sceptiques... En attendant que les journalistes français fassent leur travail d'information, nous vous invitons à écouter l'émission de ces courageux reporters belges, sur un auteur français publié par un éditeur français (!) ... Elle est également archivée dans l'onglet "Presse et Médias"). Un grand bravo à MM. André Zaleski, Marc Molitor, Jean-Marc Turine, Ludovic Vanpachterbeek et Irvic d'Olivier.

**** Après la diffusion d'un premier reportage sur son livre dans le JT régional (Quercy-Rouergue) de France3, André Bouny est l'invité de l'émission "Le Grand Témoin du Dimanche Soir", sur France3 Sud, le dimanche 21 novembre, de 19 à 20 heures.

*** Cet ouvrage a été choisi par la rédaction de la Revue écologiste S!lence, qui en a fait son "Livre du Mois",
(N°382, de Septembre 2010).

** La Fondation GoodPlanet de Yann Arthus-Bertrand, offre une tribune libre à André Bouny pour parler de l'Agent Orange: cliquez ici pour la lire en français, et là pour la lire en langue anglaise.

* À lire également l'interview de l'auteur par Silvia Cattori : "La guerre du Viêt Nam continue : l'Agent Orange tue encore".


- Déclaration de Tong Thi Phong, la Vice-présidente de l’Assemblée Nationale du Viêt Nam, au sujet de l’Agent Orange, le 27 mai 2010, citée dans le Courrier du Vietnam du 28 mai 2010 :

« Il existe actuellement plus de 4 millions de personnes infectées par ce défoliant »

- Tong Thi Phong, Vice-présidente de l’Assemblée Nationale du Viêt Nam.



Nous vous invitons à vous informer des actualités en lien avec ce sujet sur le site
Agent-Orange-Vietnam.org

* N'hésitez pas à partager ces informations le plus largement autour de vous pour faire connaître cette réalité...



Télécharger

Extraits du livre

Découvrez-en dès maintenant des extraits


À NOTER !
Agent Orange, Apocalypse Viêt Nam choisi par la rédaction de la Revue écologiste S!lence , qui en a fait son "Livre du Mois", (N°382, de Septembre 2010).


LU DANS LA PRESSE...


« La documentation réunie est impressionnante , ... une véritable mine de renseignements. »

- Dominique BARI, journaliste,
L'Humanité (du jeudi 9 septembre 2010).


« Un réquisitoire implacable fondé sur des faits et des témoignages... »

- Yves HARDY,
dans le mensuel Alternatives Internationales
(N°48, de septembre 2010)
.


« Un livre en tout point remarquable... »

- Fabrice NICOLINO, journaliste,
militant écologiste et auteur,
sur le site Bakchich Info.



Voici les réactions enthousiastes des premières personnalités à qui nous avons soumis le texte ou la maquette du livre avant parution. Nous en ajouterons d'autres au fur et à mesure de leur réception. Mais votre avis de lecteur nous intéresse également ! N'hésitez pas à écrire et à nous envoyer votre propre commentaire...


« Il n’y a peut-être aucun langage réaliste suffisamment puissant pour traduire les horreurs de la guerre du Viêt Nam (le bombardement des villages, la destruction de l’habitat rural, le massacre de millions de gens, la dévastation d’un paysage magnifique, les effets cruels de l’Agent Orange sur les adultes et les enfants). Toutefois, nous l’avons vu à travers l’Histoire, la littérature s’est révélée indispensable pour donner à comprendre et percevoir, d’une manière profonde et émotionnelle, une réalité qui semble impossible à décrire dans le langage ordinaire. C’est pour cette raison que nous accueillons ici le livre d’André Bouny. Il constitue une contribution unique au grand ensemble de la littérature engendrée par la guerre du Viêt Nam. »

- Howard ZINN,
historien et intellectuel, (tiré de la préface).


« André Bouny a écrit un ouvrage complet qui replace la mise au point et l’utilisation des quantités massives d’Agent Orange pulvérisées entre 1961-1971 dans le contexte plus large de l’histoire du Viêt Nam et des longues années que dura ce conflit. Il offre également au lecteur une vision plus générale de la politique belliciste menée avec les herbicides et d’autres substances chimiques, et des nombreuses batailles juridiques qui se poursuivent aujourd’hui encore au sujet des produits chimiques. Son travail intègre de manière admirable les données scientifiques, politiques et historiques sur ce lugubre chapitre de l’histoire humaine. »

- Jeanne Mager STELMMAN, professeur de chimie physique,
spécialiste de la santé et de la sécurité au travail,
rédactrice du rapport le plus récent et complet sur l’Agent Orange.


« Les toxiques défoliants, dont l’Agent Orange, qui furent déversés massivement sur le Sud-Viêt Nam pendant la guerre américaine et qui contenaient de la dioxine, ont ravagé les écosystèmes naturels, et par voie de conséquence les équilibres de la vie de l’homme dans la région. C’est la première guerre chimique de l’histoire, la seule de cette ampleur qu’ait connue le monde à ce jour. Les effets principaux furent un bouleversement étendu, durable et sévère, des zones forestières et des terres cultivés, base essentielle pour une société agricole. Les effets de la dioxine ont poursuivi leur œuvre de destruction dans le silence et à long terme, tant sur les populations que sur l’environnement. En tant que scientifique, j’espère que ce livre de l’auteur André Bouny, peut-être le plus complet qui existe sur l’Agent Orange, sera un nouveau signe pour condamner l’usage des défoliants au Viêt Nam et pour alerter la conscience d’une humanité qui continue à être confrontée à la violence.»

- Vo QUY,
ornithologue et écologue vietnamien.


« J’ai rencontré André Bouny à l’occasion d’un rassemblement contre le développement des armes nucléaires. Comme moi, il est sensible aux conséquences néfastes que peuvent engendrer des technologies meurtrières, et le cas des victimes des essais nucléaires français nous a rapproché dans nos combats.
Alors même que nos gouvernants tentent de nous faire croire que nous tendons vers une pacification du monde – via la dénucléarisation de notre armement – les armes chimiques continuent de proliférer. Sous couvert de ne pas utiliser l’arme atomique, l’on développe des armes bactériologiques, chimiques ou à l’uranium appauvri tout aussi effroyables.
Concernant l’Agent Orange, ses conséquences sanitaires et environnementales sont loin d’être finies. Mais si l’on ne peut plus sauver la vie de ses victimes, nous nous devons au moins de dénoncer leurs bourreaux, ces mêmes marchands de mort qui recyclent et commercialisent leurs armes sous la forme de différents types de biocides grand public.
La mémoire des hommes étant courte, il est indispensable de rappeler les horreurs d’autrefois – au travers de témoignages authentiques et détaillés – afin que nous les empêchions de se reproduire. En ce sens, je pense qu’André a réussi son pari et je l’en félicite : son livre permet d’apporter une nouvelle lumière sur les heures sombres de notre passé. »

- Michèle RIVASI, professeur agrégée de biologie,
fondatrice de la CRIIRAD, députée européenne.


« Si le moindre doute subsistait quant à savoir si l’usage de l’Agent Orange, ce défoliant contenant de la dioxine, pendant la guerre du Viêt Nam constitue un crime de guerre abominable, cet ouvrage complet et passionnant d’André Bouny le fera taire à jamais. Depuis plus de 30 ans, à travers son art, son écriture, et la voix de son activisme politique, André Bouny s’élève avec passion, de manière franche et sans détours, contre ce crime de guerre impuni afin de rendre justice aux victimes de l’Agent Orange. Aujourd’hui, André est sans doute la plus grande source d’informations sur le sujet ; il a synthétisé sa profonde faculté d’analyse et de compréhension en un récit captivant. S’il existe une justice humaine universelle, le recours à la guerre chimique la viole incontestablement. »

- Leslie WIENER, documentariste
et réalisatrice de Agent Orange, une guerre sans fin.


« (…) André Bouny est un juste. Il fait partie de ces rares humains qui, par l’authenticité de leur engagement et une capacité d’obstination sans limite, font constamment bouger les lignes et permettent surtout à des victimes muettes d’être identifiées pour ce qu’elles sont par le plus grand nombre. Il est le mandataire formidable, ce livre en est l’illustration, des victimes vietnamiennes d’une des plus grandes tragédies du siècle dernier  : elles méritent que leur parole soit portée universellement, et elles mériteraient tout autant que leur affliction soit reconnue par un juge national ou international. Ce livre, en forme de coup de colère, est de loin le plus complet que je connaisse sur le sujet, et surtout un précieux témoignage de l’immensité des souffrances causées par les ravages de l’Agent Orange que l’armée américaine utilisa lors de la guerre du Viêt Nam entre 1961 et 1971. (...) »

- William BOURDON, avocat
et militant des droits de l’Homme, (extrait de l’avant-propos).


« La méconnaissance du problème de la dioxine, substance chimique effroyablement toxique, ajoutant sa nocivité et sa persistance aux dégâts de l’Agent Orange utilisé lors de la guerre du Viêt Nam est immense, étonnante, chez beaucoup de gens de tous milieux sociaux. André Bouny, que j’ai l’honneur de connaître, a écrit une œuvre maîtresse sur ce sujet qui n’a jamais été traité de manière aussi complète, aussi documentée, depuis le savoir de pure chimie et les techniques d’emploi de ces armes de guerre, jusqu’aux aspects politiques et militaires et aux retombées médicales, sociales, économiques, juridiques et morales, précoces ou tardives. Le livre de ce Juste est un cri d’horreur, d’effroi, de colère en adéquation parfaite avec sa vie personnelle et ses engagements familiaux. L’analogie des dommages majeurs provoqués par l’Agent Orange couplé à la dioxine avec ceux occasionnés par d’autres produits tant militaires que civils est frappante. La qualité du texte, la présentation de ce livre, le soin apporté à la reproduction de documents divers, de photos et de cartes, sont remarquables. »

- Jean MEYNARD, médecin,
vice-président de l’association française Vietnam, les Enfants de la Dioxine",
et coauteur du livre Agent Orange, Crime d’hier, tragédie d’aujourd’hui.


« "La conscience de l’humanité est profondément troublée par la guerre qui se poursuit au Vietnam, et qui oppose le plus riche et le plus puissant État du monde à une nation de paysans pauvres en lutte pour son Indépendance depuis un quart de siècle" (Tribunal Russell, Londres, le 15 novembre 1966). À l’époque en effet, la "guerre du Vietnam" suscitait l’indignation de tous les hommes attachés à la liberté et au respect des peuples et de la personne humaine. Alors que les combats sont terminés depuis 35 ans, on pourrait penser que "la conscience de l’humanité" s’est émoussée en constatant le silence qui entoure un prolongement tragique de cette guerre : le drame de l’Agent Orange. C’est le premier mérite de l’ouvrage d’André Bouny de rompre ce silence. Rares sont en effet les livres sur cette question, notamment en français, et celui-ci vient enrichir notre connaissance et notre réflexion sur ce drame. Le second mérite est évident à la lecture de cet ouvrage : il traite de façon très complète l’ensemble des dimensions d’un drame très complexe où s’imbriquent sans cesse les aspects les plus divers : historique, scientifique, sanitaire, environnemental, politique, juridique, diplomatique, etc. N’étant ni historien, ni biologiste, ni environnementaliste, ni juriste, je ne peux porter de jugement sur ces différents aspects, mais je veux dire, ayant une certaine connaissance du dossier, que je ne peux qu’approuver le plaidoyer et les conclusions de l’auteur.
Enfin, le livre se lit avec un intérêt constant grâce à un style alerte, soutenu par l’engagement assumé de l’auteur auprès des victimes et du peuple vietnamien et par une iconographie qui ne peut laisser indifférent.
Il faut donc souhaiter un plein succès à cet ouvrage
pour qu’il contribue à lever la chape de plomb qui règne sur l’Agent Orange et à mobiliser l’opinion publique sur la question. »

- Francis GENDREAU, démographe,
ancien président de l’association d’amitié franco-vietnamienne (AAFV),
et coauteur du livre Agent Orange, Crime d’hier, tragédie d’aujourd’hui.


« Ce livre, incroyable et troublant, est une analyse remarquable des conséquences génocidaires de l’Agent Orange fabriqué, entre autres, par la transnationale Monsanto. Les photos révèlent l’horreur de l’Agent Orange, images que beaucoup de gens préféreraient ne pas regarder, illustrant ainsi l’un des plus grands crimes contre l’humanité. À la fois critique et conscient, André Bouny explique, non sans émotion, comment ce crime s’est accompagné de la destruction systématique de tout un territoire. Il décrit l’histoire de ce poison et d’une guerre atroce en nous faisant comprendre que les fabricants américains ont vendu en pleine connaissance de cause cette "arme de la mort" volontairement utilisée par les ingénieurs chimistes des laboratoires militaires US durant la guerre du Viêt Nam. Le gouvernement états-unien connaissait-il les conséquences désastreuses de cette arme chimique ? Ce livre révèle également le long combat pour rendre justice aux millions de victimes de l’Agent Orange... Il faut absolument lire ce livre ! »

- Micheline LADOUCEUR, directrice associée du Centre de recherche sur la mondialisation,
rédactrice pour le site Mondialisation.ca .


« Il s’agit d’une étude détaillée et soigneusement documentée mettant en relief non seulement les crimes de guerre commis par les États-Unis au Viêt Nam, mais également la complicité des compagnies impliquées dans le développement de cette arme chimique. »

- Michel CHOSSUDOVSKY, professeur émérite de sciences économiques,
auteur et consultant international, directeur du Centre de recherche sur la mondialisation.


« J’ai vécu en témoin puis en acteur cette guerre totale aux effets dévastateurs terrifiants. J’ai participé à la résistance aux côtés des victimes enfin vainqueurs au prix de sacrifices sans nom. Aujourd’hui devenu citoyen vietnamien, je mesure encore plus l’étendue de la blessure béante que la dioxine maintient au cœur des populations de ce pays. La menace quotidienne qu’elle représente pour les enfants de la paix. Le livre d’André Bouny est admirable par sa vérité, la richesse et la précision des informations qu’il nous expose, la rigueur de ses analyses. Il fait partie des ouvrages majeurs sur cette tragédie. C’est sans aucun doute un acte d’accusation implacable pour les responsables civils et militaires de ce crime atroce, un appui essentiel pour tous ceux qui dans le monde n’oublient pas les victimes vietnamiennes et américaines, qui veulent briser le silence des cimetières et en finir avec la raison du fusil. »

- André MENRAS, enseignant à la retraite
et résistant anti-impérialiste à la guerre du Viêt Nam.


« Ce nouveau livre, Agent Orange - Apocalypse Viêt Nam, raconte l’histoire d’un grand crime. Ce crime, commis il y a longtemps par les États-Unis, constitue encore de nos jours un bien triste héritage. André Bouny enquête depuis des années sur le sujet, et témoigne à destination de l’opinion publique afin d’obtenir justice pour les victimes de la contamination par l’agent orange. Son livre, à la documentation superbe, doit être lu si l’on veut que le monde reconnaisse le préjudice honteux fait au peuple vietnamien. En un sens, la guerre continue encore. Les souffrances de la population ne doivent pas être ignorées, et le gouvernement américain doit répondre de ses crimes contre l’humanité. »

- Bruce K. GAGNON,
coordinateur du Réseau global contre la Militarisation et la Nucléarisation de l’Espace.


« Quand j’ai rencontré André Bouny, je ne savais pas grand chose de la catastrophe qu’avait subie le Viêt nam du fait des épandages délibérés de l’Agent Orange par l’armée américaine. Je me souviens avoir été impressionné par le bonhomme, et avoir ressenti une certaine tristesse à l’idée que tant de détermination et de générosité, au service d’un combat si juste, ne trouvent pas davantage d’écho dans le débat public. André semblait alors prêcher dans le désert... Que de chemin parcouru, jusqu’à ce livre puissant, bouleversant d’humanité et néanmoins d’une rigueur à l’épreuve des plus sombres dénis ! Nul doute que cette contribution majeure fera date dans le combat pour la reconnaissance des victimes de cette guerre épouvantable, et servira, au-delà, la cause de tous ceux qui luttent pour empêcher, puis punir, les fauteurs de guerre et les industriels qui leur prêtent assistance. »

- Xavier RENOU,
ancien chargé de la campagne Désarmement nucléaire à Greenpeace France,
fondateur des Désobéissants

« La politique de la "terre brûlée" dans le but de décourager l’adversaire, voilà une vieille recette que les Occidentaux ont perfectionnée au cours de leurs guerres coloniales. "Only we can prevent forests" était la devise de l’US Air Force à l’époque de la guerre du Vietnam, rapportait le journaliste Robin Clarke en 1971. Considérer les civils comme un objectif à part entière, la deuxième guerre mondiale l’a illustré. Le recours aux armes de destruction de masse (Hiroshima/Nagasaki) préfigure les guerres contre les générations futures. Triste ironie de l’histoire, les armes dont il est question ici sont des dérivés de ce qui symbolisait un certain type de "développement", comme dans le cas des herbicides, censés augmenter la productivité de nos terres agricoles, contribuer à cette "révolution verte" qui s’est vue décerner un prix Nobel de la paix. Merci à André Bouny de réunir toute l’info aujourd’hui disponible.
Faire en sorte que ce genre d’écocide et de destruction durable ne passe pas inaperçus est un défi à relever. Déjà en 1992, lors de la première conférence de révision du Traité ENMOD (1978) à Genève, les États signataires ont rédigé et approuvé un texte qui dit bien que "l’usage des herbicides (…) en tant que méthode de guerre appliquant une technique modifiant l’environnement est interdite si l’emploi des herbicides bouleverse l’équilibre écologique d’une région (…) Mais ce traité de 1977 – le premier à lier désarmement et environnement n’a pas été signé ou ratifié par la France (toujours pas en 2010 !) Pas plus que la convention sur les armes chimiques, ENMOD n’interdit la fabrication ou la possession d’herbicides !
Rares sont les [auteurs] français comme André Bouny à ne pas exonérer le complexe militaro-industriel et militaro-chimique des dégâts environnementaux. »

- Ben CRAMER, journaliste,
vice-président de l’Association des Journalistes pour l’Environnement.


« Je suis très heureux que cet ouvrage ait vu le jour. Je dois féliciter l’auteur, M. André Bouny, pour son travail remarquable, qui présente de manière exhaustive le sujet de l’Agent Orange/Dioxine, et la dévastation que son utilisation excessive et parfaitement injustifiée a causé au Viêt Nam, aussi bien au pays qu’à son peuple, et aux générations futures. Cela ne pouvait être réalisé que par une personne comme M. Bouny, tout entier dédié à aider les enfants vietnamiens. Mais cela n’aurait pas été possible sans le soutien de l’éditeur… Je souhaite à ce livre un franc succès et je sais que l’auteur continuera sa mission avec l’énergie et le dévouement qui le caractérise… »

- Jitendra SHARMA, juriste,
avocat à la Cour suprême de l’Inde.


« ... J'ai trouvé ce livre formidable et indispensable. L'un des meilleurs travaux que j'ai lus sur le sujet... »

- Laurence JOURDAN,
journaliste et documentariste,
auteur de Agent Orange, Retour en enfer.


NOUVEAU:
Un livre jugé "indispensable" par France-Inter.

Voilà qui réjouira tous ceux qui connaissent le sujet - ils sont encore, malheureusement, une infime minorité en France :

Après la diffusion de l'excellente "Transversales" de la RTBF, c'est la deuxième fois qu'une radio nationale consacre une émission entière pour parler de ce problème (écologique, sanitaire, humain) aussi grave que méconnu. Comme les journalistes de la RTBF, M. Patrick PESNOT se base largement sur le livre d'André BOUNY et réussit le tour de force de synthétiser - en 26 minutes passionnantes - les informations les plus importantes sur la plus grande guerre chimique de tous les temps. Nous vous invitons à l'écouter.

France-Inter

Ecoutez l'émission "Rendez-vous avec X" (du samedi 25 février 2012) de Patrick PESNOT, sur France-Inter.



Double événement médiatique en novembre : l'Agent Orange est le sujet principal d'une émission de la RTBF, et l'auteur du livre est également l'invité d'une chaîne de télévision française (France3 Sud).


Radio Télévision Belge Francophone

Ecoutez l'émission "Transversales" (du samedi 20 novembre 2010).


* Transversales, l'émission de reportages de la rédaction de la RTBF, la première chaîne de radio nationale belge, a diffusé un long et remarquable travail sur les conséquences de l'épandage des défoliants chimiques, à une heure de grande écoute (le samedi de 12 à 13 heures). Le reportage se base en grande partie sur le livre d'André Bouny, qui est par ailleurs interviewé, de même que le photographe belge Olivier Papegnies. Les radios françaises oseront-elles également s'intéresser à ce gigantesque problème écologique et sanitaire, doublé d'un immense scandale judiciaire, dans un futur proche ? Nous l'espérons, mais nous sommes malheureusement sceptiques... En attendant que les journalistes français fassent leur travail d'information, nous vous invitons à écouter l'émission de ces courageux reporters belges... Elle est maintenant archivée sur notre site (sur le lecteur audio ci-dessus). Un grand bravo à MM. André Zaleski, Marc Molitor, Jean-Marc Turine, Ludovic Vanpachterbeek et Irvic d'Olivier.




* Après la diffusion d'un premier reportage sur son livre dans le JT régional (Quercy-Rouergue) de France3, André Bouny est l'invité de l'émission "Le Grand Témoin du Dimanche Soir", sur France3 Sud, le dimanche 21 novembre, de 19 à 20 heures.


* Cet ouvrage a été choisi par la rédaction de la Revue écologiste S!lence, qui en a fait son "Livre du Mois",
(N°382, de Septembre 2010).


* La Fondation GoodPlanet de Yann Arthus-Bertrand, offre une tribune libre à André Bouny pour parler de l'Agent Orange: cliquez ici pour la lire en français, et là pour la lire en langue anglaise.


* À lire également l'interview de l'auteur par Silvia Cattori :
VIÊT NAM : L’AGENT ORANGE TUE ENCORE :
Bébés monstrueux, cancers, pays dévastés, est-ce cela notre héritage ?



=> Le livre a fait l'objet de bien d'autres recensions et articles dans la presse française, mais faute de disponibilité, nous n'avons pas pu les mettre en ligne...


Regardez L'INTERVIEW de l'auteur réalisée par René BALME (Vivé Télé) :

(Durée 60 minutes). Si cette vidéo ne s'affiche pas correctement dans le cadre ci-dessus, elle est disponible sur le site de la TV participative Vivé Télé, ici.


LA PRÉSENTATION DU LIVRE, en vidéo :


Nous vous invitons à voir L'Empire du Milieu du Sud, l'excellent film de MM. Jacques Perrin et Eric Deroo. Si cette œuvre sensible n’aborde pas le sujet de l’Agent Orange, (ce que l'on peut regretter), elle a entre autres mérites celui de poser les bases historiques nécessaires pour comprendre les immenses problèmes inhérents à ce poison. Nous nous réjouissons donc de sa sortie au cinéma, fin novembre 2010, et récemment en DVD.

En voici la bande-annonce:




Par ailleurs, suite à leur lecture du livre de M. Bouny, MM. Stéphane Hessel et Jacques Perrin ont rejoint au sein du CIS (le Comité International de Soutien aux Victimes de l’Agent Orange, créé par l'auteur, parmi d'autres personnalités prestigieuses.




Retrouvez toutes les informations sur cette page (et plus encore) dans le dossier de présentation du livre, en cliquant ici.



L'Agent Orange, en images


En cliquant sur les liens ci-dessous, vous accédez à la galerie des photographies de 2 des 4 photoreporters dont les travaux illustrent le livre Agent Orange, Apocalypse Viêt Nam:

* Le travail d'Olivier Papegnies au Vietnam.
** Et ici, aux Etats-Unis.

*** Et encore, le reportage d'Alexis Duclos au Vietnam.


NB: Attention, certaines images sont difficiles à regarder...


L'Agent Orange, aujourd'hui


L’Agent Orange constitue un drame immense, et oublié.

Qui connaît les conséquences de l’épandage de cet herbicide pendant la guerre du Viêt Nam ? Et qui s’en soucie réellement ?

À l’heure où l’on parle partout dans les médias et jusque dans les partis politiques de protection de l’environnement et de développement durable, il est essentiel de ne pas oublier les crimes et les erreurs du passé pour témoigner auprès des générations actuelles et ne plus jamais avoir à faire face à une telle situation.

Quarante ans après, ce défoliant contenant d’importantes quantités de dioxine continue à faire des ravages (graves malformations infantiles, cancers) tant sur le plan environnemental qu’humain.
Hélas, ce sont les mêmes entreprises qui, après avoir produit l’Agent Orange, continuent de jouer les apprentis sorciers (tel Monsanto avec les OGM) en privilégiant les profits financiers au détriment de la santé des êtres humains, partout dans le monde.



10 questions sur l'Agent Orange


Qu’est-ce que l’Agent Orange ?

C’est l’herbicide le plus utilisé par l’armée américaine durant la guerre du Viêt Nam. Les herbicides servaient à défolier les forêts (afin d’empêcher la guérilla vietnamienne de se cacher), à protéger les installations militaires et à détruire les récoltes ennemies. L’Agent Orange est en fait de couleur rose-brun. Il doit son nom aux bandes de couleur orange peintes sur les barils dans lesquels il était stocké. De même furent baptisés les autres produits chimiques dit « Arc-en-ciel » que sont les Agents Blanc, Bleu, Rose, Vert et Pourpre.


Pourquoi l’Agent Orange est dangereux pour l’homme ?

Deux tiers des herbicides utilisés pendant la guerre du Viêt Nam, notamment l’Agent Orange, contenaient de l’acide 2,4,5-T connu pour ses capacités défoliantes. Or les procédés de fabrication industrielle de cet acide, élaborés pour maximiser les profits, eurent pour conséquences de le contaminer par des doses plus ou moins importantes d’une substance extrêmement toxique : la 2,3,7,8-tétrachlorodibenzo-para-dioxine (TCDD).


Combien de dioxine a-t-on déversé au Viêt Nam ?

La quantité de dioxine variait selon les herbicides. Selon les dernières estimations,* entre 1961 et 1971, l’armée américaine aurait à elle seule déversé près d’une centaine de millions de litres d’herbicides contenant plus de 300 kilos de dioxine TCDD, sur des centaines de milliers d’hectares, dans le sud et le centre du Viêt Nam principalement, mais aussi au Laos et au Cambodge. Or les normes internationales fixent les seuils limites de dioxine en millionièmes de millionième de gramme par personne.


Quels sont les effets de la dioxine ?

La dioxine est une substance cancérigène et tératogène (produisant des malformations au stade fœtal). Elle provoque des maladies de peau, des cancers, et porte atteinte au système immunitaire, reproductif et nerveux.


Combien de personnes ont-elles été touchées par les herbicides au Viêt Nam ?

Selon les dernières estimations,* de 2,1 à 4,8 millions de Vietnamiens ont été directement exposés aux herbicides entre 1961 et 1971, auxquels il faut ajouter un nombre inconnu de Cambodgiens, de Laotiens, de civils et militaires américains, et de leurs divers alliés (australiens, canadiens, néo-zélandais, sud-coréens). Mais le nombre total de victimes va sans doute au-delà car la dioxine se transmet par la chaîne alimentaire : lait maternel, lait de vache, consommation de viandes ou de poissons contaminés.


Qu’est-ce que l’opération Hadès ?

C’est le nom originel de l’opération américaine de défoliation par voie aérienne au sud du Viêt Nam, qui fut ordonnée sous la présidence Kennedy en 1961, et se termina en 1971. Comme le nom Hadès fut jugé trop « explicite » (Hadès est le dieu des morts), il fut changé peu après en opération « Ranch Hand » (Ouvrier agricole).


Les États-Unis ont-il admis leur responsabilité pour les dommages causés par les herbicides au Viêt Nam ?

Non, ils réfutent toujours toute responsabilité, et n’ont jamais versé le moindre centime aux victimes vietnamiennes, cambodgiennes et laotiennes de l’Agent Orange.


Les victimes de l’Agent Orange ont-elles porté plainte ?

Les vétérans américains victimes de l’Agent Orange ont porté plainte contre les fabricants de cet herbicide chimique, car ils n’avaient pas le droit de poursuivre le gouvernement américain. En 1984, ces industriels ont signé un accord à l’amiable avec les associations de vétérans : en échange de l’arrêt de toute poursuite, les fabricants ont versé 180 millions de dollars à un fonds de compensation aux vétérans américains victimes de l’Agent Orange. Début 2004, l’association vietnamienne des victimes de l’Agent Orange a porté plainte contre les fabricants de ce qu’elle considère être un poison. Les deux principaux producteurs étaient Dow Chemical et Monsanto. Fin février 2009, la Cour suprême des États-Unis a rejeté la requête des victimes vietnamiennes et américaines.


La dioxine, problème passé ou actuel ?

Trente cinq ans après la fin de la guerre, les maladies et symptômes liés à la dioxine sont toujours présents au Viêt Nam, et dans certaines zones, il reste une quantité considérable de dioxine. On compte aujourd’hui trois générations de Vietnamiens touchées par les herbicides.


La dioxine, problème local ou mondial ?

La dioxine n’est pas un problème qu’au Viêt Nam. En effet, plusieurs activités industrielles courantes occasionnent la production de dioxine, notamment la combustion d’ordures ménagères et le blanchiment de pâte à papier. L’accident industriel de Seveso en Italie (1976) témoigna des dangers de la dioxine dans le monde entier.


* J.M. Stellman, S.D. Stellman, R. Christian, T. Weber et C. Tomasallo, « The extent and patterns of usage of Agent Orange and other herbicides in Vietnam », Revue Nature, Volume 422, Avril 2003.



L'Agent Orange en France...


L’année 2010 avait été déclarée "Année mondiale de la biodiversité"...
Or les épandages d'Agent Orange constituent le plus grand écocide du vingtième siècle...
Avez-vous entendu parler de ce scandale sanitaire dans les médias ?

Il est navrant de constater que le sujet relève encore du tabou, relayé quasi exclusivement (à de rares exceptions près) par l'Internet. Qui osera en parler dans les médias grand public ? Qui osera montrer l'extraordinaire travail des photojournalistes ? Nous vous tiendrons informés sur cette page des réponses que nous avons reçues... comme bien sûr de l'absence de réponse des rédactions et journalistes contactés. Car qui ne dit mot participe au crime.



Quelques réponses à nos sollicitations...

Vous ne trouverez pas le livre dans les rayons Librairies des magasins Nature & Découvertes; la responsable des Achats de Livres de la chaîne nous a adressé cette explication pour justifier son choix:
« ... malgré sa qualité, (l'ouvrage) ne correspond pas à l’orientation que nous souhaitons donner à nos magasins. »

M. Denis Cheyssoux nous a dit ne pas pouvoir parler de ce dossier dans son émission "CO2, mon amour", car le format (1 heure chaque semaine, le samedi à 14h) ne s'y prêtait pas, et par ailleurs, il juge le sujet... trop "anxiogène" !

Nous avons contacté M. Matthieu Vidard, dont l'émission quotidienne "La tête au carré" sur France Inter s'occupe tout particulièrement de sciences et de technologies; en effet, il nous apparaît évident que l'élaboration puis l'utilisation de l'Agent Orange sous le contrôle de "scientifiques de la mort" posent à tout le moins des questions éthiques d'une importance considérable, qui méritent que l'on s'attarde sur cette perversion de la Science... Il n'a même pas daigné nous répondre !

À suivre...


Visitez le site de notre partenaire : Collectif Vietnam-Dioxine

NB: Cette association n'est malheureusement plus active, et son site n'a pas été maintenu...

Nous vous invitons à vous informer des actualités en lien avec l'Agent Orange sur le site
Agent Orange Vietnam.org

* N'hésitez pas à partager ces informations le plus largement autour de vous...



Utilisez la souris pour cliquer sur les liens...


Nous vous invitons à vous informer des actualités en lien avec ce sujet sur le site
Agent Orange Vietnam.org

* N'hésitez pas à partager ces informations le plus largement autour de vous, notamment en les recommandant sur les différents blogs et réseaux sociaux que vous utilisez...

Les associations militantes

Associations (ou Collectifs ou Organismes institutionnels):

- Vietnam/Dioxine, le collectif d’associations soutenant les victimes vietnamiennes de l’Agent Orange (essentiellement à Paris et région parisienne, mais aussi à Lyon, Marseille, Lille, Toulouse et Bordeaux), est partenaire des éditions Demi-Lune.

- Association Vietnam, enfants de la dioxine (à Bry sur Marne).

- Association d’Amitié Franco-Vietnamienne, AAFV (à Montreuil).

- Association Orange : fleurs d’espoir (Val de Marne).

- Association Ad@ly, les amis de Dalat, (à Montpellier).

- Association vietnamienne des victimes de l’Agent Orange/Dioxine (VAVA) : site en vietnamien, avec une partie en anglais. 

- Association des vétérans (anciens combattants) états-uniens, VVA (en anglais).

- Campagne états-unienne en soutien des victimes vietnamiennes, VAORRC, (en anglais).


Documents et informations

Informations concernant la dioxine par l'Institut National de l’Environnement et de Santé, (NIEHS), en anglais.

Étude de l'EPA (Agence Nationale pour la protection de l’Environnement), en anglais: « Exposure and Human Health Reassessment of 2,3,7,8-Tetrachlorodibenzo-p-Dioxin (TCDD) and Related Compounds National Academy Sciences (NAS) Review Draft ».

Étude de l'Office of Public Health and Environmental Hazards (OPHEH, Bureau de la Santé publique et des risques environnementaux), dépendant du ministère des Affaires des Vétérans US, (en anglais).

Site du groupe Hatfield Consultants qui étudia l’impact de la dioxine au Viêt Nam, au Cambodge et au Laos.

Site du Dr Jeanne Mager Stellman qui établit le rapport du même nom, (en anglais), avec un lien vers l’article de présentation (résumé) du numéro 422 du journal Nature daté du 17 avril 2003, (en anglais).

L’article scientifique complet publié par Nature, (payant, en anglais) : « The Extent and Patterns of Usage of Agent Orange and Other Herbicides in Vietnam ».

Site de l’Université de Yale traitant des effets des agents utilisés par les militaires au Viêt Nam, (en anglais).

Site de l'Académie nationale des Sciences, Washington, (en anglais).

Site de l’Institut de Médecine, dépendant de l’Académie Nationale des Sciences – ANS – (à Washington), et rapports sur la santé des vétérans exposés à l’Agent Orange, (en anglais).

Les publications de l’ANS (Washington):

Étude du Service de Recherche du Congrès US, (en anglais) : « Vietnamese Victims of Agent Orange and U.S.-Vietnam Relations », de Michael Martin, in Congressional Research Service, Mai 2009.

Site présentant une partie des documents des trois procédures intentées par les victimes vietnamiennes aux États-Unis.

Enfin, un document extrêmement important évoqué dans le livre: le rapport de l’amiral Zumwalt, commandant de l’US Navy au Viêt Nam, sur l’opération Ranch Hand et ses effets sanitaires sur les soldats états-uniens, (en anglais).


Autres documents et ressources

Le Fond pour la réconciliation et le développement, (en anglais), met en ligne un dossier sur l’Agent Orange, ainsi que de très nombreux documents, comme celui-ci en PDF : « Recent Dioxin Contamination From Agent Orange in Residents of a Southern Vietnam City », JOEM (Journal of Occupational and Environmental Medicine), Vol 43, N°5, Mai 2001.

- Les habitants de Biên Hoa exposés à la dioxine par la nourriture, (en anglais), « Food as a Source of Dioxin Exposure in the Residents of Bien Hoa City, Vietnam », JOEM (Journal of Occupational and Environmental Medicine), Vol 45, N°8, Août 2003.

- Lieux où furent testés les herbicides et l’Agent Orange, en dehors du Viêt Nam, (en anglais), 

« Agent Orange usage Outside Vietnam », 2006.

- Informations sur l’Agent Orange au Laos, ( en anglais), « Agent Orange in Laos: Documentary Evidence », Andrew Wells-Dang, Août 2002.

- Informations au sujet des effets de l’Agent Orange au Cambodge, (en anglais), « Agent Orange in Cambodia: The 1969 Defoliation in Kampong Cham », Andrew Wells-Dang, Août 2002.

- Document sur les conséquences environnementales de la guerre « du Viêt Nam » dans les 3 pays directement concernés, Cambodge, Laos, et Viêt Nam, (en anglais), « Environmental Consequences of War: Cambodia, Laos, Vietnam »

- Conférence sur l’Environnement au Cambodge, au Laos, et au Viêt Nam, (en anglais).

- Document d’une réunion regroupant les personnalités, activistes et chercheurs, ayant travaillé sur l’Agent Orange, (en anglais), « Agent Orange Research and Policy Update », Juillet 2003, New England.

- Groupe d’études sur le Viêt Nam, (en anglais).

- de la Conférence Internationale sur l’Agent Orange qui s’est tenue en mars 2006 à Hanoi, (en anglais).

- Documentation sur les effets de l’Agent Orange sur les vétérans néo-zélandais, (en anglais), « Genetic Damage in New-Zealand Vietnam War Veterans, Participants Report », de Louise Edwards, Institute of Molecular BioSciences, Massey University. 

- « Agent Orange and the Vietnamese: The Persistence of Elevated Dioxin Levels in Human Tissues », American Journal of Public Health (Journal américain de Santé publique), Vol 85, N°4, Avril 1995, (en anglais).


Filmographie sur l'Agent Orange

Il est à noter que la plupart de ces films, bien que récents sont difficilement voire ne sont pas du tout accessibles en DVD ou en français, car ils sont l’œuvre de cinéastes ou documentari

Acheter ]]> contact@editionsdemilune.com (Arno Mansouri) www.editionsdemilune.com/agent-orange-apocalypse-viet-nam-p-33.html Tue, 29 Mar 2022 20:34:28 +0200 20.00 EUR 33 600 André BOUNY 1000 978-2-917112-11-3 //www.editionsdemilune.com/images/EDL_Couve_AO-Recto-Web.jpg 11 Septembre, La Faillite des médias www.editionsdemilune.com/11-septembre-la-faillite-des-medias-p-13.html www.editionsdemilune.com/11-septembre-la-faillite-des-medias-pr-13.html 11 Septembre, La Faillite des médias

L'auteur : David Ray GRIFFIN

Professeur émérite de philosophie des religions et de théologie, co-directeur du Centre pour les études de la Méthode à l'école de théologie de Claremont, M. David Ray GRIFFIN a publié plus d'une trentaine de livres, principalement sur le problème du mal et sur la relation entre la science et la religion.

Ses derniers ouvrages concernent le 11-Septembre, et 3 sont traduits en français : Le Nouveau Pearl Harbor : 11 Septembre, questions gênantes à l’administration Bush (2004), Omissions et manipulations de la Commission d’enquête sur le 11-Septembre (2005) et celui-ci, son plus récent et un chef-d’œuvre d’intelligence.

Il est également à noter que 4 de ces ouvrages ont fait l’objet d’une reconnaissance spéciale : Le Nouveau Pearl Harbor et Omissions & manipulations ont reçu le Prix de la Fondation Hélios en 2006. 11-Septembre, La faillite des médias a obtenu la médaille de bronze dans la catégorie Actualités du Independent Publisher Book Awards 2008. The New Pearl Harbor Revisited fut sélectionné comme l’un des 50 meilleurs livres de l’année 2008 par Publishers Weekly (l'équivalent US de Livres Hebdo) et comme le « choix de la semaine » en novembre de cette même année.



INDISPENSABLE

Grâce à ses précédents livres sur le sujet, David Ray GRIFFIN est largement reconnu comme l’un des porte-parole majeurs du mouvement pour la vérité sur le 11-Septembre. Bien que ce mouvement ait longtemps été ignoré par le gouvernement US et les médias dominants, des études d’opinion récentes ont révélé que le rejet de la version officielle est devenu, comme l’a écrit le magazine Time « un phénomène politique incontestable ». Il n’est donc pas surprenant que le gouvernement et les grands médias aient changé de tactique. Choisissant la contre-attaque, ils ont publié en rafale des articles et des "rapports" destinés à discréditer ces critiques.

Dans cet ouvrage, David Ray GRIFFIN montre à quel point il est facile d’invalider ces tentatives, en analysant les plus récents des rapports et articles publiés par le Département d’État, l’Institut national de normes et de techniques, le New York Times, Vanity Fair, et Time. Il répond aussi aux critiques émises par des publications de gauche, ou chrétiennes, dont on aurait pu s’attendre à ce qu’elles soient positives.

D’un bout à l’autre, GRIFFIN démontre que l’accusation portée à l’encontre des critiques de la version gouvernementale - à savoir qu’ils utilisent des méthodes irrationnelles et non scientifiques pour parvenir à leurs conclusions qui seraient basées sur des croyances – s’applique en réalité bien plus à ceux qui défendent la version officielle.

Ce livre, en détruisant par l’argumentation raisonnée les essais de réfutation les plus répandus à l’encontre des preuves mises en avant par le mouvement pour la vérité sur le 11/9, établit que la thèse centrale de ce mouvement - que le 11 Septembre est une conspiration interne - demeure la seule explication possible en accord avec les faits.


[Étant donnée la manière répétée et récurrente dont l’administration Bush a instrumentalisé la tragédie du 11 Septembre pour nous lancer dans des guerres immorales, … les questions posées par David Ray GRIFFIN au sujet du 11/9 doivent être prises en compte et il est nécessaire d’y répondre.]

- Howard ZINN, professeur émérite en sciences politiques à l’université de Boston
et auteur de Une histoire populaire des États-Unis.


Traduit de l'américain par Pierre-Henri BUNEL


« La théorie officielle [sur le 11/9, comme celle] sur l’effondrement des tours du WTC s’effondrera sûrement parce qu’elle est la théorie la plus irrationnelle et la plus anti-scientifique qui ait jamais été largement admise dans le monde moderne.»

- David Ray GRIFFIN.



Extraits du livre

Découvrez-en dès maintenant des extraits :

Écoutez et regardez

9/11 Mythe et Réalité, une excellente présentation de David Ray GRIFFIN:

« Bien que je sois philosophe des religions et théologien, j’ai passé le plus clair de mon temps, ces 3 dernières années, à travailler sur le 11 Septembre : à l’étudier, à écrire dessus, et à en parler. Dans cette lecture, j’essaierai de rendre claire la raison pour laquelle j’ai consacré à ce sujet tant de temps et d’énergie. Je le ferai en termes de distinction entre Mythe et Réalité. »

S'appuyant sur un argumentaire extrêmement précis et structuré, ainsi que sur de très nombreuses sources, David Ray Griffin déconstruit avec application 9 des mythes les plus criants sur lesquels repose la version "officielle" des événements du 11 Septembre 2001.

Ne dédaignant pas le recours à l'humour pour mieux faire ressortir les incohérences et les absurdités de la "théorie conspirationniste du gouvernement américain", comme il l'appelle judicieusement, sa lecture est de bout en bout brillante, captivante et... implacable.


Interview de David Ray GRIFFIN à Paris



Interview de l'auteur par le site d'informations ReOpen911, donnée à Paris le 14 octobre à l’occasion de la présentation de son dernier ouvrage, 11/9, la faillite des médias. GRIFFIN y expose comment il en est venu a s’interroger sur le 11 septembre 2001. Puis à critiquer la version "officielle" propagée par les médias.

Un excellent documentaire, à voir et à faire connaître...

Épouvantails, autruches et perroquets

Épouvantails, autruches et perroquets - 10 ans de journalisme sur le 11 septembre 2001 analyse la façon dont les médias ont évité pendant tout ce temps de parler des zones d'ombres et des remises en question qui planent sur ces événements. Après avoir vainement essayé la politique de l'autruche, ils se sont mis à dresser des épouvantails pour empêcher la réflexion sereine. Quiconque se permet de douter est un conspirationniste, un adepte de Thierry Meyssan, un anti-américain, voire un antisémite / négationniste.

Pourtant, les doutes sur la véracité de la version gouvernementale de ces attentats sont partagés par des gens nombreux, compétents (y compris des professionnels des disciplines scientifiques concernées par le 11-Septembre) et raisonnables, mais vous ne les verrez jamais à la télévision.

Une réflexion sur cet étrange tabou médiatique.

Belgique, vidéo, FR, 1h40'

Regarder la bande-annonce du film (2 minutes):

Visionner le film documentaire (100 minutes):

« Rumeur, Intox » : Les très grosses ficelles de Canal+

Dissection et arrêt sur images :

À propos du documentaire « Rumeur, Intox: Nouvelles guerres de l'info » de Stéphane Malterre, diffusé le jeudi 24 avril 2008 dans le magazine Jeudi Investigation sur Canal+,

des procédés de montage à caractère clairement diffamatoire et à tout le moins scandaleux !

Qui a peur de David Ray Griffin ?

Appliquant l’adage selon lequel “une image vaut mieux que mille mots”, voici deux images extraites du documentaire de Stéphane Malterre, « Rumeur, Intox: Nouvelles guerres de l'info » diffusé le jeudi 24 avril 2008 dans le magazine Jeudi Investigation sur Canal+, que j’ai souhaité commenter, en tant qu’éditeur en France de 3 livres de M. Griffin, tant les procédés mis en oeuvre par le réalisateur (et avalisés par la chaîne qui a diffusé ce reportage) à l’encontre de cet homme admirable et courageux me semblent odieux et insupportables. Il ne s’agit pas d’une lettre ouverte aux producteurs de Jeudi Investigation, pas plus que du droit de réponse que je leur ferai parvenir, sous réserve de toute procédure juridique ultérieure.

IMAGE extraite du reportage à la 36e minute et 07 secondes

En complément de cette image, peu valorisante de M. David Ray Griffin, (très gros plan sur son visage et au ralenti pour amplifier et déformer des mouvements oculaires autrement normaux, choisi et extrait à dessein parmi les milliers de vidéogrammes en possession du réalisateur), et du montage qui l’associe avec un site négationniste (pour lequel il n’a que du mépris et de l’antipathie), voici ce que le commentaire sonore assène, ancrant un peu plus dans l’esprit du spectateur l’idée (totalement fausse) que M. Griffin est lui aussi antisémite: “... Hufschmid, le blogueur antisémite qui accuse les juifs d’être derrière le 11 Septembre...”

On notera que Hufschmid est alors filmé de la même manière, « au fond des yeux », comme pour souligner graphiquement une connivence idéologique qui, je le répète, n’existe pas ailleurs que dans l’imagination de ce journaliste.

Le reportage est diffusé 7 mois après le tournage des dernières scènes: il est évident que dans son montage rien ne relève du hasard, (ou de la précipitation) mais au contraire que tout a été pensé pour maximiser les effets dévastateurs sur l’inconscient du spectateur, comme ici, où Griffin semble interroger du regard ce pitoyable imbécile antisémite d’Hufschmid, présenté plus tôt comme “source d’inspiration” d’un “professeur à la retraite qui outre l’argent a trouvé dans le 11 Septembre une nouvelle carrière de globe-trotter, et l’occasion de signer quelques livres” ! C’est oublier que M. Griffin, quand il écrit Le Nouveau Pearl Harbor, a déjà publié près de 30 livres, a voyagé partout dans le monde et qu’il mettait donc en jeu, avec courage, une carrière et une renommée internationale à faire pâlir d’envie la plupart de nos pseudo-experts en terrorisme hexagonaux qui pérorent les mêmes âneries sur les plateaux de télévision depuis le 11 Septembre.

Ensuite, sous prétexte de donner la parole à M. Griffin, Malterre dénature totalement la nature et la portée des propos tenus par le professeur de philosophie: (extrait à partir de 36’20”)

Griffin : « S’il y a bien une chose pour laquelle j’ai été critiquée au sein du Mouvement, c’est justement de ne pas mettre en cause les juifs. »

Immédiatement suivi de ce commentaire du reporter : À entendre le prof, le Mouvement du 11 Septembre serait largement infiltré par des militants antisémites.

Ce commentaire clôt la partie “11 Septembre” du reportage sur une formule choc... qui non seulement n’a aucun fondement réel et relève du plus pur fantasme, mais est une invraisemblable extrapolation des propos de Griffin.

Le travail de Griffin (8 livres à ce jour dont 3 traduits en français) est en effet d’une telle qualité en termes de rectitude intellectuelle et morale, que les gens à l’intérieur du Mouvement qui les ont lus considèrent M. Griffin à la quasi-unanimité comme l’auteur de référence. Un nombre infinitésimal de critiques proviennent donc du “Mouvement”, et parmi celles-ci, les critiques auxquelles l’auteur fait référence. De fait, dans tout groupe social (forces armées, policiers, ouvriers, syndicalistes, sénateurs ! Etc...) professionnel ou pas (sportif, de loisir...) on peut trouver des personnes racistes et antisémites : mais il ne viendrait pas à l’idée de quiconque de clamer que tous les députés de l’Assemblée nationale sont machistes parce que l’un d’entre eux a utilisé le terme offensant de “connasse” à l’encontre d’une femme politique.. Il y a certainement des personnes racistes voire antisémites dans ce groupe appelé aux Etats-Unis le "Mouvement pour la Vérité sur le 11 Septembre", et je suis avec Griffin le premier à le déplorer, mais certainement pas plus qu’ailleurs dans nos sociétés occidentales. American Free Press (Willis Carto) et Hufschmid ne sont tout simplement pas représentatifs du Mouvement et c’est tant mieux.

Pour brouiller les faits et les esprits des téléspectateurs, le reportage passe ensuite à un sujet qui n’a absolument rien à voir, comme s’il pensait réellement avoir démontré quoi que ce soit sur les raisons pour lesquelles des centaines de millions de personnes dans le monde doutent de la “version officielle” du 11 Septembre telle que donnée par l’administration Bush dans les minutes qui suivirent les attentats et repris depuis chaque jour sur tous les grands médias corporatifs !

Ce documentaire qui s’attache soi-disant à dénoncer l’intox et la propagande sur l’Internet use et abuse de raccourcis, d’amalgames, tronque volontairement les faits, en présente d’autres de façon partisane ou totalement malfaisante dans une volonté non d’informer mais de nuire. Edifiant ! Le reportage verse dans tous les travers de ce qu’il entendait démontrer... (rumeurs, intox et propagandes). Je n’ai pris que l’exemple du traitement fait à Griffin car je suis son éditeur en France, mais je connais bien le “dossier du 11 Septembre” et les méthodes douteuses sont légions dans ce reportage et trop longues à disséquer.

Tout au moins dans sa première partie, consacrée au 11 Septembre. Pour la seconde, et dans la mesure de mes connaissances sur le sujet, le travail sur la campagne de calomnie honteuse menée à l’encontre du journaliste Charles Enderlin (au demeurant une histoire plus simple, bien moins vaste et complexe que le 11 Septembre) le reportage semble bien plus crédible. Notons toutefois pour conclure que lier ensemble les 2 sujets est le trait de génie de ce faussaire de Malterre, car il se met dans la poche ses confrères tout en se faisant passer pour un preux chevalier apte à combattre les intégrismes et la désinformation où qu’elle se trouve, y compris jusque dans les milieux juifs ultras. Pour cela, chapeau l’artiste !

Nous profitons de cette occasion pour témoigner de notre sympathie à M. Enderlin, un vrai reporter, lui, et tout le contraire d’un mercenaire manipulateur en quête de cooptation.

Arno Mansouri

directeur des Editions Demi-Lune

//www.editionsdemilune.com



« J'ai beau lire Griffin depuis longtemps maintenant, j'ai trouvé ce livre une fois de plus passionnant. Surtout que conformément à sa méthode, il refuse toute conclusion non étayée. Même à lui-même.
Il reste un doute sur ce qui s'est réellement passé à Shanksville. Compte tenu de ce que j'ai appris par mes propres sources militaires, je pensais avoir quelques certitudes. Or le livre de Griffin m'a donné des doutes. Certes, selon toute vraisemblance, c'est bien un avion de l'USAF qui a abattu le vol UA 93, mais il reste encore de nombreuses incertitudes sur cette affaire.
Griffin, qui est pourtant un des principaux acteurs du Mouvement pour la vérité sur le 11 Septembre, ne prétend pas avoir réponse à tout. Comme la plupart des gens du Mouvement, c'est la vérité qui l'intéresse, pas forcément la chute du régime Bush, Cheney & C°.
Alors que les théoriciens officiels du complot n'ont qu'un seul but : cacher la vérité quelle qu'elle soit, et pour se faire se sentent obligés d'avoir réponse à tout, quitte à s'affranchir des lois du bons sens, de la science... et surtout de l'honnêteté intellectuelle.
En somme, ce livre me paraît par ses qualités d'objectivité et son caractère complet, un document de référence pour tout observateur de l'actualité internationale. On ne saurait d'ailleurs assez conseiller d'avoir dans sa bibliothèque tous les ouvrages de cet auteur indispensable. »

- Pierre-Henri BUNEL, traducteur des 3 livres de l'auteur disponibles en français.



« Le professeur Griffin s’affirme telle la Némésis de la dissimulation sur le 11 Septembre. Ce nouveau livre détruit la crédibilité des rapports de l’Institut national des normes et de la technologie (le NIST) et de Popular Mechanics et réduit à néant leurs conclusions. »

- Paul Craig ROBERTS, vice-ministre du Trésor pendant l’administration Reagan.



« David Ray Griffin se surpasse encore, en s’attaquant cette fois aux "gardiens du Temple" et aux mass media qui véhiculent les mensonges et dissimulations que constitue ‘la version officielle du 11 Septembre'. Celle-ci est la plus extraordinaire des théories du complot jamais perpétrée contre l’opinion publique. Je recommande vivement son livre à tous les [gens] doués de raison. »

- Meria HELLER, productrice & présentatrice du Meria Heller Show.



« Le dernier ouvrage de David Ray Griffin est une superbe synthèse de l’accumulation de preuves qui démontrent que la version officielle du gouvernement états-unien sur ce qui s’est passé le 11 Septembre est presque certainement un monstrueux tissu de mensonges. Il est tragique de constater que toute la politique américaine, tant nationale qu’étrangère, depuis cette date s’est construite sur des falsifications quasi-avérées. Ce seul livre pourrait (et devrait) servir de base à la Cour Internationale de Justice des Nations Unies, ou à une autre instance spécialement créée (et indépendante des États-Unis) pour enquêter avec la plus grande célérité et publier ses conclusions sur l’accusation selon laquelle des éléments non identifiés à l’intérieur du gouvernement US, et possiblement des individus étrangers associés des États-Unis, ont laissé, délibérément ou pas, les événements du 11 Septembre se produire.»

- William CHRISTISON, ancien haut responsable de la CIA.





Acheter ]]>
contact@editionsdemilune.com (Arno Mansouri) www.editionsdemilune.com/11-septembre-la-faillite-des-medias-p-13.html Mon, 03 Sep 2018 14:42:19 +0200 11.90 EUR 13 0.75 David R. GRIFFIN 1000 978-2-952557-17-7 5 //www.editionsdemilune.com/images/7_Faillite_Medias_Web.jpg
Le Procès du 11 Septembre www.editionsdemilune.com/le-proces-du-11-septembre-p-3.html www.editionsdemilune.com/le-proces-du-11-septembre-pr-3.html Le Procès du 11 Septembre

L'auteur : Victor THORN

Victor THORN, journaliste et homme de télévision, animateur de radio, fondateur des éditions Sisyphus, il est aussi l’auteur d’ouvrages sur le nouvel ordre mondial et l’Amérique avant le 11-Septembre. Ce livre choc est son ouvrage le plus fort.


Postface Le Réquisitoire supplétif - La Destruction du World Trade Center - de David Ray GRIFFIN


EXPLOSIF


Le Procès du 11-Septembre est le résultat de plus de trois ans d’enquêtes menées sans relâche de manière indépendante par de nombreux journalistes, chercheurs et organisations, pour savoir ce qui est survenu (et ce qui n’est jamais arrivé) à New York ce jour-là.

Le Procès du 11-Septembre détruit de façon systématique et formelle le mythe selon lequel les tours jumelles furent détruites du simple fait des impacts des avions-suicides et des incendies qui les ont suivis, occasionnant ainsi le meurtre de près de 3 000 personnes en ce jour fatidique.

Les découvertes présentées dans cet ouvrage révèlent une conclusion totalement différente et passablement plus effrayante sur ce qui s’est réellement passé à Ground Zero ; une vérité si intolérable qu’elle ne peut demeurer plus longtemps ignorée ou tue. Les mensonges du gouvernement s’effondrent à leur tour sur leurs propres fondations.


La vérité sur l’effondrement des 3 tours du World Trade Centre...


« Victor THORN prouve sans l’ombre d’un doute que la version officielle sur l’effondrement des tours est un mensonge. »

- David Ray GRIFFIN, (en postface de cet ouvrage).


Extraits

Découvrez-en dès maintenant des extraits

Télécharger

L'EDITION ORIGINALE

Les Liens du livre "Le Procès du 11-Septembre"

Vidéos en relation avec le chapitre 18

La troisième tour du World Trade Center

L'effondrement de l'immeuble n°7

“Stupéfiant, incroyable, choisissez votre mot... Pour la troisième fois aujourd’hui, cela (ce que vous voyez) rappelle ces images que nous avons tous vu trop souvent à la télévision, lorsqu’un bâtiment est détruit délibérément par (l’usage) de charges de dynamite idéalement placées en vue de son effondrement.” Dan Rather, présentateur des journaux TV sur CBS, commente l’effondrement de l’immeuble N°7, le 11 septembre 2001 vers 17h30 heure locale.

- Vidéo 1
- Vidéo 2
- Vidéo 3

Impeccable,
Irréprochable,
Implacable,
Incontestable,
Incontournable,
Une analyse remarquable qui ne laisse aucune place aux doutes. Méthodiquement, scientifiquement, point par point et de façon crescendo Thorn démolit les théories officielles.
L’évidence est là, montrée du doigt par l’auteur et seuls les crétins regardent le doigt.
Un petit bémol, quelques photos auraient peut être encore plus étayées, enfoncées encore plus le clou.
A lire,

Tristan Buccellato



Bien que l'esprit se refuse à admettre de tels agissements, on est bien forcé (hélas) de remettre en question la version officielle devant l'accumulation d'éléments la démontant, ici sur les raisons du triple effondrement des tours du WTC. Je recommande chaudement la lecture de cet ouvrage et des 4 autres sur le 11/9 publies par Edtions Demi-Lune.

Avis d'internaute lus sur le site de la Fnac :
Précis, concis, convaincant. Note :10/10
Un internaute, France, le 10 octobre 2006



Livre remarquable de concision et une porte d'entrée très efficace pour tous ceux et celles qui voudrait étudier plus en profondeur l'effondrement des TROIS tours du World Trade Center ce fameux 11 septembre 2001. Pour remettre de l'ordre et de la vérité dans ce dossier complexe où abondent les idées fausses et autres contre-vérités...

Avis des internautes lus sur le site de la Fnac :
Concis et efficace. Note :10/10
Vincent Robeyns, Liège, le 26 septembre 2006

Retrouvez facilement ici tous les liens indiqués dans le livre de Victor THORN…
Inutile de les saisir fastidieusement, pas de risque d’erreur, nous l’avons fait pour vous !

Vérifiez par vous-même que TOUTES les informations du Procès du 11 Septembre sont clairement sourcées, identifiables et vérifiables. À vous de jouer !

NB : Malheureusement pour les lecteurs non anglophones, les documents en référence ci-dessous sont tous en langue anglaise…
Nota : Les adresses Internet changent à grande vitesse : des sites meurent ou changent d’architecture, d’autres se créent. Si ces liens se révèlent inactifs (ou morts) lors de votre visite, nous vous conseillons d’effectuer une recherche via un moteur de recherche en saisissant le titre de l’article et/ou son auteur. Un nombre non négligeable de ces articles et sources sont en effet hébergés sur plusieurs pages de sites différents…

Articles – Essais

1) The Jet Fuel : How Hot Did It Heat The World Trade Centre ?
[Le Carburéacteur enflammé : à quelle température a-t-il élevé les tours du World Trade Center ?]
Originellement écrit et hébergé par le Vancouver Independent Media Centre
Vous pourrez trouver l’article original sur ces pages miroirs :
//hawaii.indymedia.org/news/2003/07/3248_comment.php
//www.uscrusade.com/forum/config.pl/read/1064
//guardian.150m.com/wtc/how-hot.htm
//www.the7thfire.com/jet-fuel-WTC.htm

2) Why The Towers Fell : Towers Site Map
[Pourquoi les tours sont tombées : le site du documentaire de PBS/NOVA]
//www.pbs.org/wgbh/nova/wtc/dyk.html
ou
//www.pbs.org/wgbh/nova/wtc/
NB : Attention, comme précisé dans le livre, les informations données dans ce documentaire se révèlent particulièrement trompeuses. Ce lien est donné pour montrer quelles sont les incohérences, les contre-vérités et les approximations de la « version officielle » de l’effondrement des 3 tours du WTC.

3) This Thing Called Fire [Qu’est-ce que le feu ?]
National Interagency Fire Center

4) Muslims Suspend the Laws of Physics (Part I)
[Les Musulmans s’affranchissent des lois de la physique, première partie]
de J. McMichael, 21 octobre 2001

5) Evidence of Controlled Demolition [Preuves d’une démolition commandée]
de Geronimo Jones, 24 avril 2004

6) Controlled Demolition at WTC : Ongoing Developements – WTC 7
[Démolition commandée au World Trade Centre : derniers développements sur le bâtiment N°7] de Jerry Russell, Ph. D. et Richard Stanley – (Dernière mise à jour : 13 mars 2004)

7) Proof of a Controlled Demolition at the WTC [Preuve d’une démolition commandée au WTC]
de Jerry Russell, Ph. D. 31 mars 2002

8) Collapse of the World Trade Center : Some Engineering Aspects
[Quelques aspects d’ingénierie au sujet de l’effondrement du WTC]
Département d’ingénierie civile, Université de Sydney, 15 septembre 2001.

9) //www.abelashes.com/page6.html
//www.abelashes.com/page26.html
[L’Effondrement commandé et progressif des Tours Jumelles]
de Abel Ashes, 4 mars 2005

10) How Was It Known that the WTC Was Going to Collapse ?
[Comment pouvait-on savoir que le WTC allait s’effondrer ?]
de Colin Bett

11) The 9/11 WTC Fires : Where’s the Inferno ?
[L’Incendie des tours du WTC le 11 Septembre : où est la fournaise infernale ?]
de Colin Bett

12) The 9/11 WTC Collapses : An Audio-Video Analysis
[Les Effondrements des 3 tours du WTC : une analyse audio et vidéo]
de Colin Bett

13) The ‘Truss Theory’ : A Fantasy Concocted to Conceal a Demolition
[La « théorie des poutres molles » : une fable destinée à masquer la démolition]
de Colin Bett

14) Kevin Ryan Letter to Frank Gayle [La Lettre de Kevin Ryan à Frank Gayle]
de Kevin Ryan, 11 novembre 2004
et aussi sur ces pages :
//www.scoop.co.nz/stories/HL0411/S00177.htm
//www.911truth.org/article.php?story=20041112144051451
//www.septembereleventh.org/newsarchive/2004-11-11-ryan.php
//www.rense.com/general59/ul.htm

15) New Seismic Data Refutes Official Explanation
[De nouvelles données sismiques en contradiction avec l’explication officielle]
de Christopher Bollyn, American Free Press, – (dernière mise à jour : 13 décembre 2004)

16) The Mystery of the WTC Collapse [Le Mystère de l’effondrement du WTC]
de Ralph Omholt, septembre 2003

17) Why the Towers Fell – NOVA (PBS) [Pourquoi les tours sont tombées]
Produit et réalisé par Garfield Kennedy et Larry Klein
Contrairement au lien N°2, il s’agit là du documentaire proprement dit, pas du site de présentation donc pas d’adresse Internet.

18) The Twins Towers Demolition : Exposing the Fraud of the Government’s Story
[La Démolition des Tours Jumelles, une dénonciation de la thèse présentée par le gouvernement]
de Jim Hoffman

19) The Twins Towers Demolition : Text for Slide Presentation
[La Démolition des Tours Jumelles : texte d’accompagnement pour diaporama]
de Jim Hoffman, 11 septembre 2003

20) Evidence for Explosives in the Twins Towers
[Preuves de l’utilisation d’explosifs dans les Tours Jumelles]
de Peter Meyer, 13 septembre 2001

21) Evidence of Explosives in the South WTC Tower Collapse
[Preuves de l’utilisation d’explosifs dans la tour sud]
L.A. Independent Media Organization

22) A Discussion of the Physics of the World Trade Centre Collapse
[L’Effondrement du World Trade Centre d’un point de vue physique]
de Jeff King, 16 septembre 2002

23) The World Trade Centre Demolition and the So-Called War on Terrorism
[La Démolition du World Trade Centre et la soit disant « guerre contre le terrorisme »]
de Peter Meyer, 13 septembre 2001

24) Muslims Suspend the Laws of Physics (Part 2)
[Les Musulmans s’affranchissent des lois de la physique, deuxième partie]
de J. McMichael,

25) The Split-Second Error : Exposing the WTC Bomb Plot
[L’Erreur d’une fraction de seconde : Présentation du complot à la bombe contre le WTC]
de Fintan Dunn, 18 septembre 2001

26) Design Choice for Towers Saved Lives
[Les Choix de la conception des tours ont sauvé des vies]
de Eugenie Samurl et Damian Carrington, New Scientist Magazine, 12 septembre 2001

27) Some Survivors say ‘Bombs Exploded Inside WTC
[Des survivants affirment que des bombes ont explosé à l’intérieur du WTC)]
de Christopher Bollyn, American Free Press, 3 septembre 2002

28) The World Trade Centre Demolition [La Démolition du World Trade Centre]
Center for Research on Globalization, 6 mars 2004
//globalresearch.ca.myforums.net/viewtopic.php?t=315 (lien mort)

29) ‘Explosives Planted in Towers’ New Mexico Tech Expert Says [Un expert de l’université du Nouveau-Mexique affirme que des explosifs ont été placés dans les tours]
de Olivier Uyttebrouck, Albuquerque Journal, 11 septembre 2001

30) An Analysis of the Energy Needed to Crumble the World Trade Centre
[Une analyse de l’énergie nécessaire pour réduire en poussière le World Trade Centre)]
de Jerry Russel, Ph. D., janvier 2002

31) Thermal Properties and Temperatures [Propriétés thermiques et températures]
Université de Sheffield, Royaume-Uni

32) Introduction to the Resistance Welding Process
[Une introduction au procédé de soudage par résistance]

33) September 11, 2001 Revisited : part one [Le 11 Septembre revisité, première partie]
de Dave McGowan, 15 septembre 2004

34) September 11, 2001 Revisited : part two [Le 11 Septembre revisité, deuxième partie]
de Dave McGowan, 2 octobre 2004

35) September 11, 2001 Revisited : part three [Le 11 Septembre revisité, troisième partie]
de Dave McGowan, 27 octobre 2004

36) The World Trade Centre Demolition (various slides and notes)
[La Démolition du World Trade Centre, diapos et notes]
de Jim Hoffman, 11 septembre 2003

37) World Trade Centre Building Performance Study
Étude réalisée par la Federal Emergency Management Agency (FEMA)

38) World Trade Centre History [L’Histoire du World Trade Centre]
de David Johnson

39) How the World Trade Centre Fell [Comment le WTC est tombé]
de Sheila Barter, BBC, 13 septembre 2001

40) Feds Withhold Crucial WTC Evidence
[Le FBI cache des preuves cruciales sur le WTC]
de Christopher Bollyn, American Free Press, 8 août 2002

Livres

41) Painful Questions : An Analysis of the September 11th Attack de Eric Hufschmid
(Endpoint Software, Goleta Californie, 2002)
[Des questions qui font mal, une analyse de l’attaque de 11 Septembre]

42) 9/11 : The Great Illusion de George Humphrey (Common Sense Publications, n/d, 2003)
[11 Septembre : la grande illusion]

43) The War on Freedom : The 9/11 Conspiracies de Jim Marrs (Ares Publishing, Chicago, 2003)
[La Guerre contre la vérité : les conspirations du 11 Septembre]

44) Inside Job : Unmasking the 9/11 Conspiracies
[Coup monté : démasquer les conspirations du 11 Septembre]
de Jim Marrs (Origin Press, n/d, 2004)

45) Awakening from Our Nightmare : The 9/11 Crimes in New York City
[Se réveiller de notre cauchemar : les crimes du 11 Septembre à New York]
de Don Paul et Jim Hoffman (Irresistible/Revolutionary, n/d, 2004)

46) Le Nouveau Pearl Harbor de David Ray Griffin, (Éditions Demi-Lune, Paris, 2006)
[The New Pearl Harbor], (Olive Branch Press/Interlink Books, Northampton Ma, 2005)

47) 9-11 Exposed [Le 11 Septembre dévoilé] de Victor Thorn
(Sisyphus Press, Pennsylvanie, 2004)

48) Omissions et manipulations de la Commission d’enquête sur le 11 Septembre
de David Ray Griffin, (Éditions Demi-Lune, Paris, 2006)
[The 9/11 Commission Report : Omissions and Distortions], (Olive Branch Press/Interlink Books, Northampton Ma, 2005)

Autres liens, articles, commentaires & informations :

* L’article essentiel Why Indeed Did the WTC Buildings Collapse?(Pourquoi les bâtiments du WTC se sont-ils réellement effondrés ?) du professeur Steven E. Jones, département Physique et Astronomie à l’université Brigham Young, Provo, Utah, États-Unis.
Sur //www.physics.byu.edu/research/energy/htm7.html

* Témoignages de pompiers sur les tours (référencés dans le chapitre 14 « Témoins oculaires ») :
- Des pompiers du FDNY discutant des explosions qu’ils ont vues et entendues
- Joe Casaliggi
- Les enregistrements des conversations des pompiers à l’intérieur des tours
Les pages suivantes donnent pour la première la transcription des communications entre 9 h 25 et 9 h :58 et pour la seconde l’enregistrement lui-même, avec beaucoup de blancs. La partie la plus intéressante se situe à la fin lorsque le pompier Orio J. Palmer arrive au niveau du sinistre.

Sites ou pages montrant des photos :

La plupart des sites mentionnés ci-dessus présentent de très nombreuses photos pour étayer leurs propos ; un exemple parmi d’autres :
Sur l’effondrement des tours du WTC

Sites ou pages montrant des vidéos :

Pour la plupart, ces vidéos proviennent des grandes chaînes de télévision américaines.

Effondrement de la tour sud :
Extrait vidéo mpeg commenté de la chaîne NBC

Extrait vidéo mpeg commenté de la chaîne allemande SAT1 / SpiegelTV

Extrait vidéo mpeg muet de la chaîne allemande SAT1 / SpiegelTV, montrant le sommet de la tour qui bascule

Extrait vidéo mpeg de la chaîne FOX 5 News : l’effondrement vu du pied de la tour

Extrait vidéo mpeg commenté en allemand de la chaîne CNN

Extrait vidéo mpeg muet de la chaîne ABC News, zoom arrière d’une vue proche à tout le sud de Manhattan
La même vidéo (ABC News, zoom) en format avi

Extrait vidéo mpeg muet de la chaîne ABC News : l’effondrement vu du pied de la tour

Extrait vidéo mpeg muet (grand format) de la chaîne ABC News, vu depuis le pied de la tour

Extrait vidéo mpeg muet (long, grand format) de la chaîne ABC News, vu depuis le pied de la tour

Extrait vidéo mpeg commenté de la chaîne CBS, vue générale du sud de Manhattan

Extrait vidéo mpeg commenté de la chaîne CNN

Vidéo mpeg de grande taille par la chaîne ABC News

Extrait vidéo avi

Effondrement de la tour nord :
Extrait vidéo mpeg d’une chaîne non identifiée, d’excellente qualité, dont l’originalité est de montrer le haut de la tour.

Extrait vidéo mpeg d’une chaîne allemande (non identifiée), d’excellente qualité, dont l’originalité est de montrer le haut de la tour d’encore plus près.

Extrait vidéo mpeg (filmé par un amateur), de bonne qualité : la tour est vue de loin, sur toute sa hauteur.

Vidéo de la chaîne CNN en mpeg

Court extrait vidéo de la chaîne KTLA News 5

Extrait vidéo d’une chaîne non identifiée, d’assez mauvaise qualité, mais présentant l’originalité d’être au ralenti.

Acheter ]]> contact@editionsdemilune.com (Arno Mansouri) www.editionsdemilune.com/le-proces-du-11-septembre-p-3.html Thu, 30 Oct 2014 10:32:57 +0100 11.90 EUR 3 10 Victor THORN 10000000 978-2-952557-13-9 5 //www.editionsdemilune.com/images/resistances/proces11_9.jpg Omissions et manipulations de la Commission d’enquête www.editionsdemilune.com/omissions-et-manipulations-de-la-commission-denquete-p-5.html www.editionsdemilune.com/omissions-et-manipulations-de-la-commission-denquete-pr-5.html Omissions et manipulations de la Commission d’enquête

L'auteur : David Ray GRIFFIN

Professeur émérite de philosophie des religions et de théologie, co-directeur du Centre pour les études de la Méthode à l'école de théologie de Claremont, M. David Ray GRIFFIN a publié plus d'une trentaine de livres, principalement sur le problème du mal et sur la relation entre la science et la religion.

La plupart de ses derniers ouvrages concernent le 11-Septembre, dont 4 sont traduits en français : celui-ci, écrit en 2005, qui développe la réflexion entamée dans
Le Nouveau Pearl Harbor : 11 Septembre, questions gênantes à l’administration Bush (2004), et 11-Septembre, la faillite des médias, (2007), et 10 ans après, Un autre regard sur le 11-Septembre (Le Nouveau Pearl Harbor-2), (2011), son plus récent et comme les précédents, un modèle d’intégrité intellectuelle.

Il est également à noter que 4 de ces ouvrages ont fait l’objet d’une reconnaissance spéciale :
Le Nouveau Pearl Harbor et Omissions & manipulations ont reçu le Prix de la Fondation Hélios en 2006. 11-Septembre, La faillite des médias a obtenu la médaille de bronze dans la catégorie Actualités du Independent Publisher Book Awards 2008. The New Pearl Harbor Revisited (titre original de 10 ans après, Un autre regard...) fut sélectionné comme l’un des 50 meilleurs livres de l’année 2008 par Publishers Weekly (l'équivalent US de Livres Hebdo) et comme le « choix de la semaine » en novembre de cette même année.

En 2009, M. GRIFFIN a été désigné comme l'une des 50 personnalités les plus influentes par le magazine britannique
The New Statesman.


LOGIQUE

Aux États-Unis, tant les leaders politiques que la grande majorité des médias se sont empressés d’adopter le Rapport officiel de la Commission d’enquête comme la réponse définitive sur les événements qui ont mené à cette journée dramatique et insensée. Auteur du Nouveau Pearl Harbor (ouvrage qui examine les questions soulevées par des reporters, des témoins et des observateurs politiques), David Ray GRIFFIN démontre que la volonté première de la Commission n’a jamais été d’établir la vérité sur la tragédie du 11-Septembre, pas plus de savoir comment elle aurait pu être évitée, mais bien au contraire de défendre coûte que coûte la version officielle des faits.

Le document de la Commission, un best-seller dans sa catégorie, a donné le change de par sa taille et sa forme narrative agréable. Mais sous l’examen critique et méticuleux de GRIFFIN, le Rapport Kean-Zelikow perd rapidement son vernis de crédibilité.

Le travail critique de David Ray GRIFFIN montre clairement que la Commission chargée de l’enquête officielle sur le 11-Septembre a tout mis en œuvre pour masquer la vérité, alors que son rôle était de l’exposer au grand jour. Pour reprendre l’auteur, il s’agit d’un travail « au mieux plein de vices de forme, au pire d’un ensemble de mensonges audacieux. »

Après la lecture de ce livre argumenté de façon implacable, la partialité de la commission d’enquête apparaît manifeste. Il devient également difficile de croire que l’Administration Bush n’a pas, au minimum, délibérément décidé de laisser se produire le 11-Septembre, ainsi qu’en sont désormais convaincus plus de la moitié des New-Yorkais.



« Au final, le Rapport de la Commission d’enquête sur le 11-Septembre, loin de diminuer mes soupçons sur une complicité officielle, a servi à les confirmer. Pourquoi les responsables chargés du rapport final s’engageraient-ils dans une telle supercherie, si ce n’était pour tenter de couvrir des crimes très graves ? » -- David Ray GRIFFIN



« Avec ce nouveau livre, David Ray GRIFFIN établit sa réputation, aux côtés de Seymour HERSH, comme le principal vecteur de vérités publiques aussi déplaisantes que nécessaires. »

- Richard FALK, professeur émérite de droit international à l’université de Princeton,
auteur de The Great Terror War, (Olive Branch Press, 2002) ; rapporteur spécial des Nations Unies
sur les droits de l’homme dans les territoires palestiniens occupés depuis 1967.



Extraits

Découvrez-en des extraits

Télécharger

L'édition originale

« Rumeur, Intox » :
Les très grosses ficelles de Canal+

Dissection et arrêt sur images :

A propos du documentaire « Rumeur, Intox: Nouvelles guerres de l'info » de Stéphane Malterre, diffusé le jeudi 24 avril 2008 dans le magazine Jeudi Investigation sur Canal+,

des procédés de montage à caractère clairement diffamatoire et à tout le moins scandaleux !

Qui a peur de David Ray Griffin ?

Appliquant l’adage selon lequel “une image vaut mieux que mille mots”, voici deux images extraites du documentaire de Stéphane Malterre, « Rumeur, Intox: Nouvelles guerres de l'info » diffusé le jeudi 24 avril 2008 dans le magazine Jeudi Investigation sur Canal+, que j’ai souhaité commenter, en tant qu’éditeur en France de 3 livres de M. Griffin, tant les procédés mis en oeuvre par le réalisateur (et avalisés par la chaîne qui a diffusé ce reportage) à l’encontre de cet homme admirable et courageux me semblent odieux et insupportables. Il ne s’agit pas d’une lettre ouverte aux producteurs de Jeudi Investigation, pas plus que du droit de réponse que je leur ferai parvenir, sous réserve de toute procédure juridique ultérieure.

IMAGE extraite du reportage à la 36e minute et 07 secondes

En complément de cette image, peu valorisante de M. David Ray Griffin, (très gros plan sur son visage et au ralenti pour amplifier et déformer des mouvements oculaires autrement normaux, choisi et extrait à dessein parmi les milliers de vidéogrammes en possession du réalisateur), et du montage qui l’associe avec un site négationniste (pour lequel il n’a que du mépris et de l’antipathie), voici ce que le commentaire sonore assène, ancrant un peu plus dans l’esprit du spectateur l’idée (totalement fausse) que M. Griffin est lui aussi antisémite: “... Hufschmid, le blogueur antisémite qui accuse les juifs d’être derrière le 11 Septembre...”

On notera que Hufschmid est alors filmé de la même manière, « au fond des yeux », comme pour souligner graphiquement une connivence idéologique qui, je le répète, n’existe pas ailleurs que dans l’imagination de ce journaliste.

Le reportage est diffusé 7 mois après le tournage des dernières scènes: il est évident que dans son montage rien ne relève du hasard, (ou de la précipitation) mais au contraire que tout a été pensé pour maximiser les effets dévastateurs sur l’inconscient du spectateur, comme ici, où Griffin semble interroger du regard ce pitoyable imbécile antisémite d’Hufschmid, présenté plus tôt comme “source d’inspiration” d’un “professeur à la retraite qui outre l’argent a trouvé dans le 11 Septembre une nouvelle carrière de globe-trotter, et l’occasion de signer quelques livres” ! C’est oublier que M. Griffin, quand il écrit Le Nouveau Pearl Harbor, a déjà publié près de 30 livres, a voyagé partout dans le monde et qu’il mettait donc en jeu, avec courage, une carrière et une renommée internationale à faire pâlir d’envie la plupart de nos pseudo-experts en terrorisme hexagonaux qui pérorent les mêmes âneries sur les plateaux de télévision depuis le 11 Septembre.

Ensuite, sous prétexte de donner la parole à M. Griffin, Malterre dénature totalement la nature et la portée des propos tenus par le professeur de philosophie: (extrait à partir de 36’20”)

Griffin : « S’il y a bien une chose pour laquelle j’ai été critiquée au sein du Mouvement, c’est justement de ne pas mettre en cause les juifs. »

Immédiatement suivi de ce commentaire du reporter : A entendre le prof, le Mouvement du 11 Septembre serait largement infiltré par des militants antisémites.

Ce commentaire clôt la partie “11 Septembre” du reportage sur une formule choc... qui non seulement n’a aucun fondement réel et relève du plus pur fantasme, mais est une invraisemblable extrapolation des propos de Griffin.

Le travail de Griffin (5 livres à ce jour dont 3 traduits en français) est en effet d’une telle qualité en termes de rectitude intellectuelle et morale, que les gens à l’intérieur du Mouvement qui les ont lus considèrent M. Griffin à la quasi-unanimité comme l’auteur de référence. Un nombre infinitésimal de critiques proviennent donc du “Mouvement”, et parmi celles-ci, les critiques auxquelles l’auteur fait référence. De fait, dans tout groupe social (forces armées, policiers, ouvriers, syndicalistes, sénateurs ! Etc...) professionnel ou pas (sportif, de loisir...) on peut trouver des personnes racistes et antisémites : mais il ne viendrait pas à l’idée de quiconque de clamer que tous les députés de l’Assemblée nationale sont machistes parce que l’un d’entre eux a utilisé le terme offensant de “connasse” à l’encontre d’une femme politique.. Il y a certainement des personnes racistes voire antisémites dans ce groupe appelé aux Etats-Unis le "Mouvement pour la Vérité sur le 11 Septembre", et je suis avec Griffin le premier à le déplorer, mais certainement pas plus qu’ailleurs dans nos sociétés occidentales. American Free Press (Willis Carto) et Hufschmid ne sont tout simplement pas représentatifs du Mouvement et c’est tant mieux.

Pour brouiller les faits et les esprits des téléspectateurs, le reportage passe ensuite à un sujet qui n’a absolument rien à voir, comme s’il pensait réellement avoir démontré quoi que ce soit sur les raisons pour lesquelles des centaines de millions de personnes dans le monde doutent de la “version officielle” du 11 Septembre telle que donnée par l’administration Bush dans les minutes qui suivirent les attentats et repris depuis chaque jour sur tous les grands médias corporatifs !

Ce documentaire qui s’attache soi-disant à dénoncer l’intox et la propagande sur l’Internet use et abuse de raccourcis, d’amalgames, tronque volontairement les faits, en présente d’autres de façon partisane ou totalement malfaisante dans une volonté non d’informer mais de nuire. Edifiant ! Le reportage verse dans tous les travers de ce qu’il entendait démontrer... (rumeurs, intox et propagandes). Je n’ai pris que l’exemple du traitement fait à Griffin car je suis son éditeur en France, mais je connais bien le “dossier du 11 Septembre” et les méthodes douteuses sont légions dans ce reportage et trop longues à disséquer.

Tout au moins dans sa première partie, consacrée au 11 Septembre. Pour la seconde, et dans la mesure de mes connaissances sur le sujet, le travail sur la campagne de calomnie honteuse menée à l’encontre du journaliste Charles Enderlin (au demeurant une histoire plus simple, bien moins vaste et complexe que le 11 Septembre) le reportage semble bien plus crédible. Notons toutefois pour conclure que lier ensemble les 2 sujets est le trait de génie de ce faussaire de Malterre, car il se met dans la poche ses confrères tout en se faisant passer pour un preux chevalier apte à combattre les intégrismes et la désinformation où qu’elle se trouve, y compris jusque dans les milieux juifs ultras. Pour cela, chapeau l’artiste !

Nous profitons de cette occasion pour témoigner de notre sympathie à M. Enderlin, un vrai reporter, lui, et tout le contraire d’un mercenaire manipulateur en quête de cooptation.

Arno Mansouri

directeur des Editions Demi-Lune

//www.editionsdemilune.com

Excellent livre qui permet d'avoir une vue objective sur le 11/09.

Ce livre très bien construit dans son approche de la critique de la commission d'enquête ne laisse pas le lecteur indifférent à l'énoncé de l'ensemble des omissions et manipulations citées

À lire absolument.

- Avis d'internaute sur le site Amazon.fr :
Troublantes révélations ,
Commentaire de zazakel "zazakel" (France) - 5 octobre 2006



Argumentation sérieuse et solide, étayée par les faits et venant démonter complètement le rapport de la Commission officielle d'enquête sur les attentats du 11 Septembre ; mes félicitations à l'auteur et à son courageux éditeur français, les Editions Demi-Lune ! Du beau travail, nécessaire face à l'omerta des médias sur le sujet.

- Avis d'internaute sur le site Amazon.fr :
Précis et convaincant,
Commentaire de Henri Martin - 9 octobre 2006



Un excellent documentaire, à voir et à faire connaître...

Épouvantails, autruches et perroquets

Épouvantails, autruches et perroquets - 10 ans de journalisme sur le 11 septembre 2001 analyse la façon dont les médias ont évité pendant tout ce temps de parler des zones d'ombres et des remises en question qui planent sur ces événements. Après avoir vainement essayé la politique de l'autruche, ils se sont mis à dresser des épouvantails pour empêcher la réflexion sereine. Quiconque se permet de douter est un conspirationniste, un adepte de Thierry Meyssan, un anti-américain, voire un antisémite / négationniste.

Pourtant, les doutes sur la véracité de la version gouvernementale de ces attentats sont partagés par des gens nombreux, compétents (y compris des professionnels des disciplines scientifiques concernées par le 11-Septembre) et raisonnables, mais vous ne les verrez jamais à la télévision.

Une réflexion sur cet étrange tabou médiatique.

Belgique, vidéo, FR, 1h40'

Regarder la bande-annonce du film (2 minutes):

Visionner le film documentaire (100 minutes):



Acheter ]]>
contact@editionsdemilune.com (Arno Mansouri) www.editionsdemilune.com/omissions-et-manipulations-de-la-commission-denquete-p-5.html Fri, 28 Mar 2014 23:44:08 +0100 11.90 EUR 5 10 David R. GRIFFIN 10000000 978-2-952557-11-5 5 //www.editionsdemilune.com/images/resistances/omissions.jpg
Le Nouveau Pearl Harbor www.editionsdemilune.com/le-nouveau-pearl-harbor-p-4.html www.editionsdemilune.com/le-nouveau-pearl-harbor-pr-4.html Le Nouveau Pearl Harbor

11 Septembre : questions gênantes à l’Administration Bush.

« [Ce livre] est le plus convaincant que je connaisse pour demander l’ouverture d’une enquête plus poussée sur la relation de l’Administration Bush à cet événement aussi troublant qu’historique. »

- Howard ZINN, historien, professeur émérite en sciences politiques de l’université de Boston.



L'auteur : David Ray GRIFFIN

Professeur émérite de philosophie des religions et de théologie, co-directeur du Centre pour les études de la Méthode à l'école de théologie de Claremont, M. David Ray GRIFFIN a publié plus d'une trentaine de livres, principalement sur le problème du mal et sur la relation entre la science et la religion.
Ses derniers ouvrages concernent le 11-Septembre, et 4 sont maintenant traduits en français : Le Nouveau Pearl Harbor (2004), Omissions & manipulations (2005), 11-Septembre, la faillite des médias, (2007) et 10 ans après, Un autre regard sur le 11-Septembre (Le Nouveau Pearl Harbor-2), (2011), son plus récent et comme les précédents, un modèle d’intégrité intellectuelle.

Il est également à noter que 4 de ces ouvrages ont fait l’objet d’une reconnaissance spéciale :
Le Nouveau Pearl Harbor et Omissions & manipulations ont reçu le Prix de la Fondation Hélios en 2006. 11-Septembre, La faillite des médias a obtenu la médaille de bronze dans la catégorie Actualités du Independent Publisher Book Awards 2008. The New Pearl Harbor Revisited (titre original de 10 ans après, Un autre regard...) fut sélectionné comme l’un des 50 meilleurs livres de l’année 2008 par Publishers Weekly (l'équivalent US de Livres Hebdo) et comme le « choix de la semaine » en novembre de cette même année.

En 2009, M. GRIFFIN a été désigné comme l'une des 50 personnalités les plus influentes par le magazine britannique
The New Statesman.


RIGOUREUX


Partant de l’idée que ceux qui profitent d’un crime devraient faire l’objet d’une enquête, l’éminent universitaire David Ray GRIFFIN passe au crible les faits concernant les attaques du 11 Septembre. S’appuyant sur les déclarations contradictoires de membres de l’administration Bush, les articles de presse et des travaux d’autres chercheurs, il arrive à la conclusion que, pris ensemble, ces éléments mettent sérieusement à mal la version officielle sur cette tragique journée.

Il commence par des questions simples : lorsque le contact radio a été perdu avec les avions, pourquoi les avions de chasses n’ont-ils pas immédiatement décollé depuis la base militaire la plus proche ? Pourquoi l’explication de l’administration Bush à propos de la non-intervention des chasseurs a-t-elle été modifiée dans les jours suivants les attaques ? Les questions gênantes ne s’arrêtent pas là : elles émergent de chaque partie du tableau, sous quelqu'angle que l’on se place, jusqu’à ce qu’il s’avère impossible de ne pas soupçonner les architectes de la version officielle d’avoir édifié une énorme tromperie.

Enseignant l'éthique et la théologie, GRIFFIN écrit avec une logique irrésistible, encourageant ses lecteurs à tirer leurs propres conclusions à partir des preuves. Le Nouveau Pearl Harbor est un vibrant appel à une investigation approfondie sur ce qui s’est réellement passé le 11 Septembre. Ce livre porte la conviction qu’il est encore possible de rechercher la vérité dans la vie politique américaine.



« David Ray GRIFFIN a écrit un livre remarquable (...) Il est rare qu’un livre ait cette capacité de devenir un élément déterminant de l’Histoire. »

- Richard FALK, professeur émérite de droit international à l’université de Princeton,
auteur de The Great Terror War, (Olive Branch Press, 2002) ;
rapporteur spécial des Nations Unies sur les droits de l’Homme
dans les territoires palestiniens occupés depuis 1967.



Extraits

Découvrez-en dès maintenant des extraits

Télécharger

L'édition originale

« Rumeur, Intox » : Les très grosses ficelles de Canal+

Dissection et arrêt sur images :

A propos du documentaire « Rumeur, Intox: Nouvelles guerres de l'info » de Stéphane Malterre, diffusé le jeudi 24 avril 2008 dans le magazine Jeudi Investigation sur Canal+,

des procédés de montage à caractère clairement diffamatoire et à tout le moins scandaleux !

Qui a peur de David Ray Griffin ?

Appliquant l’adage selon lequel “une image vaut mieux que mille mots”, voici deux images extraites du documentaire de Stéphane Malterre, « Rumeur, Intox: Nouvelles guerres de l'info » diffusé le jeudi 24 avril 2008 dans le magazine Jeudi Investigation sur Canal+, que j’ai souhaité commenter, en tant qu’éditeur en France de 3 livres de M. Griffin, tant les procédés mis en oeuvre par le réalisateur (et avalisés par la chaîne qui a diffusé ce reportage) à l’encontre de cet homme admirable et courageux me semblent odieux et insupportables. Il ne s’agit pas d’une lettre ouverte aux producteurs de Jeudi Investigation, pas plus que du droit de réponse que je leur ferai parvenir, sous réserve de toute procédure juridique ultérieure.

IMAGE extraite du reportage à la 36e minute et 07 secondes

En complément de cette image, peu valorisante de M. David Ray Griffin, (très gros plan sur son visage et au ralenti pour amplifier et déformer des mouvements oculaires autrement normaux, choisi et extrait à dessein parmi les milliers de vidéogrammes en possession du réalisateur), et du montage qui l’associe avec un site négationniste (pour lequel il n’a que du mépris et de l’antipathie), voici ce que le commentaire sonore assène, ancrant un peu plus dans l’esprit du spectateur l’idée (totalement fausse) que M. Griffin est lui aussi antisémite: “... Hufschmid, le blogueur antisémite qui accuse les juifs d’être derrière le 11 Septembre...”

On notera que Hufschmid est alors filmé de la même manière, « au fond des yeux », comme pour souligner graphiquement une connivence idéologique qui, je le répète, n’existe pas ailleurs que dans l’imagination de ce journaliste.

Le reportage est diffusé 7 mois après le tournage des dernières scènes: il est évident que dans son montage rien ne relève du hasard, (ou de la précipitation) mais au contraire que tout a été pensé pour maximiser les effets dévastateurs sur l’inconscient du spectateur, comme ici, où Griffin semble interroger du regard ce pitoyable imbécile antisémite d’Hufschmid, présenté plus tôt comme “source d’inspiration” d’un “professeur à la retraite qui outre l’argent a trouvé dans le 11 Septembre une nouvelle carrière de globe-trotter, et l’occasion de signer quelques livres” ! C’est oublier que M. Griffin, quand il écrit Le Nouveau Pearl Harbor, a déjà publié près de 30 livres, a voyagé partout dans le monde et qu’il mettait donc en jeu, avec courage, une carrière et une renommée internationale à faire pâlir d’envie la plupart de nos pseudo-experts en terrorisme hexagonaux qui pérorent les mêmes âneries sur les plateaux de télévision depuis le 11 Septembre.

Ensuite, sous prétexte de donner la parole à M. Griffin, Malterre dénature totalement la nature et la portée des propos tenus par le professeur de philosophie: (extrait à partir de 36’20”)

Griffin : « S’il y a bien une chose pour laquelle j’ai été critiquée au sein du Mouvement, c’est justement de ne pas mettre en cause les juifs. »

Immédiatement suivi de ce commentaire du reporter : A entendre le prof, le Mouvement du 11 Septembre serait largement infiltré par des militants antisémites.

Ce commentaire clôt la partie “11 Septembre” du reportage sur une formule choc... qui non seulement n’a aucun fondement réel et relève du plus pur fantasme, mais est une invraisemblable extrapolation des propos de Griffin.

Le travail de Griffin (5 livres à ce jour dont 3 traduits en français) est en effet d’une telle qualité en termes de rectitude intellectuelle et morale, que les gens à l’intérieur du Mouvement qui les ont lus considèrent M. Griffin à la quasi-unanimité comme l’auteur de référence. Un nombre infinitésimal de critiques proviennent donc du “Mouvement”, et parmi celles-ci, les critiques auxquelles l’auteur fait référence. De fait, dans tout groupe social (forces armées, policiers, ouvriers, syndicalistes, sénateurs ! Etc...) professionnel ou pas (sportif, de loisir...) on peut trouver des personnes racistes et antisémites : mais il ne viendrait pas à l’idée de quiconque de clamer que tous les députés de l’Assemblée nationale sont machistes parce que l’un d’entre eux a utilisé le terme offensant de “connasse” à l’encontre d’une femme politique.. Il y a certainement des personnes racistes voire antisémites dans ce groupe appelé aux Etats-Unis le "Mouvement pour la Vérité sur le 11 Septembre", et je suis avec Griffin le premier à le déplorer, mais certainement pas plus qu’ailleurs dans nos sociétés occidentales. American Free Press (Willis Carto) et Hufschmid ne sont tout simplement pas représentatifs du Mouvement et c’est tant mieux.

Pour brouiller les faits et les esprits des téléspectateurs, le reportage passe ensuite à un sujet qui n’a absolument rien à voir, comme s’il pensait réellement avoir démontré quoi que ce soit sur les raisons pour lesquelles des centaines de millions de personnes dans le monde doutent de la “version officielle” du 11 Septembre telle que donnée par l’administration Bush dans les minutes qui suivirent les attentats et repris depuis chaque jour sur tous les grands médias corporatifs !

Ce documentaire qui s’attache soi-disant à dénoncer l’intox et la propagande sur l’Internet use et abuse de raccourcis, d’amalgames, tronque volontairement les faits, en présente d’autres de façon partisane ou totalement malfaisante dans une volonté non d’informer mais de nuire. Edifiant ! Le reportage verse dans tous les travers de ce qu’il entendait démontrer... (rumeurs, intox et propagandes). Je n’ai pris que l’exemple du traitement fait à Griffin car je suis son éditeur en France, mais je connais bien le “dossier du 11 Septembre” et les méthodes douteuses sont légions dans ce reportage et trop longues à disséquer.

Tout au moins dans sa première partie, consacrée au 11 Septembre. Pour la seconde, et dans la mesure de mes connaissances sur le sujet, le travail sur la campagne de calomnie honteuse menée à l’encontre du journaliste Charles Enderlin (au demeurant une histoire plus simple, bien moins vaste et complexe que le 11 Septembre) le reportage semble bien plus crédible. Notons toutefois pour conclure que lier ensemble les 2 sujets est le trait de génie de ce faussaire de Malterre, car il se met dans la poche ses confrères tout en se faisant passer pour un preux chevalier apte à combattre les intégrismes et la désinformation où qu’elle se trouve, y compris jusque dans les milieux juifs ultras. Pour cela, chapeau l’artiste !

Nous profitons de cette occasion pour témoigner de notre sympathie à M. Enderlin, un vrai reporter, lui, et tout le contraire d’un mercenaire manipulateur en quête de cooptation.

Arno Mansouri

directeur des Editions Demi-Lune

//www.editionsdemilune.com


Éloges et critiques


« Le livre de David Ray Griffin est un remarquable exposé d’une foule de questions troublantes auxquelles il faut encore trouver des réponses complètes et transparentes si l’on veut que la notion de contrôle démocratique sur les dirigeants politiques et les chefs militaires ait encore quelque signification.»

- Michael MEACHER, député britannique et ancien ministre de l’Environnement.



« David Ray Griffin a mis par écrit ce dont l’Amérique a sans doute le plus besoin, une présentation objective s’appuyant sur des recherches exhaustives et mettant en relief les lacunes et manipulations invraisemblables de la version officielle de l’Administration Bush sur les événements du 11 Septembre. Sensible au blocage mental né de la “ théorie du complot ” qui a fait que ses compatriotes ont perdu de vue les faits relatifs à cet événement qui a changé le cours de l’histoire, Griffin rassemble avec soin les preuves pour et contre et les suit où elles le conduisent. Travail impeccable et courageux. »

- John McMURTRY, auteur de Value Wars: The Global Market versus the Life Economy
[La Guerre des valeurs ou le marché globalisé contre une économie au profit de la vie],
membre de la Royal Society of Canada
et professeur de philosophie à l’université de Guelph.



« Cela va faire mal de tourner les pages de cet ouvrage réfléchi qui a fait l’objet de recherches méticuleuses. Mais il faut le faire. Ne fût-ce que parce que nous devons la vérité à ceux qui ont perdu la vie. »

- Colleen KELLY, sœur de Bill Kelly Jr mort dans la tour nord du World Trade Center,
cofondatrice de l’Association des familles du 11 Septembre pour des lendemains de paix.



« Voici un livre très important. L’étude de David Ray Griffin, qui s’appuie sur une recherche et une documentation méticuleuses démontre qu’il est fortement probable que l’administration a permis que les événements du 11 Septembre se produisent dans le but de pouvoir mettre en œuvre des plans de guerre déjà mis au point. Un ouvrage à lire absolument par quiconque s’intéresse à la politique étrangère des États-Unis sous l’actuel gouvernement. »

- Rosemary RADFORD RUETHER, maître de conférences de théologie féministe,
diplômée de l’Union Théologique de Berkeley en Californie.



« À lire absolument par tous ceux qui veulent percer la conspiration de silence et de mystification qui entoure ces événements.»

- John B. COBB Jr., professeur émérite de théologie à l’École de théologie de Claremont, diplômé de l’université de Claremont.



« Personne ne peut nier que ce 11 Septembre est devenu une date clé de notre histoire. Mais sa signification réelle est un sujet excessivement litigieux nonobstant la limpidité apparente des thèses qui prévalent actuellement. David Ray Griffin bat en brèche ces théories grâce à une foule d’énigmes irrésolues qui laissent fortement penser à une sorte de complicité coupable de la part des autorités américaines dans ces événements. Son livre est une plaidoirie imparable qui établit la nécessité d’une véritable enquête exhaustive et indépendante sur ce jour infâme. »

- Douglas STURM, professeur émérite de religion et de science politique à l’université de Bucknell.



« J’ai rencontré des familles de victimes du 11 Septembre, des experts de la chronologie du 11 Septembre. Mais ce livre réunit tout. Si nous voulons réveiller l’Amérique et rétablir nos propres libertés et notre foi dans notre propre gouverne- ment, nous devons exiger des réponses à toutes les questions que pose David Ray Griffin dans ce livre remarquable. Il s’agit d’un livre d’histoire qui survivra à l’épreuve du temps. »

- Maria HELLER, productrice et présentatrice du Meria Heller Show (magazine de télévision)



« Tous les Américains qui donnent de la valeur à notre démocratie et ont compris l’importance de conserver la confiance fondamentale du peuple américain si on veut que cette démocratie perdure, doivent lire ce livre. »

- Joseph C. HOUGH, président de l'Union Theological Seminary [Séminaire de l’Union Théologique] de New York.



« Le livre de David Ray Griffin Le Nouveau Pearl Harbor doit figurer dans la bibliothèque de tous ceux qui, d’une manière ou d’une autre, ont des doutes sur la véracité des théories que l’Administration Bush a servi au public à propos de la pire attaque terroriste de l’histoire américaine. Les faits que présente cet ouvrage sont troublants et ils doivent continuer à nous troubler. Le livre de Griffin est un long voyage à travers l’éternelle question inhérente aux scandales de la politique américaine : que savait le président et quand l’a-t-il appris ? »

- Wayne MADSEN, auteur, journaliste et éditorialiste.



Commentaires de lecteurs

Aujourd'hui, dans l'univers formaté de la Pensée Unique, seules les idées politiquement et économiquement incorrectes permettent encore au Citoyen de rester conscient, critique, responsable, en un mot libre. Aussi, comme je l'ai fait, lisez de toute urgence ce livre exceptionnel (et les 4 autres !) que les Editions Demi Lune mettent à la disposition des lecteurs francophones. Avec un courage qu'il faut saluer et soutenir. Car selon la langue de bois des gouvernements et médias occidentaux fortement assujettis à la rhétorique de Bush et consorts, c'est un acte terroriste passible d'un ticket pour Guantanamo ! Lisez et relisez ce livre et les autres, parlez-en tout autour de vous, offrez-les à l'occasion des fêtes de fin d'année à vos connaissances qui aiment lire non seulement pour se divertir mais surtout pour apprendre, approfondir et comprendre. Ce n'est que le petit prix à payer pour rester hors de la géhenne. Pour être de ceux qui essayent d'arrêter et d'inverser le mouvement funeste qui mène discrètement le troupeau bêlant aux abattoirs de Big Brother. Si lire ces ouvrages et leur faire écho, c'est se garantir un sérieux choc émotionnel et un grand inconfort, c'est aussi et par dessus tout, vivre la jubilation procurée par le fait de grossir les rangs des 60% d'Étatsuniens réveillés qui savent maintenant que des américains peuvent assassiner des américains pour que le complexe militaire-industriel-financier assure sa croissance et sa pérennité. Sur la route pavée par Reagan, Thatcher et Bush père (entre-autres !), circulait déjà plus facilement l'hydre de l'extrême droite, mais encore trop lentement pour atteindre son but, le Pouvoir absolu. Alors, en actualisant le "Projet Northwoods" (notamment), elle a fabriqué et réussi le 11/9, ce "Nouveau Pearl Harbor" cher au "PNAC - Projet pour un Nouveau Siècle Américain" qui a permis les "Patriot Act" I et II et les "guerres préventives" sans opposition. En générant et entretenant une peur panique, elle a décervelé un Peuple et obtenu sa bénédiction pour fasciser l'Amérique, garantir, en bonus, son approvisionnement en pétrole et "remodeler" le Moyen-Orient. Bush junior, simplet élu frauduleusement, est sans doute une lamentable marionnette grimaçante qui n'a pas eu d'autre choix que participer à la diabolique duperie ou être éliminé. Lisez ce (ces) livres même si vous pensez que je suis emporté par la folie "conspiratrice", car un vrai démocrate prend toujours connaissance des idées de l'opposition. C'est le minimum... Interpellons et forçons les médias qui se proclament libres et indépendants à au moins informer leurs lecteurs, auditeurs et spectateurs de l'existence aux Etats-Unis de nombreux mouvements, personnes, livres et autres supports, de manifestations qui interrogent inlassablement depuis 5 ans, mais en vain jusqu'à présent, le Pouvoir sur les incroyables incohérences des versions (oui il y en a plusieurs !) officielles. Les ouvrages proposés ici sont extraordinairement bien documentés et toutes leurs assertions sont dûment contrôlables. J'ai passé des nuits blanches à en vérifier... Ils ne nous forcent pas la main mais titillent notre esprit critique, notre intelligence, notre bon sens et stimulent de façon salutaire notre cerveau trop souvent anesthésié par la télévision. Faisons plusieurs fois l'exercice, la furtivité et l'émotion du direct passées, et en intégrant les événements advenus en 5 ans, de revoir, au ralenti de préférence, toutes les images des attentats et confrontons-les aux versions officielles... Alors ? Ce que développe D. Griffin (et les autres, avec des variantes parce que le sujet est complexe et les enquêtes ardues): vraisemblance, anti-américanisme primaire, fantasmagorie ? A chacun de juger, mais le jugement, pour ou contre, sera maintenant basé sur un fameux bagage et non plus insufflé par les laveurs de cerveaux !

Désolé d'avoir été long... Merci de m'avoir lu...

Avis d'internaute sur le site Amazon.fr :
Commentaire de Jacques Rossignol (Brabant Wallon, Belgique) - 30 septembre 2006



J'ai découvert The New Pearl Harbor il y a près de deux ans, dans sa version américaine. L'auteur David R. Griffin est l'un des contributeurs majeurs au mouvement "9/11 truth" de ceux qui veulent connaître la vérité sur les évènements du 11 septembre 2001. Avec Michael Ruppert, Nafeez Ahmed, Barry Zwicker, Michel Chossudovsky, il a été un pionnier dans le mouvement et continue d'être actif et productif (livres, interviews et conférences).

C'est un auteur d'une grande finesse intellectuelle qui va rechercher les contradictions là où peu d'autres les trouvent. Ce livre est une introduction idéale à la remise en cause de la version officielle et je le conseille à tous ceux qui doutent et veulent connaitre les arguments et les faits les plus évidents et les plus incontestables.

Bien sûr, pour découvrir les mobiles de l'administration Bush et des puissances qui la gouvernent dans l'organisation du 11 septembre, la bible reste l'oeuvre de Michael Ruppert : Crossing the Rubicon (il en existe une version en français mais je n'ai pas encore lu cette version).

Avis d'internaute sur le site Amazon.fr :
Clair, concis, implacable
Commentaire de Dmx (France) - 2 octobre 2006



Livre à lire ainsi que les 4 autres de la même collection sur le même sujet.

Ces livres sont exceptionnellement documentés et remettent en question notre manière de penser et d'appréhender l'information

Livres à lire et offrir pour les fêtes de fin d'année

Avis d'internaute sur le site Amazon.fr :
Livre à lire absolument
Commentaire de Zazakel (France) - 5 octobre 2006



Le livre de Griffin est à lire bien sûr ainsi que celui de Michel Bounan, Logique du terrorisme (éditions Allia), dont voici la quatrième de couverture : "La guerre menée par le terrorisme contre ses adversaires déclarés est tout à fait invraisemblable. Pour être crédible, cette histoire exigerait triplement et simultanément une excessive stupidité des terroristes, une incompétence extravagante des services policiers, et une folle irresponsabilité des médias. Cette invraisemblance est telle qu'il est impossible d'admettre que le terrorisme soit réellement ce qu'il prétend être."

A noter que le livre de Michel Bounan comporte d'autres exemples de manipulations policières à travers le terrorisme : attentat contre le bâtiment du FBI en 1995, affaire des Irlandais de Vincennes, affaire Florence Rey, Brigades rouges italiennes, attentat "anarchiste" en France à la fin du XIXe siècle, incendie du Reichstag qui permit aux nazis d'accroître la répression des opposants, agissements de l'Okhrana tsariste au début du XXe siècle.

Sur le même sujet, Henri Rollin avait publié dès 1939 L'Apocalypse de notre temps, livre essentiel dans lequel était clairement établi que les tristement célèbres Protocoles des sages de Sion constituaient un faux fabriqué par la police secrète du tsar.

Avis d'internaute sur le site Amazon.fr :
UN GRAND LIVRE !
Commentaire de Tony Cavalcanti - 11 octobre 2006



Le genre de livre intelligent et argumenté qu’il faut lire pour comprendre pourquoi et comment poser des questions sur le 11 septembre. Une référence en tous points remarquable en termes de compilation de tous les mensonges, incohérences, omissions et impossibilités de la version officielle du 11 septembre, elle-même la plus invraisemblable des thèses conspirationnistes !

Avis d'internaute lus sur le site de la Fnac :
Intelligent et argumenté. Note : 10/10
Un internaute, Liège, le 26 septembre 2006



Un livre magnifique qui éclaire l'événement du 11 septembre avec une clairvoyance et un esprit d'analyse implacables ! Ce libre passionnera tous les adeptes de la théorie du complot : par adeptes, j’entends ceux qui pensent que les attentats du 11 septembre sont l’œuvre d’un complot intérieur, bien sûr (caricaturés souvent à l’extrême), mais aussi ceux qui pensent qu’ils sont l’œuvre d’un complot islamiste, c'est-à-dire peut-être vous ! Si vous faites partie de cette seconde population et que vous ne craignez pas d’ouvrir les yeux et les oreilles, que vous pensez avoir suffisamment confiance en vos capacités intellectuelles d’analyse et d’esprit critique, lisez ce livre ! Lisez-le vraiment !! Le monde vous semblera bien différent après ça ! Pour information, David Ray Griffin, professeur de philosophie et de religion à Claremont en Californie est loin d’être idiot. Il fait preuve d’une rigueur et d’une honnêteté intellectuelle qu’on ne trouve plus si souvent malheureusement. Et ce n’est pas non plus un rigolo ! Enfin, ce qui ne gâche pas le plaisir : le livre se lit d’un trait comme une passionnante enquête policière, sauf qu’il ne s’agit plus ici de fiction !

Avis des internautes lus sur le site de la Fnac :
Un livre magnifique à acheter de toute urgence ! Note : 10/10
Un internaute, Paris, le 10 octobre 2006



Un excellent documentaire, à voir et à faire connaître...

Épouvantails, autruches et perroquets

Épouvantails, autruches et perroquets - 10 ans de journalisme sur le 11 septembre 2001 analyse la façon dont les médias ont évité pendant tout ce temps de parler des zones d'ombres et des remises en question qui planent sur ces événements. Après avoir vainement essayé la politique de l'autruche, ils se sont mis à dresser des épouvantails pour empêcher la réflexion sereine. Quiconque se permet de douter est un conspirationniste, un adepte de Thierry Meyssan, un anti-américain, voire un antisémite / négationniste.

Pourtant, les doutes sur la véracité de la version gouvernementale de ces attentats sont partagés par des gens nombreux, compétents (y compris des professionnels des disciplines scientifiques concernées par le 11-Septembre) et raisonnables, mais vous ne les verrez jamais à la télévision.

Une réflexion sur cet étrange tabou médiatique.

Belgique, vidéo, FR, 1h40'

Regarder la bande-annonce du film (2 minutes):

Visionner le film documentaire (100 minutes):



Acheter ]]>
contact@editionsdemilune.com (Arno Mansouri) www.editionsdemilune.com/le-nouveau-pearl-harbor-p-4.html Thu, 30 Apr 2015 17:35:03 +0200 11.90 EUR 4 10 David R. GRIFFIN 10000000 978-2-952557-12-2 5 //www.editionsdemilune.com/images/nph.jpg
Pétrole: la fête est finie ! www.editionsdemilune.com/petrole-la-fete-est-finie-p-28.html www.editionsdemilune.com/petrole-la-fete-est-finie-pr-28.html Pétrole: la fête est finie !

L'auteur : Richard HEINBERG

Journaliste, conférencier et membre du principal corps enseignant du New College of California où il dispense un cours sur « La culture, l’écologie et la collectivité durable », il a une demi-douzaine de livres à son actif, (dont Powerdown et celui-ci, véritable livre de référence sur le sujet) qui lui ont valu plusieurs récompenses et le rôle de principal communicant au sein de l’ASPO (Association pour l’étude du pic pétrolier).




[Le livre de Richard HEINBERG, The Party’s Over est le premier ouvrage complet sur le pic pétrolier que j'ai lu. Il est complet au sens où il ne se cantonne pas aux seuls aspects techniques du problème, mais en aborde toutes les dimensions économique, sociale, géopolitique et philosophique. Avec The Long Emergency, le livre de James Howard KUNSTLER, Pétrole, La fête est finie ! constitue la meilleure introduction à la question du Peak Oil. Je le recommande particulièrement aux jeunes - disons aux moins de 40 ans - qui n'ont jamais entendu parler du pic pétrolier, ou qui n'y croient pas. La lecture du livre de Richard Heinberg changera leur vie.]

- Yves COCHET, député de Paris, ancien ministre de l’Environnement


DÉGRISANT

Le monde voit ses réserves en pétrole bon marché s’épuiser, avec les changements dramatiques que cela implique. La plupart des observateurs, y compris ceux issus des milieux de la finance pourtant qualifiés jusqu’à présent d’« optimistes », conviennent que nous avons atteint le pic de production globale. Désormais, même si les pays industrialisés entament une conversion à des sources d’énergies alternatives, ils auront chaque année à leur disposition moins d’énergie nette pour effectuer le travail essentiel au maintien de sociétés humaines complexes. Nous entrons dans une nouvelle ère, aussi différente de l’ère industrielle que cette dernière fut différente de l’époque médiévale.

Dans Pétrole, la fête est finie !, Richard HEINBERG replace cette transition décisive dans son contexte historique. Il démontre comment l’industrialisation s’est développée sur la base de la maîtrise de l’énergie fossile ; à quel point la compétition pour le contrôle de l’accès au pétrole fut centrale dans la géopolitique du XXe siècle ; comment enfin les tensions provoquées par l’amenuisement des ressources énergétiques au XXIe siècle entraîneront des guerres de prédation au Moyen-Orient, en Asie centrale et en Amérique du Sud. Il anticipe l’impact probable de la déplétion du pétrole ainsi que celui de toutes les énergies alternatives. Prédisant un chaos certain à moins que les États-Unis, premier consommateur mondial, ne consentent à rejoindre les autres pays pour mettre en place un programme global de conservation et de partage, il recommande par ailleurs une « chute contrôlée » susceptible d’ouvrir la voie à une société plus modérée, moins gourmande en énergie et durable.

Plus lisible que les autres livres traitant de la question, cette version mise à jour de l’ouvrage de référence sur le « pic pétrolier » constitue un saisissant cri d’alarme. Mais il s’agit aussi d’un recueil riche en idées positives à différents niveaux. La communauté internationale, les collectivités locales, les individus, tous doivent maintenant agir concrètement afin d’affronter dans les meilleures conditions possibles la « fin de la fête » et ce livre explique comment faire, de façon admirablement claire et honnête.


Citation de la page 174:
Au bout du compte, nous connaîtrons avec certitude le moment du pic de production pétrolière mondiale après que celui-ci aura eu lieu : au cours d’une année, nous remarquerons une augmentation rapide des prix à la pompe, et en observant les chiffres de production des années précédentes, nous nous apercevrons qu’ils sont en baisse. Il est possible que la décennie suivante soit une période de « plateau » durant laquelle les récessions économiques engendreront des baisses de demande en énergie, ces dernières masquant temporairement la tendance sous-jacente de la déplétion.



Nouveau: Le livre d'Heinberg adapté en film d'animation

Sans Lendemain

Ce remarquable film d'animation de Dermot O'Connor (basé sur les 2 livres de Richard Heinberg, et sur son travail au sein du Post Carbon Institute) fait un carton sur le Net. Nous vous conseillons de le regarder... puis de lire Pétrole, la fête est finie ! ainsi que La Fin de la croissance de manière à mieux saisir les enjeux de ces questions parmi les plus importantes qui se posent à nous.



Télécharger

Extraits du livre

Découvrez-en dès maintenant des extraits

Lorsque Mike Bowlin, PDG d’ARCO, déclarait en 1999 : « Nous marchons sur la voie des derniers jours de l’ère du pétrole », il exprimait une vérité dont beaucoup d’autres, issus de l’industrie pétrolière, avaient conscience mais n’osaient pas dire tout haut. Au cours des quelques années passées, les signes indiquant que la production globale de pétrole atteint maintenant son pic historique se sont multipliés.

Le pétrole demeure la source d’énergie la moins coûteuse et la plus pratique jamais découverte par l’homme. Au cours des deux derniers siècles, les peuples des nations industrielles se sont habitués à un régime dans lequel davantage d’énergie fossile était disponible chaque année, et la population globale a rapidement augmenté en se saisissant de cette manne énergétique. Les nations industrielles se sont progressivement appuyées sur un système économique basé sur la croyance selon laquelle la croissance est normale, nécessaire et qu’elle peut durer indéfiniment.

Alors que la production de pétrole atteint son pic, ce genre de foi est sur le point de se déliter.

À mesure que nous passons d’un intervalle historique de croissance énergétique à un intervalle de déclin énergétique, nous entrons en territoire inconnu. Ajuster notre cadre de référence mental à cette nouvelle réalité requiert une bonne dose d’effort.

Tentez l’expérience mentale suivante : dans un centre ville, trouvez un endroit confortable où vous asseoir. Regardez autour de vous et posez-vous la question : où et comment l’énergie est-elle utilisée ? Remarquez les détails des bâtiments, automobiles, autobus, éclairages publics, etc. ; observez également l’activité des personnes autour de vous. À quel genre d’occupations ces personnes s’adonnent-elles et comment utilisent-elles l’énergie dans leur travail ? Essayez de retracer les fils constituant la toile d’interdépendances entre l’énergie, l’activité professionnelle, l’eau, l’alimentation, le chauffage, la construction, la distribution des biens, les transports et la maintenance qui, dans son ensemble, permet à la cité de continuer à prospérer.

Après avoir passé au moins 20 minutes à considérer le rôle de l’énergie dans la vie de cette cité, imaginez à quoi ressemblerait la scène se déroulant devant vos yeux avec 10 % de cette énergie en moins. Quels substituts seraient alors nécessaires ? Quels choix les individus feraient-ils ? Quel travail ne serait pas effectué ? Maintenant imaginez la scène avec 25 % d’énergie en moins ; avec 50 % en moins ; avec 75 % en moins.

En assumant que le pic de la production globale de pétrole intervienne dans la période située entre 2006 et 2015, et qu’en moyenne l’énergie disponible pour les sociétés industrielles décline de 2 % chaque année qui suit, vous aurez en imagination effectué un voyage dans l’avenir, peut-être jusqu’à l’année 2050.

Mais comment être certain que le pétrole deviendra moins abondant ? Des géologues pétroliers tels que Colin Campbell (ancien cadre de Texaco et Amoco) soulignent de simples faits comme celui-ci : les découvertes de pétrole ont atteint leur pic aux États-Unis dans les années 1930 ; la production pétrolière y a entamé son déclin environ 40 ans plus tard. Depuis 1970, les États-Unis ont été contraints d’importer davantage de pétrole pratiquement chaque année pour compenser cette perte de production domestique. L’industrie pétrolière a pris son essor en Amérique à la fin du XIXe siècle, et les États-Unis sont la région dont le sous-sol est le plus exploré de la planète : davantage de puits ont été forés dans les 48 États continentaux des USA que dans tous les autres pays réunis. Ainsi l’expérience pétrolière des États-Unis se répétera, au bout du compte, partout ailleurs.

Les découvertes de pétrole à l’échelle du monde

Les découvertes de pétrole ont atteint leur pic dans les années 1960. Sachant que les courbes de production doivent, au final, refléter les courbes de découverte, la production globale de pétrole devra sans aucun doute atteindre son pic dans un avenir proche. Mais quand exactement ? Selon un nombre croissant d’estimations avisées, ce pic devrait intervenir aux environs de 2010, à quelques années près. [NdT : L’AIE (Agence internationale de l’énergie), la référence pour les industriels et les dirigeants politiques, pourrait annoncer, dès la fin de l’année 2008, que ce pic est d’ores et déjà atteint.]

Une fois le pic global de la production pétrolière atteint, il restera de grandes quantités de pétrole dans le sous-sol : la même quantité que celle déjà extraite à ce jour, soit environ mille milliards de barils. Mais chaque année il sera dorénavant plus difficile ou impossible de pomper autant que l’année précédente.

Manifestement, nous devrons trouver des substituts au pétrole. Mais l’analyse des alternatives actuelles n’est pas rassurante. Les énergies solaire et éolienne sont renouvelables, mais ne représentent qu’un faible pourcentage de notre budget énergétique ; une augmentation rapide sera nécessaire si nous espérons qu’un jour elles compensent ne serait-ce qu’une fraction significative de la perte énergétique due au déclin du pétrole. L’énergie nucléaire est limitée par le problème non résolu du sort des déchets radioactifs, mais également par celui des pertes d’énergie énormes engendrées par le transport du courant sur de longues distances. L’hydrogène n’est pas du tout une source d’énergie, mais plutôt un vecteur : il faut davantage d’énergie, pour en produire une quantité donnée, que cet hydrogène lui-même pourra fournir. De plus, pratiquement tout l’hydrogène produit commercialement aujourd’hui provient du gaz naturel, dont l’extraction connaîtra un pic quelques années seulement après le début du déclin de l’extraction pétrolière. Les formes non conventionnelles de pétrole, à savoir le « pétrole lourd », les « sables bitumeux » et les « schistes bitumeux » sont abondants mais coûtent très cher à extraire, un fait qu’aucune innovation technologique n’est susceptible de contredire.

Les calculs concrets, dans le cadre d’une analyse des ressources énergétiques, aboutissent à une perspective inévitable bien que dérangeante : même si nous intensifions dès maintenant les efforts visant à basculer vers les sources d’énergie alternatives, après le pic pétrolier les nations industrielles auront moins d’énergie à leur disposition pour effectuer le travail essentiel comme la fabrication et le transport des biens de consommation, la production agricole et le chauffage des habitations.

À n’en pas douter, nous devons investir dans les alternatives et transformer nos infrastructures industrielles afin de pouvoir les utiliser. S’il est une solution aux crises énergétiques à venir pour les sociétés industrielles, les énergies renouvelables et la conservation en font certainement partie. Néanmoins, afin d’opérer une transition douce du "non renouvelable" vers le "renouvelable", plusieurs décennies sont nécessaires, mais nous n’en disposons pas avant que les pics d’extraction du pétrole et du gaz naturel interviennent. En outre, même dans le meilleur des cas, cette transition impliquera une diversion massive des investissements depuis d’autres secteurs de l’économie (comme l’armée) vers la recherche et la conservation dans le domaine de l’énergie. Et les alternatives ne seront vraisemblablement pas aptes à maintenir le genre de transports, d’alimentation et de logements dont nous jouissons actuellement. Ainsi, cette transition implique de repenser presque intégralement la société industrielle.

Ressources énergétiques globales

Les conséquences économiques probables de ce déclin énergétique sont énormes. Toutes les activités humaines nécessitent de l’énergie, terme que les physiciens définissent d’ailleurs comme la « capacité à effectuer un travail ». Avec une moindre quantité d’énergie disponible, moins de travail peut être effectué, sauf à augmenter l’efficacité du procédé consistant à convertir l’énergie en travail, et ce à un taux égal à la diminution de la quantité d’énergie disponible. Il sera donc primordial, durant les quelques décennies à venir, de rendre tous les processus économiques plus efficaces en termes d’énergie. Néanmoins, les efforts visant à améliorer l’efficacité sont sujets à une diminution de rendement, de telle sorte que finalement nous atteindrons un point au-delà duquel la diminution de l’énergie disponible se traduira par un déclin de l’activité économique. Sachant que notre système économique est basé sur le parti pris d’une activité économique en perpétuelle croissance, il en résultera probablement une récession sans fond et sans fin.

Les conséquences pour la production agricole mondiale ne seront pas moins sinistres. Tout au long du XXe siècle, la production agricole a radicalement augmenté dans tous les pays, les uns après les autres, augmentation imputable quasi exclusivement à l’adjonction d’énergie. Sans tracteurs fonctionnant au carburant ni engrais, pesticides et herbicides à base d’énergie fossile, il est improbable que le rendement agricole puisse être maintenu au niveau actuel.

Le pic pétrolier aura également un impact sur les relations internationales. Les guerres de ressources ne datent pas d’hier : les sociétés pré-étatiques se battaient souvent pour l’acquisition de terres cultivables, de zones de pêche et de chasse, de chevaux, de bétail, de voies d’eau et autres biens. La plupart des guerres du XXe siècle ont également eu pour enjeu les ressources et, dans de nombreux cas, le pétrole. Mais ces guerres ont eu lieu durant une période de croissance d’extraction des ressources : les prochaines décennies de compétition accrue autour de ressources énergétiques sur le déclin verront vraisemblablement éclater des conflits encore plus fréquents et plus violents. Les États-Unis, en tant que plus grand consommateur d’énergie au monde, centre de l’empire industriel mondial et détenteur du plus important arsenal militaire de l’histoire, joueront un rôle central dans la définition de la géopolitique de ce siècle. Aux yeux de bien des observateurs, il apparaît que les intérêts pétroliers sont d’ores et déjà au cœur de la stratégie géopolitique de la présente administration.

Il existe bien des façons, pour les individus et communautés, de se préparer à la contraction énergétique mondiale. Tout ce qui tend vers l’autosuffisance (jardinage, conservation de l’énergie et simplicité volontaire) est utile dans cette optique. Mais la stratégie survivaliste individuelle n’offrira qu’un refuge temporaire et incertain lors du déclin énergétique. Une véritable sécurité individuelle et familiale n’adviendra que si elle est accompagnée d’une solidarité et d’une interdépendance collectives. Le fait de vivre dans une communauté tempérant efficacement le déclin augmentera la probabilité personnelle de survie et de prospérité bien plus que les efforts individuels visant à accumuler les outils ou produire sa nourriture.

Parallèlement, les nations doivent adopter des mesures radicales de conservation, investir dans les recherches sur les énergies renouvelables, soutenir les systèmes localisés de production agricole plutôt que l’agrobusiness biotechnologique géant, entreprendre des politiques économiques et démographiques de croissance zéro et mettre en œuvre des accords internationaux de coopération sur le plan des ressources.

Ces suggestions demandent un changement radical de cap pour les sociétés industrielles : du plus grand, plus rapide et plus centralisé au plus petit, plus lent et plus localisé ; de la compétition à la coopération ; et de la croissance débridée à l’autolimitation.

Si de telles recommandations étaient prises au sérieux, elles pourraient, d’ici un siècle, conduire à un monde dans lequel moins d’individus utiliseraient moins d’énergie par personne, issue de ressources renouvelables et jouiraient d’une qualité de vie peut-être enviable aux yeux de l’urbain industriel typique d’aujourd’hui. L’inventivité humaine pourrait être mise à contribution, non pas afin de créer des moyens d’utiliser davantage de ressources, mais plutôt d’accroître la satisfaction artistique, de parvenir à une harmonie sociale juste, conviviale et d’approfondir l’expérience spirituelle de l’existence humaine. Vivant en communautés plus réduites, les individus bénéficieraient d’un contrôle plus important sur leur propre vie. Voyageant moins, ils se sentiraient davantage enracinés et auraient plus le sentiment d’être chez eux au sein du monde naturel. Les énergies renouvelables offriraient un certain confort, mais à une échelle bien moindre que celui offert par l’industrialisme rendu possible par le biais de l’énergie fossile.

Tout cela ne sera pas, en revanche, le résultat spontané du déclin énergétique. Un dénouement aussi heureux ne pourra advenir qu’en déployant des efforts considérables. De nombreux signes tendent à indiquer qu’une transition vers une société durable se met en marche. Mais nous percevons également des signes décourageants laissant entrevoir que de grandes institutions politiques et économiques résisteront au changement dans cette direction. Ainsi une importante responsabilité repose entre les mains des citoyens : leur capacité à comprendre la situation, faire preuve d’initiatives personnelles et réclamer des mesures de la part des gouvernements locaux et nationaux.


« Les Éditions Demi Lune nous offrent … la traduction d’un des livres américains les plus inspirés sur la fin de l’ère du pétrole et sur les prévisions que l’on peut en tirer. (…) La traduction de l’ouvrage original est excellente, parfois enrichies de références à la situation française. (…) Cette analyse, très documentée, est captivante. (…) En conclusion, je recommande chaudement la lecture de ce livre porté par une vision inspirée du passé et du proche futur à tous ceux qui sentent que notre croissance accélérée s’apprête à buter sur ses premiers obstacles. »

- Adolphe NICOLAS, géologue pétrolier, auteur de 2050, Rendez-vous à risques
et de Futur empoisonné: quels défis ? Quels remèdes ?



EXCLUSIF:
M. Nobuo TANAKA, directeur exécutif de l’AIE (Agence Internationale de l’Énergie) confirme les réflexions, les analyses et le message du livre de Richard HEINBERG:
« Les tendances actuelles en termes d’offre et de demande en énergie ne sont manifestement pas soutenables, ni écologiquement, ni économiquement, ni socialement: elles peuvent et doivent être modifiées. (...) Une chose est sûre, alors que les fluctuations des marchés renforceront la volatilité, l’ère du pétrole bon marché est révolue. »

=> Lire le communiqué de presse (en anglais) de l’AIE à l’occasion de la sortie récente (Novembre 2008)
de son rapport annuel, le “World Energy Outlook 2008”



« La crise pétrolière a commencé et nous devons tous prendre conscience du pic pétrolier ; de ce que cela recouvre, implique et signifie pour chacun d’entre nous. Ce livre est une excellente introduction au sujet ; je l’utilise d’ailleurs avec mes étudiants dans le cadre de mon enseignement à l’université de Bâle. »

- Professeur Daniele GANSER, historien, président de la branche suisse de l’ASPO



« Le livre de Richard Heinberg, The Party’s Over est le premier ouvrage complet sur le pic pétrolier que j'ai lu. Il est complet au sens où il ne se cantonne pas aux seuls aspects techniques du problème, mais en aborde toutes les dimensions économique, sociale, géopolitique et philosophique. Avec The Long Emergency, le livre de James Howard Kunstler, Pétrole, La fête est finie ! constitue la meilleure introduction à la question du Peak Oil. Je le recommande particulièrement aux jeunes - disons aux moins de 40 ans - qui n'ont jamais entendu parler du pic pétrolier, ou qui n'y croient pas. La lecture du livre de Richard Heinberg changera leur vie. »

- Yves COCHET, député de Paris, ancien ministre de l’Environnement.



... Qui sont les hommes et les femmes capables d’inventer la nouvelle civilisation que vous appelez de vos voeux ?

« Les solutions ne sortiront pas des moules habituels. Elles ne viendront pas de ceux qui sont obsédés par une croissance économique qui ne vaut que pour elle-même. Il faut chercher ailleurs. C’est cette curiosité qui doit animer nos décideurs. Les personnes qui réfléchissent et qui vont loin ne manquent pas. Tenez, je vois sur mon bureau quelques auteurs qui m’ont inspiré récemment : Richard Heinberg, Thomas d’Ansembourg, François Flahaut, Patrick Viveret, Bernard Lietaer, Hervé Kempf… »
(Lire toute l'interview, ici : Nicolas Hulot: « Nos écogestes ne sont pas à la hauteur des enjeux »)

- Nicolas HULOT, dans l'interview qu'il donne à Terra Economica dans le numéro du mois d'avril 2009



« Je considère l’ouvrage de Richard Heinberg Pétrole : la fête est finie ! (paru aux Éditions Demi-Lune), comme le livre le plus important pour l’avenir de l’humanité qui ait été publié depuis quarante ans. ... Ce qui ressort du livre de Richard Heinberg, c’est que la vraie crise est devant nous. Aussi doit-on considérer la crise actuelle comme une bénédiction, un avertissement utile et je dirais même une sorte de vaccin. Car c’est exactement le rôle que remplit la crise du moment, grâce à laquelle, si nous ne nous conduisons pas trop sottement, nous allons pouvoir nous préserver, au moins partiellement, de la crise ravageuse du pic pétrolier, qui s’approche rapidement, mais dont presque personne ne parle.»
(Lire l’article, ici : La crise ? Une bénédiction !)

- Pierre LANCE, collaborateur du site Internet “4 vérités”
et rédacteur en chef de L’Ère Nouvelle (bimestriel d’informations)



« Richard Heinberg incarne ce rare mélange d’académisme et de lucidité, assez désinhibé intellectuellement et émotionnellement pour poser les questions les plus dérangeantes et réconcilier une vérité à laquelle personne ne veut croire avec une réalité mondiale émergente que seuls quelques individus ont le courage d’affronter. Sa compassion pour l’humanité est manifeste. Lorsque j’ai besoin d’une piqûre de rappel à la réalité et d’un réglage de boussole concernant la signification du pic pétrolier, je m’en remets avant tout à Richard Heinberg : il est absolument brillant … Quand il écrit, j’écoute. »

- Mike RUPPERT, éditeur et rédacteur en chef, www.fromthewilderness.com


« Richard Heinberg combine faits scientifiques, historiques et événements complexes dans une vue d’ensemble lisible des systèmes énergétiques qui maintiennent la société de masse actuelle en état de marche. Le résultat est déconcertant. Pétrole, la fête est finie ! est le livre indispensable pour nous réorienter vers un avenir réaliste. »

- Dr Chellis GLENDINNING,
auteur de Off the Map: An Expedition Deep into Empire and the Global Economy


« Dans quelques générations, nos descendants regarderont le monde industriel d’aujourd’hui dans un mélange de stupeur, d’émerveillement et d’horreur. Leur passé est notre avenir, une ère transitionnelle de ressources énergétiques sur le déclin, de guerres de prédation et d’effondrement industriel. Si, à l’horizon d’un siècle, les sociétés réussissent à vivre de manière paisible, modeste et durable, ce sera au moins en partie parce que les conseils prodigués dans ce livre opportun auront été suivis. »

- Thom HARTMANN, auteur de The Last Hours of Ancient Sunlight
et Unequal Protection: the Rise of Corporate Dominance and Theft of Human Rights


« Comme Richard Heinberg le montre de façon très claire dans ce livre extraordinairement bien écrit et documenté, notre mode de vie changera bientôt de manière dramatique à mesure que la production globale de pétrole déclinera. De surcroît, il démontre clairement que nos actions présentes affecteront grandement l’état du monde lorsque cette transition hors du pétrole sera amorcée. Mais avant d’agir nous devons comprendre, et avant de comprendre nous devons être informés. Dans ce livre captivant, Richard Heinberg nous donne les outils d’information et de compréhension pour agir. C’est un ouvrage bourré de sagesse et d’une importance capitale. »

- Derrick JENSEN,
auteur de A language Older then Words et The Culture of Make Believe


« Richard Heinberg signe avec Pétrole, la fête est finie ! un livre hors du commun. … Il est prévu que la population mondiale et celle des États-Unis doubleront d’ici 50 et 70 ans respectivement et que les réserves de pétrole seront largement épuisées dans 50 ans ! Je suis d’accord avec Richard Heinberg sur le fait que notre société s’apprête à connaître de graves problèmes dans un avenir proche. »

- Dr David PIMENTEL, professeur au département d’entomologie, systèmes et écologie, Université de Cornell


« Pétrole, la fête est finie ! s’ouvre sur une revue magistrale de l’histoire du monde … La discussion sur les substituts aux carburants fossiles en voie de déplétion rapide et les formidables obstacles à effectuer la transition qui permettrait à la civilisation industrielle de perdurer, concerne tout le monde. »

- Dr Virginia Deane ABERNETHY, auteur de Population Politics



« Les marins disent souvent que le plus important quand on navigue est de savoir où l’on se trouve : le livre de Richard Heinberg est la boussole qui nous situe avec précision sur la carte dangereuse de la vie [dans une société] industrielle. Heinberg aide le lecteur, débutant ou expert, à comprendre ce qu’est le pic pétrolier et ses renversantes ramifications … Il fournit des bases solides pour saisir aussi bien la fâcheuse étendue de notre dépendance aux hydrocarbures que l’énormité de la tâche à accomplir : la transition vers un monde de "l’après-pétrole. »

- Julian DARLEY, fondateur et directeur du Post Carbon Institute



VERTIGINEUX

Nous vous recommandons l'excellent travail du site ContreInfo.info sur le sujet du pic pétrolier en particulier. Pour en savoir plus sur l'actualité du pic, lisez leurs traductions d'articles et d'interviews réalisés par des journaux anglais, allemands... Nous vous conseillons par exemple les derniers parus, des informations que vous ne lirez pas dans la presse française:

- Pic pétrolier : l’AIE connaît les faits depuis 1998 , par Colin Campbell, le géologue pétrolier, spécialiste de la question et préfacier du livre de Heinberg.
- L’AIE accusée de dissimuler la réalité du pic pétrolier (à l'occasion de la sortie du nouveau rapport annuel de l'AIE, à la mi-novembre 2009)
- Pétrole : A la conférence Oil & Money 2009, peu de place pour l’optimisme (VO)
- Energies : vers une période de transition cahotique, par Michael T. Klare
- Robert Hirsch : la production pétrolière va commencer à décliner dans les 5 ans
- Le futur énergétique dessine la géopolitique de demain, par Michael T. Klare
- L’énergie est le véritable moteur de l’économie, par Michael Lardelli
- Il reste 20 ans de pétrole, estime le responsable de Total Allemagne
...
Lisez l’interview de M. Fatih Birol par George Monbiot en 2008 :
Pour la première fois de son histoire, non seulement l’Agence internationale de l’Energie ne nie plus la réalité du pic pétrolier, mais elle en fixe l’échéance à une date extrêmement proche: 2020.
- "Le pic pétrolier, c’est en 2020", estime Fatih Birol



AIE: L’interview choc de George Monbiot

Pour la première fois de son histoire, non seulement l’Agence internationale de l’Energie ne nie plus la réalité du pic pétrolier, mais elle en fixe l’échéance à une date extrêmement proche: 2020.

« Le pic pétrolier, c’est en 2020 », estime Fatih Birol.

Voilà un bien spectaculaire revirement, un changement de discours et de cap à 180°, qui sont passés totalement ignorés des Français, parce qu'ils n'ont pas été expliqués, ni seulement relayés par les médias français... alors même que le siège de l'AIE est situé non pas dans un quelconque pays exotique au bout du monde, mais à Paris, à quelques stations de métro des rédactions des grands médias !

Regardez ce court reportage du Guardian, dans lequel le journaliste anglais George Monbiot, du Guardian, prend le train (!)... pour aller confronter Fatih Birol, l’économiste en chef de l’AIE.



À propos du pic pétrolier, ils ont déclaré :

« Nous sommes peut-être au point du pic de production de pétrole … Je peux seulement vous dire que j’ai étudié les données sérieusement. Je considère ceci comme une menace existentielle sur [n]otre futur. »

Bill CLINTON, 42e Président des États-Unis d’Amérique [source]



« Nous sommes presque certainement arrivés ou proches de ce que l’on appelle le pic pétrolier. »

Al GORE, 45e Vice-président des États-Unis d’Amérique [source]



« Le XXIe siècle est encore jeune, puisqu’il reste encore 93 années devant nous. Aussi pourrait-il sembler excessivement ambitieux d’affirmer que "l’événement du siècle" est déjà derrière nous. Mais je prendrais volontiers ce risque, car je crois sérieusement que le pic de production globale de pétrole brut –généralement appelé "pic pétrolier" – est survenu en 2006 et c’est "l’événement" qui immanquablement dominera l’histoire du XXIe siècle : un de ces "moments clés d’inflexion" qui change abruptement la donne fondamentale dans le cours de l’histoire mondiale. »

Ali Samsam BAKHTIARI, ancien expert auprès de la National Iranian Oil Company [source]




« Ce qu’il faut dire aux gens, haut et fort, c’est que l’Amérique se trouve à court d’énergie. »

George W. BUSH, 43e Président des États-Unis d’Amérique [source]



« Selon certaines estimations, il y aura une croissance moyenne de 2 % de la demande globale de pétrole dans les années qui viennent, avec en parallèle, un déclin naturel de 3 % de la production des réserves existantes. »

Dick CHENEY, 46e Vice-président des États-Unis d’Amérique [source]



« Actuellement, il n’existe pas de substitut viable au pétrole (…) Les temps des ressources énergétiques abondantes, faciles d’utilisation et bon marché arrivent rapidement à terme (…) Le pic pétrolier est imminent, avec peu de capacité supplémentaire disponible pour les 5 à 10 prochaines années. Une fois que la production mondiale de pétrole aura atteint son pic, les facteurs géopolitiques et d’économie de marché entraîneront des hausses plus importantes du niveau des prix et des risques accrus en termes de sécurité. »

Rapport de l’armée US : Energy Trends and Their Implications for U.S. Army Installations [source]



« Le meilleur pétrole saoudien est maintenant de l’histoire… la production du Moyen-Orient baissera d’un tiers d’ici 2012 (…) En réalité, nous sommes maintenant probablement au pic. Et si ce n’est pas le cas, la production baissera encore plus rapidement par la suite. »

Matthew R. SIMMONS, banquier d’investissement dans l’industrie énergétique, conseiller énergétique pour l’administration Bush, président de Simmons & Company International [source]



« … Nous épuisons nos réserves 4 fois plus vite que le reste du monde. L’Amérique a besoin d’une politique énergétique nationale et d’un programme de l’ampleur du Manhattan Project qui permit la mise au point de la bombe atomique pendant la seconde guerre mondiale, afin de prévenir et d’atténuer les conséquences du pic pétrolier global. Ne rien faire, ou faire trop peu, trop tard, conduirait à un tsunami économique et géopolitique global avec des ramifications potentiellement dévastatrices. »

Roscoe G. BARTLETT, sénateur de l’État du Maryland [source]


« La [production] globale de pétrole est de 84 millions de barils (par jour). Je ne crois pas que l’on puisse dépasser ce niveau. Peu m’importe ce que [le prince saoudien] Abdullah, [le Premier ministre Russe Vladimir] Poutine ou quiconque peut dire au sujet des réserves ou de la production de pétrole."

T. Boone PICKENS, légendaire magnat du pétrole et président de BP Capital Management [source]

« Une chose est claire : l’ère du pétrole facile est terminée. »

David J. O'REILLY PDG de Chevron Corporation [source]

« La production mondiale de pétrole a maintenant cessé de croître. Le déclin est la prochaine étape. Le pique-nique est terminé. »

Kenneth S. DEFFEYES, géologue pétrolier ayant travaillé pour Shell, professeur et auteur

« Les prix du pétrole pourraient effectivement rester élevés pendant une période prolongée… Des hausses supplémentaires – si elles se produisent – peuvent avoir des conséquences plus sévères que ce qui est actuellement anticipé. »

Déclaration de la Banque des règlements internationaux (à laquelle on se réfère souvent comme à la « banque centrale des banques centrales ».) [source]

« [Les ressources] alternatives comme les agro-carburants, l’éthanol ou la biomasse peuvent jouer un rôle marginal de soutien, mais très loin des niveaux requis. Quand le pétrole s’épuisera, la dislocation économique et sociale sera sans précédent. »

Michael MEACHER, ancien ministre de l’Environnement britannique [source]

« Les 10 plus grands groupes pétroliers du monde ont dépensé environ 8 milliards de dollars US au total pour l’exploration l’année dernière, mais cela n’a débouché que sur un peu moins de 4 milliards de dollars US en termes de valeur commerciale nette des découvertes. Les 2 années précédentes montrent des résultats similaires, bien que moins dramatiques. »

Wood MACKENZIE, Consultant en énergie[source]



« Étant donnée la longue période, d’au moins 5 à 10 ans entre la découverte et la production, une crise pétrolière s’annonce et plus tôt que ne le pensent la plupart des gens. Malheureusement, nous nous comportons d’une manière suggérant que nous ignorons même qu’il existe un sérieux problème. »

John HESS, PDG de Hess Oil [source]

« Mon grand-père se déplaçait en chameau. Mon père conduisait une voiture. Je vole en jet privé. Mes fils conduiront des voitures. Mes petits-fils se déplaceront en chameau . »

Rashid ben Said al-MAKTOUM, ancien Premier ministre des Émirats Arabes Unis et Émir de Dubaï [source]



Lisez, regardez, écoutez... et agissez !



Nouveau: Le livre d'Heinberg adapté en film d'animation

Sans Lendemain

Ce remarquable film d'animation de Dermot O'Connor (basé sur les 2 livres de Richard Heinberg, et sur son travail au sein du Post Carbon Institute) fait un carton sur le Net. Nous vous conseillons de le regarder... puis de lire Pétrole, la fête est finie ! ainsi que La Fin de la croissance de manière à mieux saisir les enjeux de ces questions parmi les plus importantes qui se posent à nous.



La présentation vidéo du livre en 5 minutes

300 ans d'energies fossiles en 300 secondes

Dans cette courte vidéo, Richard Heinberg résume la révolution industrielle (basée sur les énergies fossiles abondantes et bon marché), et fait le lien entre les déplétions énergétiques (pics pétrolier, gazier, du charbon, de l'uranium) et l'inéluctabilité de la fin de la croissance...




"Le Dessous des cartes" conseille la lecture de Richard Heinberg


Le pic pétrolier sur ARTE

Jean-Christophe Victor sur ARTE, consacre un numéro de son émission, "Le Dessous des cartes", au pic pétrolier. En 12 minutes seulement, le reportage réussit fort bien à résumer ce sujet extrêmement complexe... Nous vous invitons donc à le regarder.

Notez qu'à la fin du programme, dans la partie "Biblio", la lecture du livre de Richard Heinberg est vivement recommandée par le journaliste...




Quand l'AIE reconnaît (enfin) la réalité du Pic pétrolier !


L’interview de M. Fatih Birol par George Monbiot

Pour la première fois de son histoire, non seulement l’Agence internationale de l’Énergie ne nie plus la réalité du pic pétrolier, mais elle en fixe l’échéance à une date extrêmement proche: 2020.

« Le pic pétrolier, c’est en 2020 », estime Fatih Birol.

Voilà un bien spectaculaire revirement, un changement de discours et de cap à 180°, qui sont passés totalement ignorés des Français, parce qu'ils n'ont pas été expliqués, ni seulement relayés par les médias français... alors même que le siège de l'AIE est situé à Paris !

Regardez ce court reportage du Guardian, dans lequel le journaliste anglais confronte Fatih Birol, l’économiste en chef de l’AIE.



Première recension du livre dans la presse française



Acheter ]]>
contact@editionsdemilune.com (Arno Mansouri) www.editionsdemilune.com/petrole-la-fete-est-finie-p-28.html Sun, 09 Sep 2018 17:51:47 +0200 15.00 EUR 28 0.6 Richard HEINBERG 1000 978-2-917112-05-2 5 //www.editionsdemilune.com/images/resistances/Fete-Finie_Couve.jpg
Résistant en Palestine www.editionsdemilune.com/resistant-en-palestine-p-49.html www.editionsdemilune.com/resistant-en-palestine-pr-49.html Résistant en Palestine

L'auteur: Ramzy BAROUD


Né à Gaza en 1972, Ramzy BAROUD est un journaliste et écrivain américano-palestinien de renommée internationale. Rédacteur en chef de The Brunei Times (version papier et en ligne) et du site Internet Palestine Chronicle, une source irremplaçable d’informations et d’analyses sur le conflit israélo-palestinien, ses articles sont publiés par les journaux du monde entier, comme le Christian Science Monitor, l’International Herald Tribune, le Washington Post, Al-Quds, le Jerusalem Post, le Guardian, Le Monde. Il est l’auteur de plusieurs livres, dont Searching Jenin: Eyewitness Accounts of the Israeli Invasion (2003) et de La Deuxième Intifada palestinienne : Chronique d’un soulèvement populaire (Scribest & CCIFP, 2012).

Son site (en anglais): www.ramzybaroud.net/



UNIVERSEL


«  Il s’agit d’abord d’un livre sur la Bande de Gaza. Mais c’est aussi l’histoire de ma famille, et en particulier celle de mon père : comment des agriculteurs palestiniens, vivant de leurs cultures sur leurs propres terres, ont été amenés à fuir pour sauver leur vie et furent contraints de s’installer dans un camp de réfugiés de Gaza. Tout au long de l’ouvrage, je précise le contexte de l’invasion sioniste, et insère mon histoire familiale au sein de l’histoire plus large de mon peuple et de la destruction de son ancien mode de vie. Jusqu’à aujourd’hui, existaient beaucoup de livres écrits par des Israéliens, dont certains compatissants et d’autres non, concernant les événements qui ont mené à la création de l’État d’Israël, et à son agrandissement ultérieur. Mais il y en a vraiment très peu qui racontent l’histoire de ceux d’entre nous qui ont tout perdu. Je suis fier de vous raconter l’histoire de mon père : il symbolise le feu de la résistance dans tous les cœurs palestiniens ; la résistance de tous les êtres humains opprimés, en l’occurrence par les sionistes d’Israël et par les forces impérialistes qui les soutiennent. L’écriture de ce livre personnel m’a passionné, mais il n’en est pas moins un reflet exact de ce qui a gardé la résistance palestinienne en vie depuis si longtemps contre toute attente. » - Ramzy BAROUD

 

 Ligne de front dans le conflit entre Israël et les Palestiniens, Gaza est systématiquement dépeinte comme un lieu de violence et de terreur. Ramzy BAROUD explore la vie quotidienne des habitants de cette région tourmentée, nous donnant à comprendre ce qui est en danger dans chaque nouvelle explosion de violence. Son livre raconte la fascinante histoire de son père : chassé de son village et parqué dans un camp de réfugiés, il a pris son courage à deux mains et a combattu l’occupation tout en élevant sa famille. Ce récit vivant et sans concession nous révèle des êtres humains complexes – révolutionnaires, mères et pères imposants, amoureux, et comédiens – qui font de la Bande de Gaza bien plus qu’un simple territoire contesté.


 ***

 Préface de Frank BARAT, coordinateur du Tribunal Russell pour la Palestine.

 ***

 

« L’écriture profonde, sensible et réfléchie de BAROUD plonge au cœur de dilemmes moraux que l’on ne peut éluder qu’à nos risques et périls. Son regard clairvoyant épargne peu de monde, et seules les personnes moralement impitoyables refuseront de se regarder honnêtement dans un miroir comme il le demande, de remettre en cause les croyances faciles qui nous dispensent de faire face à nos plus élémentaires responsabilités, et d’agir, comme nous pouvons assurément le faire, pour remédier à la misère et aux injustices terribles qu’il étale sous nos yeux. »

 – Noam CHOMSKY

 

« Ceci est un beau livre : à la fois un hommage affectueux au père de l’auteur et une histoire de la lutte douloureuse de la Palestine vue à travers les yeux et les opinions de deux générations. Ensemble, ils nous montrent du doigt la liberté. »

 – John PILGER, journaliste, documentariste
et auteur de Freedom Next Time, titulaire du Sydney Peace Prize

 

« Ramzy BAROUD a écrit une chronique profondément émouvante de l’épreuve sans fin vécue par les Palestiniens, insérant et exposant au grand jour une expérience à vous briser le cœur – celle de sa famille – en particulier l’épopée de son père, avec les cruautés quotidiennes de l’occupation israélienne de Gaza, les horreurs inhérentes à la vie de réfugié, et la démoralisante futilité d’imaginer une issue à un conflit sanglant qui se poursuit indéfiniment. Ce livre, plus qu’aucun autre que j’aie pu lire, me dit pourquoi toute personne de conscience doit se tenir aux côtés du peuple palestinien et de sa lutte pour l’autodétermination et une paix juste. »

 – Richard FALK, professeur émérite de Droit international à la chaire Albert G. Milband, Université de Princeton, et rapporteur spécial des Nations Unies pour les Territoires Palestiniens Occupés

 


 Traduit de l'anglais par Claude ZURBACH.



Télécharger


Extraits du livre

Découvrez-en ici quelques extraits

« Ramzy Baroud est un écrivain doué. Son ouvrage est un des rares livres rédigés en langue anglaise ; il traite de la vie, de l’expulsion et du combat pour la survie (au sens littéral) des habitants d’un village du sud de la Palestine. Il décrit un calvaire vieux de 60 ans, où rien ne laisse augurer la fin de leur souffrance. C’est en faisant patiemment parler les survivants qu’il a dépeint leur situation tellement désespérée. Aucun artifice ne peut dissimuler ce fait, ou nier l’inébranlable volonté de survie des Palestiniens, déterminés à lutter pour rentrer chez eux. Ce livre, écrit par Ramzy, l’enfant exilé de Beit Daras, atteste avec force de cette volonté. »

 – Salman ABOU SITTA, auteur et historien

 

« L’écriture profonde, sensible et réfléchie de Baroud plonge au cœur de dilemmes moraux que l’on ne peut éluder qu’à nos risques et périls. Son regard clairvoyant épargne peu de monde, et seules les personnes moralement impitoyables refuseront de se regarder honnêtement dans un miroir comme il le demande, de remettre en cause les croyances faciles qui nous dispensent de faire face à nos plus élémentaires responsabilités, et d’agir, comme nous pouvons assurément le faire, pour remédier à la misère et aux injustices terribles qu’il étale sous nos yeux. »

Noam CHOMSKY

 

« Ceci est un beau livre : à la fois un hommage affectueux au père de l’auteur et une histoire de la lutte douloureuse de la Palestine vue à travers les yeux et les opinions de deux générations. Ensemble, ils nous montrent du doigt la liberté. »

 – John PILGER, journaliste, documentariste
et auteur de Freedom Next Time, titulaire du Sydney Peace Prize

 

« Ramzy Baroud a écrit un chronique profondément émouvante de l’épreuve sans fin vécue par les Palestiniens, insérant et exposant au grand jour l’expérience à vous briser le cœur de sa famille, en particulier l’épopée de son père, avec les cruautés quotidiennes de l’occupation israélienne de Gaza, les horreurs inhérentes à la vie de réfugié, et la démoralisante futilité d’imaginer une issue à un conflit sanglant qui se poursuit indéfiniment. Ce livre plus qu’aucun autre que j’aie pu lire, me dit pourquoi toute personne de conscience doit se tenir aux côtés du peuple palestinien et de sa lutte pour l’autodétermination et une paix juste. »

 – Richard FALK, professeur émérite de Droit international à la chaire Albert G. Milband, Université de Princeton, et rapporteur spécial des Nations Unies pour les Territoires Palestiniens Occupés

 

« Le livre de Baroud Résistant en Palestine est un antidote à la déshumanisation et à la négation des Palestiniens par les médias. C’est également un ouvrage qui fera date, un de ceux à avoir le mieux étudié la tragédie palestinienne… une mise en perspective de grande précision qui implique le Caire, Jérusalem et Washington autant que Gaza ou le désert égyptien. Et l’interpénétration des mondes intérieurs et extérieurs est réalisée jusqu’à un degré rare dans le domaine de la fiction, sans parler des essais. »

 – Robin YASSIN-KASSAB, The Electronic Intifada

 

« Ramzy Baroud nous raconte de façon inoubliable la vie de son père et nous offre un récit saisissant de l’histoire de son peuple. C’est l’histoire de l’Exodus, mais racontée du point de vue des Palestiniens sur le rivage alors que le bateau arrivait. Un récit que nous avons entendu maintes et maintes fois en buvant un thé à Gaza, et qui est disponible maintenant pour ceux qui ne peuvent voyager en Palestine. Ce livre devrait être lu par tous ceux qui veulent comprendre le Moyen-Orient et trouver une voie vers une paix juste dans la région. »

 – Cindy et Craig CORRIE, Fondation Rachel Corrie

 

« Le livre de Ramzy Baroud est plus qu’un livre, c’est réellement un chef-d’œuvre. Le père de Ramzy, Mohammed, était un combattant de la liberté. Il n’a pas gagné une seule guerre ni même une seule bataille, pourtant, contre toute attente, malgré sa pauvreté et sa maladie, il est parvenu à instruire ses enfants et à insuffler l’espoir dans leurs jeunes âmes, à léguer à Ramzy une ardeur qui au long des années a transformé le jeune homme en auteur monumentalement inspiré et en une icône de la résistance intellectuelle. (...) Résistant en Palestine est peut-être l’un des livres les plus tristes jamais écrits, pourtant, Baroud l’a assaisonné de son humour sarcastique et plein d’esprit. Entre les sanglots et les rires nous en arrivons à saisir intimement la profondeur de la misère palestinienne. C’est un exercice artistique poétique à la Weininger. Baroud nous emmène dans son monde à lui. À travers la poésie, les larmes, la douleur et la joie, nous comprenons combien le monde dans lequel nous vivons est impitoyable. Mais Baroud nous rappelle en permanence que nous sommes également libres de résister et de vouloir un changement. Baroud n’est pas simplement un homme libre, il est également un esprit libre, un esprit qui peut en guider d’autres à travers l’obscurantisme sioniste qui menace d’avaler ce qui reste d’éthique et d’universalisme. Résister est apparemment la vraie signification du mot liberté. »

 – Gilad ATZMON, compositeur et musicien de jazz, blogueur
et auteur de La Parabole d’Esther – Anatomie du Peuple Élu

 

« Sous la plume de Baroud, l’Histoire devient réellement l’Histoire d’un peuple. Chaque personnage qui apparaît dans Résistant en Palestine incarne l’histoire des Palestiniens. Ramzy Baroud nous livre un récit très personnel dans ces pages, mis en valeur par une connaissance et une recherche historique sans défaut. »

 – Ron JACOBS, CounterPunch.org

 

« Le livre de Ramzy Baroud Résistant en Palestine deviendra un classique de la littérature consacrée au conflit israélo-palestinien par son langage puissant et ses nombreuses anecdotes teintées d’un humour qui subtilement nous amène à nous concentrer sur la vraie question du moment. Baroud, de façon dialectique, combine l’histoire de sa famille avec l’histoire palestinienne moderne par une logique inductive et déductive en rapportant l’histoire de sa famille comme étant l’histoire du peuple de Palestine et en faisant de la question israélo-arabe une question de famille. Ce livre – l’histoire de Mohammed – n’a aucune fin : c’est un autre commencement, une histoire qui est et sera écrite chaque jour par chaque ‘combattant de la liberté’ comme un symbole pour tous, jusqu’à ce que chaque Beit Daras soit revenu à ses propriétaires légitimes. Ceci et seulement ceci mènera à un monde meilleur, juste, vivable et honorable. »

 – Aras COSKUNTUNCEL, Hurriyet, (Turquie)

 

« L’histoire contée par Ramzy Baroud au sujet de la bravoure de ses parents pendant la brutale guerre israélienne d’occupation en 1967, n’est qu’un des souvenirs déchirants qu’il évoque au sujet de Gaza. La fière histoire de sa famille est le symbole de la résistance palestinienne depuis 1948, faisant de ce livre une lecture obligée pour quiconque veut savoir pourquoi la Palestine sera pour toujours dans les cœurs et la mémoire des plus jeunes. »

 – Greta BERLIN, cofondatrice de The Free Gaza Movement

 

« Pour quiconque est – comme moi – désorienté et exaspéré par le conflit entre Palestiniens et Israéliens, ou qui cherche à connaître l’histoire de la Palestine et de son peuple, ou qui est intéressé par les mémoires individuelles et leurs contextes historiques (…) En fait, pour Barack Obama, Tony Blair, Shimon Peres, Benjamin Netanyahu, Ismaël Haniyeh, n’importe quel membre du Hamas, du Fatah, des forces armées israéliennes, du Mossad, de la CIA et du SIS, l’œuvre de Ramzy Baroud est inspirée et inspiratrice. »

 – Steve FINBOW, The Japan Times

 

« Dans ce livre, le très respecté journaliste Ramzy Baroud combine avec succès le ton intime des Mémoires avec les larges dimensions de l’Histoire. Même ceux ayant une connaissance étendue de l’histoire moderne de la Palestine seront fascinés par le récit fait par Baroud de la vie de son père, entrelaçant l’individuel avec les événements tumultueux qui ont balayé son pays au xxe siècle et jusqu’à aujourd’hui. »

 – Sally BLAND, The Jordan Times

 

«  (…) Mais ce livre n’est pas un manifeste politique. Admirablement écrit, il se fait l’écho des voix des gens du commun de Gaza ; personnes qui se languissent d’une sécurité qui viendrait d’un morceau de terre où planter un arbre, sachant, dans la plénitude du temps, qu’ils pourront se reposer son sous ombre. Juste pour cela, cette histoire devrait sonner vrai pour tous ceux qui la liront. »

 – Nicola JONES, The Witness (Afrique du Sud)

 

« Un livre extraordinaire (...) La chronique vivante d’un périple palestinien non terminé, de 1948 jusqu’à la guerre de 2008-2009 à Gaza ; des procès et des tribulations sur cette route ; de la privation et des humiliations sous l’occupation ; de la lutte pour la libération de la Palestine ; de la séparation des familles à travers le Moyen-Orient et au-delà ; et des espoirs de la population palestinienne dans son ensemble, soit aujourd’hui dix millions d’âmes. »

 – Deepak TRIPATHI

 

« C’est un livre merveilleux. Un livre d’histoire, un travail de littérature et un mémoire. Ramzy Baroud est un commentateur politique et un historien, le rédacteur du Palestine Chronicle et d’un livre appelé Searching Jenin: Eyewitness Accounts Of The Israeli Invasion, sur les événements de 2002. Il a grandi dans le camp de réfugiés de Gaza et il connait très bien la psychologie des personnes vivant dans ces camps – jusqu’à ce jour elles gardent espoir et rêvent toujours de rentrer chez elles. Il capture ceci remarquablement et ses descriptions de lieux et de personnes sont simplement magnifiques. Les réalisations comme celles-ci sont tellement importantes parce que, savez-vous, quand les gens écrivent au sujet de la Palestine, leur prose tend à être sèche et stérile. Il n’y a rien de tel dans ce livre : bien que ce ne soit pas une fiction il est plein d’émotions et de caractères exceptionnels. »

 – Susan ABULHAWA, FiveBooks.com

 

« Ramzy Baroud a écrit ce qui devrait devenir une icône de l’écriture historique et culturelle pour le peuple de Palestine. Si vous devez lire un livre sur Gaza et la Palestine, c’est celui-là. »

 – Jim MILES

 

« La vie et la fermeté tout intérieure de Mohammed Baroud donnent de l’espoir aux ‘damnés de la terre’. Il a prouvé que la reddition à l’injustice et à la répression ne peut jamais être une option. Ceci devrait être vécu comme une révélation par les Palestiniens qui semblent préférer, avec Abbas en tête, la voie plus aisée vers ‘l’Indépendance’. Ramzy Baroud et son père représentent l’alternative : la liberté et le respect de soi-même. »

 – Ludwig WATZAL

 

« Un livre très intéressant, émouvant, qui a valeur de témoignage humain. L’itinéraire politique du père notamment, du parti communiste au Hamas, est particulièrement pédagogique, et les critiques de l’autorité palestinienne du Fatah et de Yasser Arafat se révèlent pertinentes, car vues depuis Gaza... »

 – Christophe OBERLIN, chirurgien et professeur, auteur de Chroniques de GAZA

 

« Ce livre, qui se lit à la fois comme un roman et un essai historique, explique la Palestine et la lutte d’un peuple, mieux que d’autres car l’auteur écrit avec son cœur et parle d’une chose qui nous touche tous et ne peut laisser personne insensible : le Père et l’image du père. À travers l’histoire de son père, BAROUD revient sur tous les points clés de la lutte du peuple palestinien et surtout rend cette lutte universelle, globale et internationale. Ce qui est arrivé à son père, à sa famille et à lui-même, la catastrophe de la Nakba en 1948 (plus de 500 villages détruits, 700 000 Palestiniens devant fuir leurs terres), la seconde avec la Naksa en 1967, les Intifadas de 1987 et de 2000, nous concernent tous. C’est l’histoire d’une colonisation qui dure toujours et l’histoire d’un peuple qui lutte, sans relâche, pour que son droit à l’autodétermination soit respecté. C’est l’histoire d’un peuple oublié par l’Histoire mais qui n’en a que faire et en écrit une autre. Une histoire populaire, comme dirait Howard ZINN, une histoire écrite par le peuple, par les 99 %. Une histoire vraie. »

 – Frank BARAT, coordinateur du Tribunal Russell pour la Palestine, dans sa préface à l'édition française



Acheter ]]>
contact@editionsdemilune.com (Arno Mansouri) www.editionsdemilune.com/resistant-en-palestine-p-49.html Thu, 28 Aug 2014 21:58:30 +0200 15.00 EUR 49 999999 978-2-917112-23-6 //www.editionsdemilune.com/images/resitance.jpg
Caetano VELOSO, l’âme brésilienne www.editionsdemilune.com/caetano-veloso-lame-bresilienne-p-22.html www.editionsdemilune.com/caetano-veloso-lame-bresilienne-pr-22.html Caetano VELOSO, l’âme brésilienne

Journaliste et professeur d’anglais, grand spécialiste de la musique populaire brésilienne, Ricardo PESSANHA est notamment le co-auteur de l’ouvrage de référence Le Son du Brésil. Il collabore entre autres aux revues Billboard, Los Angeles Times, AfroReggae, ou Mad et est régulièrement sollicité en tant que consultant pour la réalisation de documentaires sur la musique brésilienne.

Journaliste et traductrice, Carla Cintia CONTEIRO a travaillé en particulier à la publication de revues comme Hit Parade ou Grandes Êxitos, ainsi qu’à l’adaptation de nombreux livrets de DVD musicaux.



BRÉSIL


Caetano VELOSO est un oiseau rare.

Artiste créatif et productif, et surtout vivant, provocateur, en perpétuel mouvement, il n’a pas seulement transformé la musique du Brésil : il a continué à l’influencer pendant quatre décennies.

Lorsqu’il quitte Salvador de Bahia pour la première fois, dans les années 1960, il souhaite ébranler les structures de la musique brésilienne traditionnelle avec ses amis « tropicalistes »…

Depuis, Caetano n’a cessé de surprendre, aussi bien ses détracteurs que les convertis, avec des textes controversés parmi les plus érudits de la chanson populaire, qui bousculent les idées reçues. Il cultive un son toujours éclectique et surprenant, qui étreint avec le même appétit boléro, rock, samba, reggae, funk, rythmes afro et musique concrète.

C’est à un voyage à travers l’univers de ce créateur singulier que vous invite ce livre, à la découverte de celui des artistes qui symbolise véritablement la richesse foisonnante de la musique brésilienne actuelle.

Cliquez sur la flèche pour tourner les pages [ Fermez ]

O Haiti, Caetano Veloso


Acontece que eu sou baiano, Caetano Veloso avec Joao Gilberto


Nao Enche, Caetano Veloso

Liens Internet

Sur l'artiste

Sur la musique de Caetano Veloso et la MPB :

Des sites sur la musique populaire brésilienne (MPB) en portugais :

et les paroles de certaines chansons de Caetano Veloso sur cette page :



Acheter ]]>
contact@editionsdemilune.com (Arno Mansouri) www.editionsdemilune.com/caetano-veloso-lame-bresilienne-p-22.html Thu, 03 Jan 2013 16:23:45 +0100 10.00 EUR 22 Ricardo PESSANHA et Carla C. CONTEIRO 1000000000 978-2-917112-01-4 //www.editionsdemilune.com/images/couv_CaetanoVelosso_visuel.jpg
Capoeira Bahia www.editionsdemilune.com/capoeira-bahia-p-2.html www.editionsdemilune.com/capoeira-bahia-pr-2.html Capoeira Bahia

Présentation de l'ouvrage

Un beau livre de format poche pour découvrir ou faire partager la beauté et l'intensité du plus chorégraphié des arts martiaux. Une approche originale de cette manifestation festive de la culture afro-brésilienne…


Fascinante capoeira.

Quiconque s'intéresse au Brésil croisera tôt ou tard le chemin de la capoeira, pour son plus grand bonheur, puisque cet art martial hautement chorégraphique symbolise à lui seul tout l'esprit brésilien ! Il est une des manifestations festives les plus emblématiques de la culture afro-brésilienne, avec le Candomblé et la Samba.



FEUILLETEZ des PAGES



Presentation

A pocket size picture book that will take you on a breathtaking journey into the fascinating world of the most dangerous yet playful martial art ever !

A great way to discover Bahia, the most African city in Brazil…


Fascinating capoeira.

Whoever has an interest in Brazil will sooner or later cross the path of capoeira, for this martial art symbolizes the true brazilian spirit. Along with candomble and samba, it is one of the most joyful manifestations of afro-brazilian heritage.



BROWSE through some PAGES



Capoeira, Danse de Combat
Texte : Arno Mansouri

Beau Livre à l'italienne de petit format,
(15 x 12 cm)
Couverture cartonnée
Pelliculage brillant
Reliure dos carré cousu
Papier couché 1/2 mat 150 gr
80 pages en quadrichromie
Près de 70 photos, illustrations originales et d'archives, couleurs et N&B, dont plus d’un tiers totalement inédites !

ISBN : 2-9525571-0-1
EAN : 9782952557108

Partout dans le monde, la Capoeira connaît depuis quelques années un développement exponentiel sans précédent, que bien des disciplines sportives pourraient lui envier. En France, comme en Belgique, en Suisse ou au Québec, les écoles (académies) n'ont jamais été aussi fréquentées, et même les clubs de remise en forme proposent aujourd'hui des cours.

Engouement passager? Effet de mode? Pour qui s'intéresse à cet art, de telles questions prêtent à sourire. Les capoeiristes sont habités d'une véritable passion car la capoeira est un extraordinaire vecteur de culture. Bien plus qu'un simple sport de combat, il s'agit d'un mode de vie que l'on adopte entièrement, une religion du corps en liberté, la révélation d'un enchantement libérateur, un retour aux sources de vérité et de plaisir!

Pratiquer la capoeira, c'est s'ouvrir complètement à un autre monde, assimiler une part de la culture brésilienne, par l'apprentissage de la langue (via les chants), de la pratique des instruments et des rythmes.

Se découvrir soi-même, partager les mêmes valeurs au sein d'une communauté fraternelle, acquérir le respect de soi et des autres...

Ce livre, le premier dans son genre, répond à un réel besoin d'informations pour les capoeiristes. Rares sont, en effet, les livres de qualité qui leur sont destinés... Et aucun, ni en France ni à l'étranger, ne présente autant d'images d'archives, d'illustrations et de photographies réalisées à Salvador de Bahia, que Capoeira, danse de combat.

Au-delà du petit monde en pleine croissance de la capoeira, cet ouvrage s'adresse aussi à tous ceux qui éprouvent un réel intérêt pour le Brésil, son histoire sombre et méconnue, sa culture et sa musique riches de tous les métissages.

Danses du Monde est d'ailleurs née de la conviction qu'un public existe, dont le goût et la curiosité pour les grandes danses, expressions tant de la diversité culturelle que du génie d'un peuple, méritent mieux que ce qu'il lui a été offert jusqu'alors.

Demi-Lune Éditions se donne pour but de relever le défi, jusqu'alors soigneusement évité par le microcosme frileux de l'édition française, d'offrir, à tous les afficionados de la danse, des ouvrages de référence, à la fois pointus et accessibles, de beaux livres où la photographie et l'illustration soient prépondérantes, à la mesure de la beauté graphique et émotionnelle qu'elles exultent.

Un condensé de superbes photographies sur la Capoeira:
son format pratique en fait un sympathique petit cadeau pour les passionnés et les initiés,
tout comme il saura plaire aux amateurs et personnes avides de découvrir la pratique de cette danse de combat.

Matthew SLADE



Acheter ]]>
contact@editionsdemilune.com (Arno Mansouri) www.editionsdemilune.com/capoeira-bahia-p-2.html Thu, 03 Jan 2013 16:21:58 +0100 7.50 EUR 2 10 Arno MANSOURI 100000 978-2952557108 5 //www.editionsdemilune.com/images/bahia.jpg
Ravi SHANKAR, le maître du sitar www.editionsdemilune.com/ravi-shankar-le-maitre-du-sitar-p-34.html www.editionsdemilune.com/ravi-shankar-le-maitre-du-sitar-pr-34.html Ravi SHANKAR, le maître du sitar

Journaliste et musicien, Jonathan GLUSMAN s'est consacré à l'étude des musiques de l'Inde du Nord et d’Asie centrale en associant l’expérience esthétique à la collection de documents sonores. Il écrit notamment pour les revues Mondomix et Jazz Magazine et prépare une thèse de doctorat sur la musique classique afghane. Il intervient régulièrement dans le cadre de conférences sur les musiques du monde et le jazz.

Inde

Né à Varanasi (Bénarès) en 1920, le sitariste et compositeur Ravi SHANKAR incarne la musique savante indienne. Le « parrain de la World Music», l’un des artistes les plus couverts d’honneurs dans le monde entier, est une véritable légende. Sous ses doigts, le sitar est devenu l’instrument emblématique de la musique indienne et propagea cette riche tradition à travers le monde

 

Enfant, il se produisait déjà sur les scènes européennes en tant que danseur dans la troupe de son frère et résida même un temps à Paris. Puis, après un apprentissage musical rigoureux auprès du maître Allauddin Khan, il devient le virtuose que l’on connaît. Tout en perfectionnant son art, il compose musiques de ballets et de films, pour Satyajit Ray notamment. Grâce à ses nombreuses tournées à travers le monde, le public occidental découvre la musique indienne.

 

Génie de l’improvisation, il enregistre plusieurs disques avec le violoniste Yehudi Menuhin (qui le comparait à Mozart) et multiplie les collaborations avec des musiciens de tous horizons. Quand George Harrison, le guitariste des Beatles, devient son disciple et ami, sa notoriété atteint un sommet : Ravi Shankar participe alors aux festivals de Monterey, de Woodstock et au concert de soutien pour le Bengladesh. Ouvert à toutes les expériences, il travaille entre autres avec l’orchestre symphonique de Londres, des musiciens soviétiques ou le compositeur Philip Glass. Alors que sa fille aînée Norah Jones s’est fait un nom dans le jazz et la pop, Anoushka, en adoptant elle aussi le sitar, se révèle la digne héritière de son immense talent.

 

Ce livre retrace le parcours exemplaire, jalonné par des moments de grâce, d’un artiste à la fois traditionnel et moderne, classique et avant-gardiste, mais avant tout universel.



Vous ne connaissez pas, ou peu, la musique de Ravi SHANKAR ? Commencez à la découvrir immédiatement ! Vous aimez déjà ? Arrêtez-vous un instant et savourez...
L’auteur a sélectionné pour vous ces quelques vidéos. Beaucoup d’autres sont disponibles sur l’Internet (et également en DVD).


Ravi Shankar & Alla Rakha – Solo de tablas Jhaptal

Ravi SHANKAR présente sa musique à un auditoire occidental, particulièrement la richesse des tablas. Une belle et joyeuse leçon de musique avec son vieil ami et complice ! – 8’24”

Voir chapitre 6 du livre


Ravi Shankar sur le Dick Cavett Show

Lors d’une émission de la télévision US, le “gourou” SHANKAR (!) se fait de nouveau l’ambassadeur de la musique indienne – 4’46”

Voir chapitres 3 et 5 du livre


Ravi Shankar au Monterey Pop Festival (1967)

Ravi SHANKAR joue pour un public néophyte mais réceptif, sous le regard admiratif de Jimmy Hendrix. Une performance (et un succès) dignes d’une rock-star ! – 10’32”

Voir le chapitre 3 du livre


Ravi Shankar au Shiraz Arts Festival

Concert donné dans les années 1970, avec son ami Alla Rakha aux tablas (ici le raga Madhuvanti) – 8’50”


Ravi Shankar à Paris (1967)

Le morceau commence par une présentation de l’instrument par l’artiste qui s’exprime dans un excellent français. Archives INA – captation: Frédéric Variot – 7’09”


Ravi Shankar (& Anoushka): Raga Rangeela Piloo

Un enregistrement récent extrait du double DVD Ravi Shankar in Portrait de la BBC – 9’03”


Pandit Ravi Shankar, Ustad Alla Rakha & Rag Charukeshi

– 6’34”


Ravi Shankar Live au Madison Square Garden
(Août 1971)

Lors du concert de soutien qu’il donna pour le Bangladesh (premier concert caritatif) - 9’43”

Voir le chapitre 5 du livre

Liens Internet


Pour aller plus loin encore dans la découverte, retrouvez ici les liens mentionnés dans le livre, dans les pages Internet - Webographie (section Annexes) ...

Sur l'artiste

Sur la musique de Ravi Shankar
et la culture musicale de l'Inde

Sur la musique indienne
et du sous-continent



Acheter ]]>
contact@editionsdemilune.com (Arno Mansouri) www.editionsdemilune.com/ravi-shankar-le-maitre-du-sitar-p-34.html Wed, 14 May 2014 11:28:25 +0200 10.00 EUR 34 Jonathan GLUSMAN 200 978-2-917112-09-0 //www.editionsdemilune.com/images/vdm/Couve_SHANKAR-Recto-Web-Nu.jpg
Salif KEITA, la voix du Mandingue www.editionsdemilune.com/salif-keita-la-voix-du-mandingue-p-31.html www.editionsdemilune.com/salif-keita-la-voix-du-mandingue-pr-31.html Salif KEITA, la voix du Mandingue

Vivant et travaillant à Bordeaux, Florent MAZZOLENI est auteur, journaliste et photographe. Il écrit essentiellement sur les musiques populaires, les voyages, la photographie, l’Afrique et le Sud des États-Unis. Il collabore notamment au Monde 2, à L’Optimum, Afrique Magazine, Vibrations, VSD ou Ulysse. Il est l'auteur de L'Odyssée du rock 1954-2004 (Hors Collection). En 2005, il a écrit James Brown, l'Amérique noire, la soul et le funk et Les White Stripes et la scène de Detroit chez Hors Collection. En 2006, il a publié Nirvana et le punk rock américain chez Hors Collection et Memphis, aux racines du rock et de la soul au Castor Astral. En 2007, il participe à Rock’n’Roll 1939-59, le catalogue de l’exposition homonyme à la Fondation Cartier, avant de publier Disco au mois d’octobre chez Flammarion. Au mois d’avril 2008, il publie L’Épopée de la musique africaine : rythmes d’Afrique Atlantique chez Hors Collection et en novembre, Les Racines du rock chez le même éditeur. Motown, soul et glamour vient de paraître aux éditions du Rocher (Le Serpent à plumes). Florent MAZZOLENI est âgé de 35 ans.


MALI


Interprète hors norme, tant par son physique que par sa voix, Salif KEITA chante depuis 40 ans le Mali, son pays, sa culture, mais aussi l’amour et les tribulations d’un quotidien parfois mouvementé, toujours sincère.

Noble de naissance, descendant du fondateur de l’empire mandingue au XIIIe siècle, l’illustre Soundjata KEITA, Salif est né sur les bords du fleuve Niger, à Djoliba. Arrivé dans la capitale Bamako pour y étudier et devenir professeur, il perfectionne son talent de guitariste et chante au bord du fleuve, en pleine effervescence des années d’Indépendance.

En 1969, il participe à la fondation du Rail Band du Buffet Hôtel de la Gare de Bamako, un formidable orchestre de danse. Sa voix irrésistible participe à la redécouverte d’un patrimoine culturel inouï et à l’expression d’un continent en pleine modernisation.

Quelques années plus tard, Salif rejoint la formation rivale, Les Ambassadeurs du Motel, où sa carrière prend une nouvelle direction, avec son ami guitariste et chef d’orchestre Manfila KANTÉ. À Abidjan, ils enregistrent le sublime Mandjou, l’une des plus belles chansons africaines. Sous l'égide de Sékou TOURÉ, le président de la Guinée, Salif renoue avec l’authenticité culturelle du pays mandingue.

Il faut attendre l’album Soro en 1987 pour que l’Occident, en pleine explosion de la vague afro-pop, découvre enfin ses talents vocaux exceptionnels. Dès lors, Salif n’a eu de cesse de collaborer avec les plus grands, à travers le monde. Le succès universel de Moffou en 2002 le consacre définitivement.

Ce livre dresse le portrait d’un chanteur et compositeur exceptionnel qui incarne toute la générosité de la musique mandingue, à travers laquelle il célèbre l’histoire et la richesse culturelle de son pays.



Djéli, le documentaire de Florent Mazzoleni

Avant de vous plonger dans le livre, découvrez la bande-annonce de Djéli, le film que Florent Mazzoleni consacre aux grands orchestres de musique traditionnelle du Mali et de Guinée:



Cliquez sur la flèche pour tourner les pages [ Fermez ]

Mandjou, Salif Keita, avec Les Ambassadeurs internationaux


Folon, Salif Keita


Souareba, Salif Keita en concert



M'Bife, Salif Keita



Nou pas bouger, Salif Keita et L'skadrille

Liens Internet

Sur l'artiste

Sur la musique de Salif Keita et la culture du Mali :



Acheter ]]>
contact@editionsdemilune.com (Arno Mansouri) www.editionsdemilune.com/salif-keita-la-voix-du-mandingue-p-31.html Tue, 29 Mar 2022 20:19:13 +0200 10.00 EUR 31 Florent MAZZOLENI 200 978-2-917112-08-3 //www.editionsdemilune.com/images/Couve-Keita.jpg
Youssou N’DOUR, le griot planétaire www.editionsdemilune.com/youssou-ndour-le-griot-planetaire-p-26.html www.editionsdemilune.com/youssou-ndour-le-griot-planetaire-pr-26.html Youssou N’DOUR, le griot planétaire

D’abord disquaire puis rédacteur en chef de la revue Jazz Hot, Gérald ARNAUD est un journaliste indépendant qui s’est consacré plus particulièrement aux expressions culturelles – notamment musicales – de l’Afrique et de ses diasporas. Il collabore à la revue Africultures et aux sites africultures.com et sudplanete.net.

Il est l’auteur de nombreux films documentaires archéologiques et musicaux, et de plusieurs ouvrages, dont l’encyclopédie Musiques de toutes les Afriques, en collaboration avec Henri LECOMTE.


Sénégal


Parmi les rares musiciens africains qui ont émergé sur la scène internationale, le Sénégalais Youssou N’DOUR occupe une place à part.

D’abord, il est le seul qui est devenu une star mondiale sans émigrer. «You», comme l’appellent familièrement tous ses compatriotes, vit à Dakar, sa ville chérie, où il est né.

Avant tout un chanteur traditionnel, Youssou N’DOUR est l’héritier par sa mère d’une fameuse dynastie de griots et profondément enraciné dans plusieurs cultures du Sénégal : peule, toucouleure, wolofe…

Célébré dès son enfance pour ses qualités vocales, Youssou est devenu l’un des chanteurs favoris des grands orchestres dakarois dans les clubs luxueux fréquentés par les élites locales. Puis il s’est distingué en délaissant leurs genres favoris – jazz et salsa – pour faire la promotion d’un style sénégalais : le mbalax des Wolofs.

Avec son orchestre «Super Étoile», Youssou a fait le tour du monde, gagné des disques d’or, côtoyé des rock stars comme Peter Gabriel, Higelin ou Paul Simon, mais sans jamais s’éloigner de ses racines.

Au lieu de capitaliser individuellement son succès, Youssou N’DOUR a fait de sa musique une véritable entreprise nationale au service de nombreuses initiatives humanitaires panafricaines.

Ce livre raconte une histoire exceptionnelle : celle d’un grand artiste du Tiers-Monde, d’une personne humble devenue par son seul génie musical l’un des principaux porte-parole de l’Afrique contemporaine.


Télécharger

Cliquez sur la flèche pour tourner les pages [ Fermez ]

Bande-annonce du film I Bring What I Love

Actuellement dans les salles...


New Africa, extrait du documentaireI Bring What I Love

Pour patienter jusqu'à la sortie en France du film d'Elisabeth Chai Vasarhelyi
Cliquer ici pour accéder au site officiel du film I Bring What I Love, et connaître les dernières informations disponibles à ce sujet...


Live à Bercy en 2005


7 Seconds

Le premier duo avec Neneh Cherry, le tube planétaire de You,

visible à cette adresse (cliquer sur le lien)


In Your Eyes

Un autre tube planétaire, plus ancien (1986) avec Peter Gabriel


Set, Youssou N’Dour et le Super Étoile

Pour un aperçu de l’incroyable énergie de You sur scène

Sur l'artiste :

Sur la musique de Youssou N'DOUR et la culture du Sénégal :

Des sites sur la musique du Sénégal et de l'Afrique :

Enfin, nous vous invitons également à visiter la Fondation Youssou N'Dour pour les enfants :



Acheter ]]>
contact@editionsdemilune.com (Arno Mansouri) www.editionsdemilune.com/youssou-ndour-le-griot-planetaire-p-26.html Wed, 14 May 2014 11:27:58 +0200 9.95 EUR 26 Gérald ARNAUD 100000 978-2-917112-04-5 //www.editionsdemilune.com/images/Couv_YoussouNDOUR_visuel.jpg
Offre spéciale internet GAZA et ARAFAT www.editionsdemilune.com/offre-speciale-internet-gaza-et-arafat-p-39.html www.editionsdemilune.com/offre-speciale-internet-gaza-et-arafat-pr-39.html Offre spéciale internet GAZA et ARAFAT

À l’occasion de la sortie des Chroniques de Gaza, 2001-2011 du chirurgien français Christophe OBERLIN, nous vous invitons à découvrir Yasser ARAFAT, Intime. La passion de la Palestine, de la journaliste espagnole Isabel PISANO, (avec une préface de Tariq RAMADAN).



IMPORTANT:

Pour profiter de cette offre, commandez à partir de cette page uniquement.



Pour plus de renseignements sur chacun de ces 2 ouvrages,

cliquez ici pour Chroniques de Gaza, 2001-2011 de Christophe OBERLIN

et là pour Yasser ARAFAT, Intime. La passion de la Palestine d'Isabel PISANO.

Puis revenez ensuite sur cette page pour commander cette offre spéciale.


Acheter ]]>
contact@editionsdemilune.com (Arno Mansouri) www.editionsdemilune.com/offre-speciale-internet-gaza-et-arafat-p-39.html Mon, 16 Sep 2013 09:04:44 +0200 30.00 EUR 39 1.01 Christophe OBERLIN 10000000 Offre-Gaza-Arafat //www.editionsdemilune.com/images/offre-livres-chroniques-de-gaza-et-Arafat-intime.jpg